Vincent Lapalme a participé à plusieurs activités communautaires, cette saison, avec les Saguenéens.

Lapalme «l'aidant naturel»

Vincent Tremblay-Lapalme est intense sur la patinoire et il est tout aussi impliqué à l’extérieur de la glace.

À sa deuxième saison avec les Saguenéens, l’attaquant de 18 ans est au centre de plusieurs initiatives de l’organisation chicoutimienne dans la communauté. En début de saison, il a eu l’idée, avec son ancien coéquipier et capitaine de l’époque, Olivier Galipeau, de participer au Défi têtes rasées de Leucan, ce qui a permis d’amasser près de 8000 $. Il prévoit déjà répéter l’expérience la saison prochaine. Le natif de Laval a participé à plusieurs autres activités, au cours des derniers mois, comme le Club des petits déjeuners, la collecte de sang ainsi que diverses activités auprès des partisans. Bref, si les Sags tiennent un événement, Vincent Lapalme sera sur place. 

« Ça vient avec ma personnalité. J’aime ça aider les autres, exprime Lapalme. Quand on m’arrive avec quelque chose, je suis tout le temps prêt. Je suis tout le temps partant à le faire, peu importe ce qu’on me demande. »

Jeudi, après un entraînement hors glace, il planifiait une autre activité pour des jeunes en compagnie du capitaine Zachary Lavigne, de leur propre chef.

« Pour moi, c’est naturel d’aider. J’aime faire ça. Tu vois que ça fait plaisir aussi, donc c’est encourageant de continuer », fait valoir le numéro 37, soulignant le support de ses coéquipiers. 

« On sait que dans la communauté, on est des privilégiés », rappelle-t-il. 

« Ce qui fait qu’il se démarque, il est tout le temps au-delà de faire juste l’action et d’être là. Il fait plus », raconte le directeur des opérations de l’équipe, Serge Proulx, ayant en tête son implication plus que symbolique lors de la clinique de sang

« Il est au-devant des choses. Il a une portion d’investissement personnel de lui sans qu’on insiste. C’est naturel. Ça coule “au bout”. C’est remarquable. C’est comme inné pour lui. Neppy (Rénald Nepton) dit souvent que c’est un aidant naturel. C’est spontané », expose-t-il.

Marqué

Un événement a particulièrement marqué Vincent Lapalme, avant la période des Fêtes. Il s’est rendu avec quelques coéquipiers à l’hôpital de Chicoutimi pour rendre visite à Mathieu Corbin, grièvement blessé quelques mois plus tôt dans un accident. Quelques mois plus tard, le jeune homme a été invité à une partie des Sags, en plus d’avoir le privilège de se rendre dans le vestiaire. 

« Juste de voir sa réaction quand il nous a vus, ça m’a marqué. Je suis sensible à ces affaires-là. Après, il m’a envoyé des messages sur Facebook et je continue à le supporter. Ça va vraiment mieux de ce temps-ci en plus », raconte avec le sourire Vincent Lapalme, ému de voir que de petits gestes peuvent avoir des répercussions positives. 

« C’est quelque chose qui m’a marqué. Quand on est allés le voir, il nous attendait à la porte quand on est arrivés. C’est de voir sa réaction et comment il était content de nous voir. C’est quelque chose que je ferais chaque jour », d’assurer Vincent Lapalme. 

POINTES DE PLUME

• La participation des Sags aux prochaines séries est maintenant confirmée. Avec une défaite de 6-2 jeudi face à l’Armada, les Cataractes ne peuvent plus rejoindre la formation chicoutimienne au classement. Les Sags n’ont pas raté les séries depuis la saison 1999-2000...

• Avec le retour de Kelly Klima mercredi, les Sags ont maintenant un alignement complet. « Je ne suis pas sûr que c’est arrivé encore cette année. On va toucher du bois », de noter l’entraîneur-chef Yanick Jean. Le pilote des Bleus se souvient qu’au début du mois, l’infirmerie tournait au ralenti, mais lors du voyage dans les Maritimes, trois joueurs sont tombés au combat...

• Avec un horaire chargé, les entraîneurs ont réparti les effectifs sur les unités spéciales. Un seul joueur évolue maintenant tant sur l’avantage que sur le désavantage numérique, le vétéran Kevin Klima. « C’est le défi de garder tout le monde en santé. Avec le nombre de matchs rapprochés d’ici la fin de la saison, on se doit d’utiliser tout notre personnel », d’insister Yanick Jean...

• Le Drakkar et les Sags croiseront le fer une dixième et dernière fois cette saison, vendredi soir, au centre Henry-Leonard de Baie-Comeau. Les Chicoutimiens ont remporté six des neuf premiers affrontements et n’ont perdu qu’une fois, en prolongation, lors des quatre premiers duels sur la Côte-Nord. Malgré tout, le Drakkar profite d’un coussin confortable de sept points sur les Sags au classement. « Il n’y a aucun match de quatre points ici », de plaider Yanick Jean, plus axé sur la progression de sa troupe qui tentera de stopper une séquence de trois revers vendredi...

• D’ici la fin de la saison, les Sags ont le 7e calendrier le plus difficile. Ils feront face à des clubs qui ont un pourcentage de .588. Après Baie-Comeau et la visite des Mooseheads et des Voltigeurs, samedi et lundi, les Chicoutimiens se rendront ensuite à Sherbrooke, Gatineau, Shawinigan et Québec avant de revenir à domicile, et possiblement au Centre Georges-Vézina, pour conclure la saison avec un programme double face aux Huskies de Rouyn-Noranda...