Liam Murphy a disputé 35 matchs en séries depuis le début de sa carrière, remportant les grands honneurs l’an dernier avec le Titan d’Acadie-Bathurst.

L’apport du vétéran Liam Murphy

Quand il a été acquis par les Saguenéens du Titan, durant la période des Fêtes, Liam Murphy a amené avec lui un important bagage en séries éliminatoires.

L’attaquant de 20 ans a non seulement joué un rôle important dans la double conquête de la coupe du Président et de la coupe Memorial l’an dernier par le Titan, mais a également atteint deux fois le carré d’as avec les Wildcats de Moncton, en 2015 et 2016. Il est donc bien placé pour dire à ses jeunes coéquipiers ce qu’il faut pour faire un bout de chemin en séries dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

« Les trois joueurs de 20 ans (Morgan Nausse et Zachary Lavigne) ainsi que les autres meneurs de l’équipe doivent montrer la voie aux plus jeunes. Je ne pense pas que l’âge est un facteur rendu en séries éliminatoires. Ce sont d’excellents joueurs et ils ont une attitude compétitive », de souligner Liam Murphy, qui a marqué huit buts et ajouté trois passes en 29 rencontres depuis son arrivée avec les Sags.

« En séries, il y a toujours des hauts et des bas, mais tu ne peux jamais abandonner. Il faut toujours continuer à pousser et tu finis par en retirer les bénéfices », indique le joueur américain natif de Killingworth, au Connecticut, qui a également disputé 299 matchs en saison régulière.

Style physique

L’entraîneur-chef et directeur général des Sags, Yanick Jean, rappelle qu’il a fait l’acquisition de Liam Murphy, un contre un, en retour d’un autre joueur de 20 ans, Jesse Sutton, pour deux raisons principales. D’abord, il désirait améliorer son équipe sur la route, ce qui a été le cas en deuxième moitié de saison, puis ajouter un joueur qui cadre avec le style de jeu de la grande danse du printemps avec ses 6 pieds 1 et 215 livres.

« Dernièrement, il sentait que les séries s’en venaient », de laisser tomber le pilote des Bleus.

« Il donne des mises en échec qui font mal et qui donnent du momentum à notre équipe. C’est un leader à sa manière sur la patinoire. Sa présence fait grandir tout le monde », reprend-il.

« En séries, c’est du hockey différent. C’est certainement plus physique pour les deux équipes. Sur cet aspect, je veux montrer la voie aux autres », assure Liam Murphy qui, l’an dernier, a amassé dix points lors du parcours victorieux du Titan qui avait écarté les Sags, non sans difficulté, en six matchs en première ronde.

« Il a tellement été bon contre nous l’an passé. (Ethan) Crossman et lui avaient été incroyables contre nous. On pense qu’il peut être aussi efficace avec nous », de laisser savoir Yanick Jean.

+
POINTES DE PLUME

• Après le dernier entraînement de l’équipe avant le départ pour Rimouski en après-midi, Yanick Jean a assuré que le défenseur Jérémy Groleau ainsi que les attaquants Justin Ducharme et Jérémy Fortin, seront à leur poste pour le début de la série, vendredi soir. « Tout ce qu’on a fait dans le dernier droit, c’est par précaution. Tout le monde est à 100 % », a-t-il indiqué. Jérémy Groleau montre la plus longue absence du trio, ayant raté les neuf dernières rencontres de la saison. Jérémy Fortin a raté les cinq derniers matchs et Justin Ducharme a fait l’impasse sur les deux matchs, en fin de semaine dernière. 

• Bien entendu, Yanick Jean ne s’est pas montré surpris que l’Océanic soit favorisé dans les différentes prédictions. « Ça va se jouer sur la glace. Pour nous, ça ne change rien que les gens pensent que Rimouski va gagner. Je n’ai pas de problème avec ça et c’est même normal », de convenir l’entraîneur-chef, rappelant les acquisitions des hommes de hockey de l’Océanic depuis un an. « Quand tu bâtis un club comme ça, ce n’est pas pour perdre en première ronde. Je comprends que c’est plus une série qui a des allures de quart de finale en raison de la nouvelle formule des séries. 5 contre 8, normalement, on voit ça en deuxième ronde », d’indiquer Yanick Jean qui, pour le reste, se concentre sur son équipe. Dave Ainsley

Les Sags pris très au sérieux

(Johanne Fournier, Le Soleil) S’il affirme que ses troupiers sont fin prêts pour les séries éliminatoires qui commencent vendredi, Serge Beausoleil est conscient du défi de taille qui attend l’Océanic en se mesurant aux Saguenéens de Chicoutimi. «C’est une équipe qu’il faut respecter au plus haut point», prévient l’entraîneur-chef de Rimouski.

Prendre l’adversaire très au sérieux, tel est l’essentiel du message qu’il martèle auprès de ses soldats. «Ils nous ont battus quatre fois sur six, cette année, rappelle-t-il. Dans la deuxième moitié de saison, ils ont accumulé deux points de plus que nous autres. C’est une équipe qui n’a pas perdu à ses sept derniers matchs. Ils font flèche de tout bois, en ce moment.»

Le surdoué

Mais tous les espoirs sont permis quand on compte, au sein de la troupe, un surdoué comme Alexis Lafrenière. À 17 ans, la jeune vedette a pris de la maturité depuis les dernières séries. «Les grands joueurs s’illustrent dans les grandes occasions, croit Beausoleil. Alors, c’est sûr qu’on s’attend à ce que notre jeune prospect joue du très bon hockey et il est très motivé par ça. Mais, il aborde ça de la même façon que pour les autres matchs : s’amuser et jouer le meilleur hockey possible.»

L’entraîneur ajoute que son numéro 11 ne sera certes pas le seul à faire la différence, puisqu’il compte sur la contribution de Charle-Édouard D’Astous et de Jimmy Huntington. Serge Beausoleil ne peut cependant oublier la présence d’excellents joueurs au sein de la formation de Yanick Jean, dont Hendrix Lapierre et Théo Rochette, respectivement premier et septième choix au total de l’an passé. Le pilote de Rimouski souligne que la difficulté à affronter les Sags réside principalement dans la qualité et la structure de leur jeu. «Ils ferment bien le jeu, continue-t-il. Il va falloir travailler très fort contre eux!» Devant le filet, Colten Ellis et Alexis Shank disposent de fiche ressemblante. L’une des principales différences se situe dans l’expérience d’Ellis en séries, tandis que Shank en sera à son baptême.

L’Océanic a complété sa saison avec 92 points, soit un de moins que lors de la précédente. Au classement général, Rimouski n’a que 7 points d’écart avec Chicoutimi. Les Bas-Laurentiens se classent au troisième rang, tandis que les Saguenéens occupent la sixième place. L’Océanic et les Saguenéens en seront à leur sixième affrontement de l’histoire en séries et aucun n’aura été facile.