Oscar Plandowski, qui a été accueilli par la direction des Saguenéens, n’a pas rejeté l’idée de joindre les rangs de la formation la saison prochaine. Plandowski a affirmé qu’il se présenterait au camp et qu’il prendrait une décision à ce moment.

Le coup de circuit de Yanick Jean

ANALYSE / Les Saguenéens ont parlé seulement trois fois lors des 113 premiers choix du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec qui se déroulait samedi au Centre Vidéotron, ce qui n’a pas empêché Yanick Jean et son équipe de miser gros avec leurs deux premières prises.

Ils ont opté non pas une, mais deux fois sur des défenseurs au style similaire et qui ont fait part de leurs intentions de prendre la voie des collèges américains avec le Néo-Écossais Oscar Plandowski et le Trifluvien Jacob Guévin. En prime, les dirigeants de l’équipe ont récupéré leur choix de première ronde en 2020 en transigeant avec le Titan d’Acadie-Bathurst, ce qui les faisait passer du 19e au 29e échelon en deuxième ronde où ils ont choisi Guévin.

LIRE AUSSI | Tout sur les Assises des Sags

« C’est sûr que plein d’équipes vont dire ça, mais si tu m’avais dit en début de journée qu’on aurait la chance de repartir avec Plandowski et Guévin, j’aurais dit wow et j’aurais eu de la misère à le croire. Il était aucunement question de m’avancer au repêchage non plus. On ne pensait pas que c’était possible. Maintenant, on va faire nos devoirs et les amener avec nous », a indiqué le grand manitou des Sags, ajoutant qu’une visite des installations était prévue prochainement.

Yanick Jean a simplement suivi le plan qu’il avait établi depuis un bon moment. Dès son arrivée aux Assises à Québec la semaine dernière, il avait annoncé ses intentions de frapper le coup de circuit avec un récalcitrant, du moins avec son choix #18, et ce, même s’il n’avait même pas rencontré le défenseur très mobile en marge du repêchage. Plusieurs clubs, notamment des Maritimes, ont tenté de s’avancer pour le sélectionner.

« Je ne voulais pas que personne pense qu’on avait de l’intérêt pour lui. C’est le joueur qu’on espérait selon comment la première ronde allait se dérouler. Ça fait quelques mois qu’on fait des plans ce qui a fait en sorte qu’on avait une chance de l’avoir », de résumer Yanick Jean.

« Il n’était pas ouvert à aller jouer dans beaucoup d’équipes. Par contre, il est ici et s’est présenté contrairement à d’autres qui auraient dû faire la même chose. C’est bon pour lui et pour la ligue. Maintenant, Plandowski, on l’avait dans les cinq premiers sur notre liste. On ne pouvait pas laisser passer un joueur de cette qualité à ce rang. On va tout faire pour le convaincre. Sinon, il y a des règles en place qui nous protègent », de rappeler le DG des Bleus. Si Plandowski décide de prendre le chemin des États-Unis, il récupérera le même choix au prochain repêchage l’an prochain.

Sur le plancher du repêchage, tous les spécialistes rencontrés au cours de la journée s’entendaient pour dire que Plandowski et Guévin avaient plus de talent que leur rang de sélection. Ils étaient tous les deux sur place, ont enfilé le chandail de l’équipe et n’ont pas du tout fermé la porte à évoluer dans la LHJMQ et avec les Sags en entrevue. « Je suis engagé avec l’Université Quinnipac présentement, mais je regarde sérieusement l’option de la LHJMQ », a indiqué Plandowski, confirmant qu’il sera au camp d’entraînement et qu’il devrait prendre une décision au cours de l’été.

« Je veux seulement garder mes options ouvertes. J’ai des décisions à prendre cet été, mais ce sont de belles options », a ajouté le hockeyeur, qui est reconnu pour sa mobilité, lui qui a cumulé 53 points l’an dernier en 48 matchs avec le Select hockey Academy U15.

Pour sa part, Jacob Guévin a une entente avec l’Université Nebraska, mais tenait des propos très nuancés après avoir rapidement rencontré les membres de l’état-major des Sags. « Je vais prendre deux semaines pour penser à ça et laisser retomber la poussière. Ce sont de grosses décisions qui vont être prises rapidement. C’est sûr que l’engouement est un peu plus là avec les entrevues et le repêchage. Je vais prendre un peu de temps pour prendre la meilleure décision pour moi », d’annoncer celui qui était classé 19e par le CSR, qualifiant les Sags d’organisation de première classe, lui qui évoluait l’an dernier en compagnie d’un autre espoir de l’organisation, Loris Rafanomezantsoa.