Le gardien des Sags, Julio Billia a stoppé 24 lancers, samedi soir, à Rouyn-Noranda.

Les Sags créent l'égalité dans la série

En retard 2-1 après deux périodes de jeu, les Saguenéens ont ouvert la machine, samedi soir, à l'Aréna Iamgold de Rouyn-Noranda. Ils ont marqué quatre buts sans réplique, en route vers une victoire de 5-2 face aux Huskies.
La série quart de finale est donc égale à une victoire de chaque côté et les trois prochains duels auront lieu au centre Georges-Vézina, mardi, mercredi et vendredi prochains. Les Huskies avaient remporté le premier acte de la série 6-2, vendredi.
Lors du dernier tiers qui a fait la différence, Zachary Lavigne a d'abord créé l'égalité en faisant dévier un tir d'Olivier Galipeau, de retour après avoir raté la première rencontre en raison d'une suspension. Joey Ratelle a ensuite complété une belle passe de Nicolas Roy, puis Dmitry Zhukenov a fait 4-2 avec un tir parfait pendant un avantage numérique.
Lavigne a fermé les livres avec son deuxième but de la soirée dans un filet désert. Ce dernier réussissait son premier match de deux buts dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.
«C'est tout le temps le fun d'en mettre une dedans, je vois ça comme un bonus, mais il faut toujours travailler fort», a partagé le #61. On a appliqué le plan de match et c'était vraiment important pour nous de revenir après la défaite de vendredi.»
L'entraîneur-chef des Sags était satisfait de la réponse de ses troupiers après le revers subi 24 heures plus tôt.
«Après le premier match, il n'y a personne qui était content de la manière dont on avait amorcé la série, a exprimé Yanick Jean. Tout le monde savait qu'on pouvait être meilleur et tout le monde a répondu. Nos quatre trios ont connu un bon match et c'est une bonne performance de notre part. On a été beaucoup plus impliqués physiquement et j'ai aimé notre effort dans l'ensemble.»
Un peu comme dans la série face aux Tigres, la troisième période a été payante pour les Saguenéens. Ils ont dominé 15-7 au chapitre des tirs, pour terminer la rencontre avec 36 lancers, dix de plus que les Huskies.
«Les joueurs savaient de A à Z ce qu'il nous avait manqué vendredi, on s'est parlé et ils voulaient que ça change, a mentionné Jean. Je pense que tout le monde peut ressortir satisfait de ce match.»
Mauvaise préparation
Chez les Huskies, on s'entendait pour dire que la préparation a fait défaut. Lorsqu'un journaliste a demandé à Gilles Bouchard ce qu'il s'était passé en troisième période, l'entraîneur-chef n'a pas cherché de midi à 14h pour trouver la réponse.
«Il ne s'est rien passé en troisième et c'est pour ça qu'on a perdu, a martelé le pilote originaire de Normandin, qui a perdu les services de Peter Abbandonato en troisième. Ça a été un bon match pour les Sags, et un mauvais match pour les Huskies. On ne peut rien réinventer. On n'était pas prêt mentalement comme eux à jouer ce match.»
Auteur de 31 arrêts, Olivier Tremblay cachait mal sa déception. Le Chicoutimien reprenait sa place entre les poteaux après avoir cédé sa place à Samuel Harvey vendredi.
«Je pense qu'on était en contrôle lors des deux premières périodes, puis on leur a donné le match, a analysé le portier de 19 ans. On a commencé à jouer mollement, je m'inclus là-dedans. On n'était pas prêts en troisième période. On pensait peut-être que le match était terminé, mais un match de hockey, c'est 60 minutes. Ce soir, on en a joué 40.»
L'apport de Galipeau
De retour au jeu, Olivier Galipeau a fait sentir sa présence dès le début du match en servant deux solides mises en échec. Il a terminé sa soirée de travail avec deux passes, en plus d'afficher un différentiel de +2.
«J'étais quasiment en train de manger les estrades hier (vendredi), c'est sûr que de voir son équipe jouer en séries, c'est un peu plate, mais je voulais contribuer et je suis content de la victoire», a commenté le défenseur, qui a passé plus de trois ans et demi avec les Foreurs de Val-d'Or avant d'être échangé à Chicoutimi aux Fêtes. Il est donc un habitué de l'Aréna Iamgold.
«J'ai joué beaucoup ici dans les quatre dernières années et je voulais juste amener cette expérience et de faire de mon mieux.»
Yanick Jean convenait que le retour de son vétéran stabilisait la brigade défensive.
«C'est un joueur habitué de jouer ici et on l'a vu, a-t-il confirmé. Il a été extrêmement difficile à jouer contre et il a donné un boost à toute notre équipe.»