En plus de l’entraînement sur la glace, les joueurs des Espoirs ont également participé à une séance vidéo avec les joueurs et entraîneurs des Sags.

Les Espoirs AAA avec les Sags: s’entraîner avec les « vrais »

Même s’ils ne pourront représenter les Sags au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, les porte-couleurs des Espoirs AAA du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont tout de même sauté sur la même glace que les « vrais » joueurs de la formation de la LHJMQ, mercredi après-midi, le temps d’un entraînement.

Les Espoirs enfileront tout de même le chandail des Sags dans trois semaines, à l’occasion du Tournoi international de Bernières, après avoir été refusés par les dirigeants du Tournoi pee-wee de Québec. En raison du nombre limité d’équipes, les responsables ont plaidé le calibre des équipes. Or, depuis ce refus, les représentants régionaux, qui sont deuxièmes au classement de la Ligue d’Excellence du Québec, n’ont pas connu la défaite en 13 rencontres en saison régulière.

« C’est sûr qu’au début, les gars étaient déçus de ne pas aller au Tournoi pee-wee de Québec. On y allait tous les ans et c’est une grosse expérience. Ils nous ont tout de suite dit que ça allait nous rendre plus forts et veulent montrer qu’ils avaient leur place », signale l’entraîneur-chef des Espoirs, William Bourque.

« En même temps, on a su qu’on jouait contre les Tchèques, les Islanders de New York et la Beauce. Il n’y a qu’une équipe sur trois qu’on connaît et les Tchèques ont gagné l’an dernier. Ils ne jouent pas le même genre de hockey que nous. Ça va être le fun de voir autre chose. C’est sûr que si on avait affronté juste des équipes du Québec, ce ne serait pas pareil, mais là, ce sera quand même une expérience particulière. Les gars sont reconnaissants de tout ça et peu importe où on allait, ça aurait fait pareil », rappelle-t-il.

Une tradition

C’est devenu une véritable tradition pour les Saguenéens d’accueillir les joueurs des Espoirs pour le temps d’un entraînement. Même si le tournoi change, il n’était pas question de laisser tomber l’activité, assure Yanick Jean. « Année après année, on se fait un devoir de le faire, poursuit-il. On le fait pour les jeunes. On redonne au suivant. C’est important d’avoir une implication dans la communauté et le sentiment d’appartenance. Ce sont des jeunes qui vont nous représenter et ils doivent être fiers de ça. »

Conviés au Centre Georges-Vézina en début d’après-midi, en plus de leur présence sur la glace d’un peu plus d’une heure, ils ont également participé à un entraînement à l’extérieur et une séance de vidéo. « On veut leur faire vivre un peu une journée d’entraînement pour nous », résume Yanick Jean.

« Je retiens qu’on doit tout le temps donner notre 100 % et écouter les conseils des entraîneurs. Ce qu’ils nous demandent de faire, ce sont toujours les bonnes choses à faire », raconte le capitaine des Espoirs, l’Almatois Justin Lemay. Des propos repris par William Bourque.

« Les entraîneurs amènent exactement les mêmes points qu’on leur amène. Ils confirment un peu ce qu’on leur enseigne. Ça leur permet de progresser. Ils voient que c’est vraiment comme ça que ça se passe, même dans le junior majeur. Ils prennent conscience qu’on ne leur dit pas n’importe quoi », souligne-t-il.