Après le premier but des Sags, marqué par Théo Rochette en fin de première période, les partisans ont pu lancer les toutous sur la patinoire. Ce fut le seul moment de réjouissance alors que les Chicoutimiens se sont inclinés 7-1 devant les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Les Sags corrigés par les Screaming Eagles

Le retour des Sags devant leurs partisans a été pour le moins difficile samedi. Complètement dominés par les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Chicoutimiens ont été corrigés 7-1 devant 2717 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Les Sags ont permis leur plus grand nombre de buts dans une rencontre cette saison pour ainsi subir un quatrième revers de suite.  

«Ce n’était pas une question de structure, mais d’engagement. Sur ce plan, on a été de A à Z. À aucun moment, on était proches », a laissé tomber l’entraîneur-chef Yanick Jean, très incisif dans son point de presse d’après-match, profitant de la tribune pour passer un message à ses troupiers. 

« Il y en a qui ne comprennent pas qu’en ce moment, je suis menotté un peu, mais qu’à partir de la semaine prochaine, il va en avoir trois autres de retour. Je pense que certains ont de la misère à compter et ne savent pas qu’ils vont à leur tour se retrouver dans les estrades la semaine prochaine. Pour moi, il  y en a qui ne savent pas compter jusqu’à 12 », a-t-il averti, ouvrant la porte à laisser de côté des vétérans. 

« Ça s’est sûr, ça s’est sûr », a-t-il répété.

Théo Rochette a inscrit le seul but des Sags, glissant la rondelle entre les jambières de Kevin Mandolese pour son 5e de la saison.

Les locaux ont reçu une clinique de hockey en première période et ont du même coup pu découvrir la vitesse de leurs adversaires. Dès la cinquième minute, après une longue, très longue présence dans le territoire des Sags, les visiteurs ont fini par ouvrir le pointage sur un tir absolument parfait de Leon Gawanke qui a ainsi allongé sa séquence avec au moins un point à dix, un record de concession pour un défenseur. 

Malgré un avantage numérique, les Sags n’ont pas réussi à renverser la vapeur, si bien qu’à un certain moment, les Screaming Eagles dominaient outrageusement dans la colonne des tirs avec 12 contre un seul, doublant au passage leur avance sur un autre tir imparable de Shaun Miller qui a touché le poteau avant de pénétrer dans le fond du but. Les dommages auraient pu être encore plus grands. 

Sur le deuxième tir des Sags, Théo Rochette, qui était parvenu à s’échapper, est parvenu à glisser la rondelle entre les jambières de Kevin Mandolese et ainsi provoquer l’avalanche de toutous sur la patinoire. En moins de cinq minutes, tout était ramassé et on pouvait reprendre l'action. 

«C’était 2-1, mais on ne le méritait pas. On a eu un bon départ de deux ou trois minutes, mais une ligne n’était simplement pas prête à jouer. Contre la quatrième, ils sont restés pris dans notre territoire. Ils ont mis leur première sur la même présence sans qu’on soit capables de sortir et ça coûté le premier but. À partir de là, c’est comme si on n’avait pas le caractère ou la détermination pour revenir. On les a laissés nous manger la laine sur le dos », de pester le pilote des Bleus. Pour l’information, sur la longue séquence qui a mené au premier but, Christophe Farmer, Félix-Antoine Marcotty, Jesse Sutton ainsi que les défenseurs Jérémy Diotte et Michael Pellerin se trouvaient sur la patinoire. 

Ça ne s’est pas amélioré pour les locaux en début de deuxième, loin de là. Les Screaming Eagles ont frappé trois fois lors des huit premières minutes pour se donner un coussin de quatre buts. Olivier Bourret a parti le bal, suivi quelques minutes plus tard de Declan Smith en avantage numérique, ce qui a mis à la soirée de travail d'Alexis Shank. Sur le premier tir sur Zachary Bouthillier, ce dernier a flanché, encore une fois sur une offrande de Shaun Miller. «C’est tout le monde, a convenu Yanick Jean lorsque questionné sur le travail des deux gardiens. C’est l’équipe. Les 20 joueurs en uniforme. Je dirais que (Louis) Crevier a eu un bon match, mais sinon, je ne suis pas capable d’en nommer un autre »

Les Chicoutimiens ont connu leurs meilleurs moments en troisième, dirigeant 11 tirs, eux qui n'en avaient que dix après 40 minutes, mais ce sont tout de même les visiteurs qui ont frappé, deux fois plutôt qu'une. 

Les Sags seront de nouveau à domicile dimanche, cette fois face aux Wildcats de Moncton, à compter de 16h. Dans une fin de match spectaculaire avec quatre buts dans les quatre dernières minutes, les Wildcats ont soutiré une victoire de 5-4 au Drakkar à Baie-Comeau samedi.

+
POINTES DE PLUME

•Il faudra attendre à dimanche, lors de la visite des Wildcats de Moncton, pour que les Sags accueillent le 4 000 000e spectateur de leur histoire. La foule de 2717 spectateurs samedi n’a pas été suffisante pour atteindre le chiffre magique. Ce n’est que partie remise. À ne pas oublier, il faut arriver par l’entrée principale pour avoir  une chance d’être le partisan chanceux.

• L’attaquant du Phoenix de Sherbrooke, Alex-Olivier Voyer, dont le père Luc est originaire de Jonquière, est littéralement en feu par les temps qui courent. Il a marqué 12 buts à ses sept derniers matchs, lui qui avait eu besoin de 11 matchs pour inscrire son premier de la saison. Voyer a touché la cible deux fois samedi dans une victoire des siens 7-3 sur les Olympiques de Gatineau.

• L'attaquant Zachary Lavigne n'a pas réussi à marquer pour la première fois en sept rencontres.