Les Sags gagnent, mais perdent Roy

Les Saguenéens de Chicoutimi ont expédié les Tigres de Victoriaville dans les câbles non sans en payer le prix, mardi soir, devant 2159 spectateurs au Colisée Desjardins. Ils ont signé une victoire de 5-2, mais ont perdu les services de Nicolas Roy en deuxième période.
En entrée de zone, Roy a été projeté dans la bande par Tristan Pomerleau. Le joueur des Saguenéens est mal tombé et son cou a semblé absorber une bonne partie du choc.
Pomerleau a reçu une pénalité majeure de cinq minutes, en plus d'être expulsé de la rencontre. À première vue, le contact est survenu épaule à épaule. Nicolas Roy est quant à lui resté assis sur la glace, visiblement sonné, avant de se relever par lui-même.
« C'était une pénalité majeure, ce n'était pas dur à voir sur le coup, a résumé l'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean. Maintenant, la ligue va faire son travail. On s'entend que ce sont des gestes dangereux qu'on ne veut pas voir dans le hockey. »
Après le match, Jean avait peu de détails à donner sur l'état de santé de son capitaine. Mais il serait très surprenant que Roy soit de l'alignement ce soir.
« Il ne va pas très bien, sinon il aurait terminé le match, a sèchement répondu l'entraîneur. Je ne sais pas c'est quoi exactement (qui a absorbé le coup), mais il mangé un bon choc. »
Yanick Jean n'a pas eu besoin de se faire tirer les vers du nez pour vanter la performance de son équipe, qui a maintenant la chance d'en finir avec les Tigres dès mercredi soir, sur la glace du Colisée Desjardins.
« C'est incroyable la détermination et le caractère de notre équipe, a mentionné l'instructeur. De voir ça à trois trios en troisième période, avec des effectifs réduits, c'est incroyable. La chimie s'est créée immédiatement aux Fêtes et de plus en plus, elle s'est améliorée sur la patinoire. Ce soir, on a eu la démonstration de tout ça. Je lève mon chapeau aux joueurs, ils méritent beaucoup, beaucoup de crédit. C'est incroyable comme victoire de caractère. »
Première période animée
Pour reprendre un vieux cliché, il ne fallait pas arriver en retard pour la première mise en jeu. Kevin Klima a hérité d'un lancer de pénalité dès la deuxième minute de jeu. Sur la même séquence, Pascal Laberge était chassé pour un coup de bâton.
Klima a d'ailleurs été stoppé par Tristan Côté-Cazenave, puis les Sags n'ont pu profiter de l'attaque massive. Quelques minutes plus tard, Félix Lauzon a complété une superbe passe d'Ivan Kosorenkov lors d'une descente à deux contre un.
Brendan Hamelin a créé l'égalité en soutirant la rondelle à Bradley Lalonde, avant de déjouer le cerbère des Tigres d'une belle feinte.
Les Saguenéens ont eu une belle occasion de faire payer cher l'indiscipline des Tigres, mais ils n'ont pu profiter d'une pénalité de quatre minutes imposée à Tristan Pomerleau, ni d'un cinq contre trois de plus de 90 secondes.
Malgré tout, Zachary Lavigne a lancé les Bleus en avance, moins de 15 secondes avant la fin de la première.
En deuxième, Kosorenkov a poursuivi sa belle soirée de travail lorsqu'il a bien manoeuvré en territoire ennemi. Son retour a été saisi par Maxime Comtois qui a noirci la feuille de pointage pour la première fois de la série.
Kelly Klima a redonné les devants aux Sags avec moins de deux minutes à égrainer au second tiers. Une bonne partie de la troisième s'est déroulée dans le territoire des Sags, mais Antoine Marcoux a sorti le gros but avec deux minutes à jouer. Joey Ratelle a ensuite fait 5-2 dans un filet désert.
« Ça prend de la profondeur pour gagner en séries, il faut que tout le monde contribue et il faut marquer des gros buts à des moments opportuns, a indiqué Yanick Jean. Le but à Lavigne en fin de première, tu as beau me dire que le gardien aimerait la revoir, il reste que c'est un gros but pour nous après avoir passé des minutes en avantage numérique. Dans les séries, il faut que ça vienne de partout. Ce soir, ça venait de partout. »
En entrée de zone, Nicolas Roy a été projeté dans la bande par Tristan Pomerleau, des Tigres. Le joueur des Saguenéens est mal tombé et son cou a semblé absorber une bonne partie du choc. Roy a quitté la patinoire avec l'aide de la thérapeute de l'équipe, Vicky Teasdale-Dubé.
Le scénario idéal
Face à des Tigres ayant une marge de manoeuvre limitée, les joueurs des Saguenéens ont su éteindre le feu peu à peu. Les Bleus ont d'ailleurs limité l'adversaire à seulement cinq tirs au dernier tiers.
Auteur du but qui a permis aux siens de prendre les devants 4-2 en toute fin de troisième, Antoine Marcoux savourait pleinement son filet, marqué devant les siens. Le Victoriavillois convenait que son troisième but en carrière en séries arrivait à un bien beau moment.
« C'est un des buts que je suis le plus content d'avoir fait, c'est sûr que de faire 4-2 en fin de match, c'est vraiment un beau scénario, a soutenu le joueur de 20 ans. Je suis vraiment content. »
Avec une avance de 3-0 dans la série quatre de sept, Marcoux et ses coéquipiers savent qu'ils sont en bonne posture, mais ils savent tout autant que rien n'est encore joué.
« C'est le meilleur des scénarios, mais le prochain match en est un nouveau et on sait qu'ils vont arriver prêts à 100 pour cent, a prévenu Marcoux. C'est une équipe qui a travaillé toute la saison et elle va continuer jusqu'à la fin. Ce n'est pas fini encore. »
L'autre joueur de 20 ans des Sags, Joey Ratelle, était la définition parfaite du sacrifice. Coupé à la joue en première période à la suite d'un bâton élevé de Tristan Pomerleau, il a dû quitter un moment pour recevoir des points de suture. Au final, il était sur la glace pour les deux derniers buts des Saguenéens.
« On a redoublé d'effort après la perte de Nicolas Roy, on voulait aller la chercher pour lui et les gars se sont tous mis ensemble, a fait valoir Ratelle, avouant que le jeu des Sags s'était amélioré au fur et à mesure que le match avançait.
« On savait qu'ils allaient sortir fort, c'était un peu un ''do or die'' pour eux. C'était important qu'ils sortent la pédale au plancher et je pense qu'on a bien répondu. »
De nombreux partisans des Saguenéens ont fait le voyage à Victoriaville et ils ont manifesté bruyamment après chaque but de leurs favoris.
Une question de fierté
Le dos au mur, l'entraîneur-chef des Tigres Louis Robitaille veut que ses joueurs affichent la fierté de porter l'uniforme noir et jaune lors du quatrième match de la série, mercredi soir, dans ce qui pourrait bien être le dernier pour quelques soldats.
« Je ne pense pas que c'est une série qui devrait être 0-3, les partisans sont les grands gagnants, a affirmé Robitaille. Ils trouvent le moyen de gagner de l'autre côté, et nous on trouve le moyen de perdre. Il faut mieux gérer les moments critiques et il faut s'amuser. En même temps, c'est une question de fierté. Il faut mettre nos bottes de travail. C'est cliché, mais il faut y aller une à la fois. Le mont Everest c'est haut, il faut voir trois petites collines et gagner demain (mercredi). Les gars sont très fiers et la série est peut-être à seulement un match de virer de côté. »
Questionné sur la mise en échec de Tristan Pomerleau sur Nicolas Roy, Louis Robitaille a avoué que la perte de leur capitaine a secoué les troupes saguenéennes. 
« Je vais vraiment faire attention à ce que je vais dire, mais je pense que c'est une bonne mise en échec, a évalué l'entraîneur recrue. On ne veut jamais voir un joueur dans l'état auquel Nicolas était, mais c'était une zone grise pour Tristan. Je ne connais pas les standards de la ligue, mais on jugeait que c'était une bonne mise en échec. Cette mise en échec a scié le banc un peu. Il faut donner crédit à l'adversaire, qui n'a pas baissé les bras malgré la perte de son capitaine. »
Autres séries
En plus des Saguenéens, trois autres équipes ont pris les devants 3-0 dans leur série. Le Titan d'Acadie-Bathurst, les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Islanders de Charlottetown et les Sea Dogs de Saint John sont à une victoire de passer au tour suivant. 
Les Cataractes de Shawinigan et les Huskies de Rouyn-Noranda ont profité de la soirée de mardi pour prendre les devants 2-1.
Pointes de plume
•Les Saguenéens ont quitté Chicoutimi vers 9 h mardi matin, en route vers Victoriaville. Il est convenu que tout le monde dort dans la région du Centre-du-Québec mercredi soir...
•Gilles Courteau était présent au Colisée Desjardins mardi soir. Le commissaire de la LHJMQ se promène d'un amphithéâtre à un autre depuis le début de séries. Il était notamment à Blainville-Boisbriand, jeudi dernier, et à Shawinigan le lendemain. Il était d'ailleurs le voisin direct de l'auteur de ces lignes sur la galerie de presse. Il était donc important d'être sage...
•Une fanfare était installée dans les hauteurs de l'aréna, histoire de créer de l'ambiance et d'animer la foule...
•Un autobus rempli de partisans des Saguenéens a fait le voyage pour le troisième match. Plusieurs autres assidus amateurs ont également utilisé leurs propres moyens pour venir encourager leurs favoris. Bien installés derrière le banc de leur équipe, ils ont été bruyants tout au long de la soirée...