Julio Billia a brillé malgré la défaite avec 46 arrêts.

Les Huskies passent le balai

Malgré une performance magistrale de Julio Billia, les Saguenéens ont subi un sixième revers de suite hier, devant 3131 spectateurs au centre Georges-Vézina. Les Huskies ont complété un balayage d'un programme double en moins de 24 heures avec une victoire de 2-1.
Les Saguenéens ont donc perdu leurs six parties cette saison contre les équipes de l'Abitibi. Ils avaient fait chou blanc la semaine dernière lors d'un voyage de trois rencontres à Val-d'Or et Rouyn-Noranda. Les Chicoutimiens ont perdu trois parties de suite devant leurs partisans pour la première fois de la saison. Ils se sont maintenant inclinés à 11 reprises en 15 matchs depuis la fin de la période des échanges.
Contrairement à la veille, les locaux n'ont pas été les agresseurs face à un adversaire clairement plus acharné. Après deux périodes à se défendre et surtout où ils n'ont rien provoqué en attaque, les Saguenéens ont finalement montré un peu de saveur au troisième engagement. Lors des 40 premières minutes, même lorsque les Chicoutimiens évoluaient avec l'avantage d'un homme, les meilleures chances ont appartenu aux visiteurs. «On a eu de la misère aujourd'hui en avantage numérique, ce n'est pas un secret», a admis l'entraîneur-chef Patrice Bosch qui a indiqué que ses protégés avaient mal exécuté la stratégie mise en place.
Après deux périodes, les chances de marquer répertoriées par le statisticien de l'équipe locale, Joris Côté, affichaient 21-6 en faveur des visiteurs et le cadran des tirs 37-16. Malgré tout, Patrice Bosch, n'avait pas l'impression que son club avait été déclassé lors des deux premières périodes. «Entre les périodes, on regarde la provenance des lancers. J'ai trouvé que plutôt d'envoyer la rondelle en fond de territoire, ils la mettaient sur notre gardien pour avoir des mises en jeu, a noté le pilote des Bleus qui a compté trois tirs de l'adversaire de l'enclave sur 18 lancers au premier engagement. «Il y a eu des séquences où ça tourné. Souvent, ça tournait à l'extérieur de l'enclave. Je disais à mes joueurs que tant que ça reste près de la bande, ça ne me dérange pas du tout», a-t-il souligné.
«En même temps, il faut qu'on en prenne plus», a poursuivi Patrice Bosch qui acquiesçait qu'il y avait une raison si les Huskies avaient obtenu pratiquement le double de tirs.
En troisième, les Sags ont repris de la vigueur. En fin de deuxième période, le pilote des Bleus a décidé de modifier ses trios et William Gignac s'est retrouvé séparé de Laurent Dauphin et Dominic Beauchemin. «Je trouvais qu'il y avait des gars qui ne jouaient pas du gros hockey. Des fois, ça arrive qu'un joueur n'est pas dedans. C'est mon travail de jouer avec ça et les changements qu'on a faits ont été bons», d'expliquer Patrice Bosch.
Lors d'un avantage numérique, Laurent Dauphin a fait tout le travail avant de remettre à Dominic Beauchemin qui a complété pour faire 1-1. Avec cinq minutes à faire, avec les deux premières lignes sur la patinoire, Marcus Power s'est libéré dans l'enclave et a battu Julio Billia d'un tir parfait dans la partie supérieure. «On est à un lancer d'égaler ce match-là ou même de le gagner. À 1-1, on a eu des chances et on n'a pas su en profiter», d'estimer Patrice Bosch qui ne se satisfait plus des pointages serrés dans la défaite. Encore une fois, la nervosité était évidente dans le camp chicoutimien. L'entraîneur ne voulait pas se servir du manque d'expérience comme excuse. «Il faut trouver des moyens de gagner. On ne se dira pas satisfait de dire qu'on a perdu 2-1 contre les Huskies. Un moment donné, il faut trouver des moyens de gagner ces matchs-là et on ne l'a pas fait ce soir.
«Ils ont eu des chances, mais nous aussi, surtout en troisième. La ligne est mince. On dirait qu'on est comme la température dans une mauvaise passe. On est dans une petite tempête et toutes les fois qu'on fait une erreur, ça nous coûte, a-t-il repris. Il faut qu'on soit plus efficaces dans nos forces et plus attentifs sur nos faiblesses. Présentement, nos faiblesses nous coûtent. Il faut être plus vigilants dans notre zone. Chaque fois qu'on laisse aller un gars, ça nous fait mal. Le but gagnant est un bel exemple.»
° L'ancien des Sags Jean-Gabriel Pageau est passé à une passe de réussir un tour du chapeau à la Gordie Howe vendredi soir dans une victoire des Senators de Binghamton 6-2 sur les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton dans un match de la Ligue américaine. Après avoir marqué un but en désavantage numérique en première, son huitième de la saison, l'attaquant de 22 ans a jeté les gants en fin d'engagement devant Harrison Ruopp à qui il concédait quelques pouces. Pageau a renversé son adversaire à son premier combat de la saison...
° Trois joueurs étaient suspendus pour des gestes posés vendredi. Pour les événements survenus en fin de première période, Jack Nevins (donner de la bande) et Jérémy Carignan (coup à la tête) ont tous deux été sanctionnés. Jérémy Carignan ratera également le prochain match des Saguenéens. Nikita Lyamkin a également été suspendu pour une rencontre pour avoir retiré le casque de Marcus Power lors d'un combat. Victime du coup de Nevins, le défenseur des Sags Julien Lepage n'était pas en uniforme. Il devrait rater encore un minimum d'une semaine...
° Avec un but et une passe hier dans une victoire de 5-2 des Foreurs sur les Cataractes, l'attaquant Anthony Mantha a atteint le plateau des 100 points à seulement son 46e match de la saison. Il a maintenant 49 buts à sa fiche...