Hendrix Lapierre aimerait bien représenter le Canada au Championnat du monde des moins de 20 ans cet hiver.
Hendrix Lapierre aimerait bien représenter le Canada au Championnat du monde des moins de 20 ans cet hiver.

Le couteau entre les dents, Hendrix Lapierre vise haut

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Au cours des derniers jours, Hendrix Lapierre a participé au camp virtuel de Hockey Canada en prévision du camp de sélection d’Équipe Canada junior pour le Championnat du monde des moins de 20 ans. L’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi ne s’en cache pas, il veut représenter son pays dès cet hiver.

Lors de ce camp virtuel, auquel participait également son coéquipier chez les Sags Dawson Mercer, les joueurs ont pu discuter avec le personnel d’entraîneurs de l’équipe et les autres joueurs. Au menu, il a été question des responsabilités qui viennent avec le fait de porter l’unifolié.

« C’est une première expérience dans ce genre de camp. J’ai été agréablement surpris. Ils ont fait un excellent boulot pour que ce ne soit pas monotone, que ce ne soit pas trop long. C’est plaisant de pouvoir rencontrer les gars de l’Ontario, les gars de l’Ouest et de revoir des visages familiers. Ils voulaient apprendre à connaître les joueurs et établir une chimie. Ils veulent s’assurer qu’on soit tous dans le même bateau. »

Lapierre a encore deux saisons d’éligibilité pour le Championnat du monde des moins de 20 ans, mais il aimerait bien se tailler un poste avec l’équipe dès cet hiver. « Jouer pour Équipe Canada junior, ce n’est pas facile, mais c’est une expérience hors du commun. C’est un de mes objectifs et un rêve depuis que je suis petit. Je suis un compétiteur, un gars qui veut faire ces tournois-là. Je vais me présenter au camp avec une attitude positive et rendu là, tout peut arriver. »

Vivement le retour du hockey

Comme la grande majorité des hockeyeurs, et même la grande majorité des athlètes, Hendrix a passé un bon bout loin des patinoires, surtout avec une blessure qui l’a tenu à l’écart du jeu depuis le mois de novembre 2019. Toutefois, Hendrix assure qu’il est remis et qu’il est prêt à jouer.

« Je suis sur la glace deux ou trois jours par semaine. Je réussis à m’entraîner avec d’autres joueurs, faire du trois contre trois, du cinq contre cinq. J’essaie de travailler sur mon explosion. J’ai hâte de recommencer. Si ça recommence le 1er octobre, je vais être prêt, et si c’est le 1er décembre, je vais être prêt aussi. »

Mettre son énergie à la bonne place

De son propre aveu, Hendrix Lapierre se concentre sur ce qu’il peut contrôler. Il ne veut pas trop penser à la prochaine séance de sélection de la LNH, mais plutôt sur son début de saison chez les Saguenéens.

« J’ai hâte de voir ce que ça va donner et ça va être une journée très spéciale, mais d’ici là, on ne sait pas ce qui va arriver, donc je n’y pense pas vraiment. Il y a beaucoup de travail à faire avant ça. On va peut-être avoir le début de saison avant le repêchage, alors ce serait une belle occasion de faire ses preuves. Je veux justement en profiter. C’est un de mes objectifs de connaître un bon départ », a avoué celui qui est vu comme un espoir de premier tour.

Le Gatinois devrait arriver à Chicoutimi vers le 24 août, en prévision du camp des Saguenéens. Il croit d’ailleurs que son équipe sera encore à surveiller cette saison. « On veut montrer qu’on va être une équipe dure à affronter. J’ai confiance en ce que l’on peut accomplir. On a encore une très bonne équipe cette année. Je pense qu’avec les départs, le fait que ce soit ma troisième année, je vais avoir un rôle un peu plus important. Je veux être un leader et montrer que je suis un joueur offensif, mais aussi un joueur important dans les deux sens de la patinoire. »

Place aux surprises dans la LNH

Questionné sur le retour au jeu dans la Ligue nationale de hockey, Hendrix avoue être fort heureux de pouvoir regarder du hockey en août. « Je finis souvent de m’entraîner à midi et le reste de la journée, je regarde les matchs, peu importe quelles équipes jouent. Pour un passionné de hockey comme moi, c’est spécial d’avoir du hockey en août. Je suis heureux de pouvoir regarder les joueurs. »

Il croit d’ailleurs que le format utilisé cette année est idéal pour causer des surprises. « C’est un format assez différent. Il y a des favoris, mais c’était sûr qu’il allait y avoir des surprises. Ce sont les séries et tout le monde peut gagner. Le hockey, c’est un sport où tout le monde peut battre tout le monde. L’équipe qui se présente le mieux chaque soir a de bonnes chances de gagner. Le Canadien était sous-estimé et ils ont montré que tout est possible. »