Le verre à moitié plein

CHRONIQUE / Le verre des Sags est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Si certains voient les choses d’un oeil négatif, la réalité donne raison aux plus positifs.

Il faut se souvenir qu’en début de saison, tout le monde s’entendait pour dire que la présente saison serait un succès si l’équipe terminait dans le deuxième tiers du classement général, soit entre les positions 7 à 12. À la pause des Fêtes, soit la mi-saison, les Sags pointent au 10e rang du classement général et septièmes dans une conférence excessivement compétitive. L’excellent début de saison de la formation chicoutimienne a probablement haussé les attentes des partisans qui sont devenues quelque peu irréalistes.

Pour remettre les choses en perspective, dans l’autre conférence, les Saguenéens seraient en position d’avoir l’avantage de la glace en première ronde. À l’exception des Huskies et des Voltigeurs, toutes les équipes aspirantes et acheteuses sur le marché des transactions se retrouvent en compétition directe avec les Sags. En plus, les équipes des Maritimes affrontent dix fois les Sea Dogs et le Titan, qui cumulent à deux 26 points en 67 rencontres. Pendant ce temps, les Chicoutimiens doivent se taper dix duels avec leurs rivaux du Drakkar de Baie-Comeau. Comme l’avait bien illustré Phil Desgagné dans une chronique en novembre, on parle d’une différence de dizaines de points.

Les Saguenéens sont en plein coeur d’un mouvement jeunesse qui va s’accélérer dans les prochains jours, avec en tête les deux premiers choix de l’équipe en juin dernier, Hendrix Lapierre et Théo Rochette, ainsi que le défenseur russe Artemi Kniazev. Ces trois joueurs obtiennent beaucoup de minutes de jeu, mais ils demeurent des recrues dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Les performances d’Alexis Shank ont également faussé les données en début de saison. Le gardien de 18 ans a multiplié les sans-faute pour remporter sept de ses dix premières décisions.

Depuis le voyage de l’équipe au début du mois de novembre dans les Maritimes, les Sags ont éprouvé plus de difficultés, ce qui a fait maugréer plusieurs partisans, et avec raison, notamment après la défaite à domicile devant les Tigres de Victoriaville au dernier match local. La fatigue est directement responsable de cette baisse de régime. Il y a un monde entre le midget AAA et le junior majeur, tandis que ce n’est pas du tout la même chose de passer d’une douzaine à une vingtaine de minutes d’utilisation dans une rencontre. Mis à part Jérémy Groleau et Zachary Lavigne, qui sera sur la touche pour un bon moment au retour, les Sags ne pouvaient pas compter sur de réelles valeurs sûres.

Le problème des Sags s’est quelque peu retrouvé dans ce qui devait être une force en début de saison, soit la profondeur de l’équipe. Les vétérans Samuel Houde, Mathieu Desgagnés (échangé à Bathurst), Ryan Smith, Vincent Lapalme, Jesse Sutton et Félix-Antoine Marcotty n’ont pas répondu aux attentes, ce qui a placé la formation dans une position fragilisée à l’attaque. Les responsabilités ont donc été accrues pour les deux recrues ainsi que Justin Ducharme, qui en était à ses premiers pas dans un rôle plus offensif, ce qu’il a très bien rempli, lui qui se dirige vers une production de 30 buts.

Encore une fois, les Sags liquideront à la période des Fêtes, mais Yanick Jean n’a pas le choix avant autant d’équipes qui foncent. Il doit poursuivre ce qui a été commencé. Ce pas en arrière permettra à l’organisation de faire des pas de géants à compter de l’an prochain où la pression sera au rendez-vous. Yanick Jean a toutes les cartes en main pour mettre la table pour des saisons mémorables à Chicoutimi et enfin un retour au sommet pour les Sags. La cassette a souvent été la même lors des dernières années, mais cette fois, ça semble la bonne.