Secoué en deuxième période, Hendrix Lapierre était de retour à son poste en début de troisième période, mais n'a pas terminé la rencontre.

Les Sags en ont eu plein les bras

Privés de quatre joueurs réguliers, les Saguenéens ont manqué de munition face à l’Océanic mercredi soir à Rimouski. Les représentants du Bas-Saint-Laurent ont signé une deuxième victoire sur leurs rivaux Chicoutimiens en cinq jours et une dixième consécutive, au compte de 5-4.

Les Sags ont du même coup subi un troisième revers consécutif. Avec une brigade défensive privée de Jérémy Diotte, suspendu, et Artemi Kniazev, blessé, quelques joueurs ont été surutilisés dans le camp chicoutimien, dont Jérémy Groleau qui était complètement vidé en fin de rencontre. « On a joué dans des situations où on avait des joueurs plus inexpérimentés contre l’un des meilleurs trios de la ligue. Un moment donné, on vient à payer le prix. On s’est battus et on a vidé le réservoir. C’est une chose, mais j’ai l’impression qu’on s’est battus nous-mêmes en donnant des revirements et avec de mauvais changements en deuxième période , a analysé l’entraîneur-chef Yanick Jean après la rencontre. Contre une équipe comme ça, sur la route et qu’il te manque quatre de tes meilleurs joueurs, tu n’as pas de spectacle à donner. Il faut que tu fasses tous les jeux de base et que tu sois impeccable. On ne l’a pas fait en deuxième période.

«Avec tous les joueurs qui nous manquaient, on devait jouer un match parfait de route. En deuxième, on a joué comme si on était à la maison, avec un alignement complet et qu’on n’affrontait pas une équipe avec neuf victoires de suite», a laissé tomber le pilote des Bleus, reconnaissant que sa troupe aura besoin de renfort à court terme.

Tout comme vendredi dernier, les Sags ont été les premiers à s’inscrire au pointage, profitant pleinement d’un double avantage numérique dès les premières secondes. Théo Rochette a célébré son retour au jeu en marquant son 10e de la saison d’un tir vif dans la partie supérieure. De retour à 5 contre 5, les locaux ont rapidement retrouvé leurs esprits. Anthony Gagnon a profité d’une rondelle bondissante pour ramener les deux équipes à la case départ. Les visiteurs ont de nouveau frappé avec l’attaque massive quelques minutes plus tard. Déléguant trois joueurs de 16 ans lors d’un avantage numérique, la stratégie de Yanick Jean s’est avéré payante, menant au 22e de Justin Ducharme, complètement oublié dans l’enclave. Avec un avantage numérique à l’Océanic, Alexis Lafrenière a ensuite échappé la rondelle en sortie de territoire et Xavier Labrecque s’est amené seul devant Tristan Bérubé qu’il a battu du côté de la mitaine.

Les Saguenéens en ont eu plein les bras en deuxième période, étant dominés 17-4 dans les tirs. S’ils ont tenu le coup pendant une bonne partie de l’engagement, ils ont encaissé trois buts en quelques minutes avant la sirène, laissant filer leur avance et se retrouvant en déficit d’un but. En plus, les Chicoutimiens ont perdu les services d’Hendrix Lapierre qui a encaissé le gros d’un contact avec Jordan Lepage au centre de la glace à mi-chemin de la période. Visiblement sonné, l’attaquant de 16 ans a eu de la difficulté à rentrer au banc avant de prendre le chemin du vestiaire. Il était toutefois de retour à son poste en début de troisième. Il n’a toutefois pas terminé la rencontre et sa condition sera évaluée jeudi.

Ses coéquipiers semblaient avoir la tête ailleurs par la suite et les locaux en ont pleinement profité. Le vétéran de 20 ans Olivier Garneau a d’abord ramené l’écart à un but avec son 30e de la saison d’un tir de loin qui a échappé à l’attention d’Alexis Shank. Un peu plus d’une minute plus tard, le gardien des Sags a été surpris du côté rapproché par Lafrenière qui a logé la rondelle dans un petit espace au-dessus de son épaule. L’attaquant vedette de 17 ans s’est ensuite amené seul, envoyant le disque dans la partie supérieure du revers pour donner les devants aux siens pour la première fois de la rencontre.

La pause n’a pas eu l’effet escompté pour les Sags malgré le retour de Lapierre. Après un arrêt miraculeux de Shank aux dépens d’Anthony Gagnon à la suite d’un revirement, Alexis Lafrenière a complété son tour du chapeau dès la 60e seconde d’un tir vif entre les jambières. Les Sags n’avaient toutefois pas dit leur dernier mot. Vladislav Kotkov a ravivé les espoirs quand il a saisit le retour du faible de tir de Louis Crevier, ce qui a mis fin à la soirée de travail de Tristan Bérubé. Amené en relève, Colten Ellis a donné raison à ses entraîneurs avec quelques secondes à faire quand il a volé Théo Rochette de la mitaine alors que les Sags évoluaient à 6 contre 4.

+

PAS UN MATCH A POUR BEAUSOLEIL

L’Océanic a peut-être mis la main sur une dixième victoire consécutive mercredi soir, mais ce n’était pas parfait aux yeux de l’entraîneur-chef Serge Beausoleil, surtout en première période.

«Ce n’est pas un match A ce soir, on s’entend là-dessus. Le début de match était chaotique, c’est certain», a-t-il admis au début sa mêlée de presse.

«Il y avait beaucoup de fatigue. Je sentais que mentalement, on avait moins d’acuité dans nos décisions en première période. En deuxième, on a utilisé notre vitesse et c’est revenu. En troisième, la fatigue, c’était d’un côté comme de l’autre», de noter Serge Beausoleil dont la formation a pratiquement doublé les Sags au chapitre des lancers, 41-21.

«Quelle remontée en deuxième période», s’est-il exclamé sur la remontée des siens.

«On a vu pourquoi Alexis Lafrenière est Alexis Lafrenière. À lui seul, il valait le coût du billet je crois», d’estimer Beausoleil, convenant que le numéro 11 s’était pleinement fait pardonner son erreur sur le troisième but des Sags.

Les porte-couleurs de l’Océanic se préparent maintenant à aller jouer dehors, vendredi soir, à Saint-Tite lors de la Classique hivernale face aux Cataractes de Shawinigan. «Veut veut pas, c’est quelque chose qui amène une belle fébrilité, surtout chez les joueurs. On y arrive. On va essayer de mieux jouer que ce soir», de mentionner Serge Beausoleil.

+

POINTES DE PLUME

• Pas moins de 15 joueurs et les deux entraîneurs ont été suspendus mercredi à la suite d’une spectaculaire bagarre générale en fin de semaine dernière au hockey universitaire de l’Atlantique, lors d’un match entre les X-Men de St.Francis Xavier et les Axemen d’Acadia. Il ne s’agit que des suspensions automatiques pour les événements qui auraient éclaté à la suite de commentaires à un joueur qui aurait subi une agression sexuelle, selon les dirigeants de St.Francis Xavier. Les suspensions, majoritairement pour les deux derniers matchs de la saison régulière de chaque équipe, totalisent 39 matchs. Le défenseur des X-Men Aaron Hoyles a hérité de la sanction la plus sévère, soit cinq parties pour avoir quitté le banc de son équipe et avoir été le troisième homme dans une bagarre. « Cette situation est extrêmement décevante, a reconnu le directeur exécutif Phil Currie dans un communiqué de presse, ajoutant que les allégations sur les commentaires qui auraient été prononcés sont « pour le moins troublants ». 

• La séquence de 14 victoires de suite des Huskies de Rouyn-Noranda leur a permis de s’emparer du premier rang du classement hebdomadaire de la Ligue canadienne de hockey. Avec un dossier de 44-7-1, ils devancent maintenant les Raiders de Prince Albert (43-7-2) de la Ligue de l’Ouest. Avec l’entrée de l’Océanic de Rimouski au 9e rang, la LHJMQ compte maintenant cinq représentants dans le top-10. Les Voltigeurs de Drummondville et le Drakkar se sont échangé la 5e et 6e position tandis que les Mooseheads d’Halifax demeurent en huitième place. 

• Avec les absences de Zachary Lavigne, Christophe Farmer, Samuel Houde, Jérémy Diotte et Artemi Kniazev, les Saguenéens ont fait appel au défenseur Loris Rafanomezantsoa et l’attaquant des Élites de Jonquière Mikisiw Awashish du midget AAA. 

• Avec sa performance de quatre points face aux Sags, Alexis Lafrenière compte maintenant 170 points en 113 matchs, en un peu moins de deux saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.