L’année des Saguenéens?

L’attente a été très longue, pour ne pas dire interminable, mais on y est. Avant même que ne débute la saison 2019-2020 dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, il est possible d’affirmer sans se tromper que les Saguenéens auront une équipe de premier plan et aspireront aux grands honneurs au printemps.

La dernière fois que les Sags ont annoncé leurs couleurs de cette manière à l’aube de la saison 2014-2015, ça ne s’est pas très bien passé avec la 15e place du classement général, ce qui a mené au congédiement de Patrice Bosch et de Marc Fortier et à l’arrivée de Yanick Jean dans les doubles fonctions d’entraîneur-chef et de directeur général. Cette fois, la situation n’est pas la même. L’alignement de départ est beaucoup plus solide, même si des points d’interrogation demeurent. Yanick Jean est également un vétéran derrière le banc et sait comment gérer la situation. Il n’a d’ailleurs pas manqué de lancer une flèche à ses troupiers, la semaine dernière, lors de la présentation de l’équipe devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord.

« Nos joueurs se font dire partout qu’on va avoir une bonne équipe. On va avoir une bonne équipe à condition qu’on travaille. Si on le fait, oui, mais sinon, on n’est pas meilleurs que personne. Dans notre ligue, les équipes qui travaillent soir après soir ont du succès. Ce n’est pas une question de talent et c’est ce qu’on va devoir mettre dans la tête de tous », a-t-il prévenu, ce qu’il répète à tout vent depuis. Une grosse machine peut parfois prendre plus de temps à se mettre en marche.

Ce qui l’aide comparativement à 2014, c’est le leadership sur lequel il peut compter dans le vestiaire. En plus de Justin Ducharme, qui était déjà là l’an dernier, le nouveau capitaine Rafaël Harvey-Pinard, Ethan Crossman et Félix-Antoine Drolet ont tous déjà soulevé la coupe Memorial et seront des ressources importantes pour le reste du groupe. Gagner, qu’on le veuille ou non, ça s’apprend et il faut parfois frapper le mur avant d’enregistrer. Il y a également fort à parier que du renfort viendra également pendant la période des Fêtes. Le contraire serait plutôt étonnant. En prime, Jean a toutes les munitions pour le faire avec trois choix en première ronde au repêchage de 2020.

La force des Sags est sans contredit l’attaque, qui regorge de talent. Outre Ducharme, Harvey-Pinard et Crossman, les joueurs de 17 ans Théo Rochette, Hendrix Lapierre et William Dufour, ainsi que les vétérans Samuel Houde, Félix-Antoine Marcotty et Christophe Farmer, pourront tous contribuer. C’est sans compter le retour possible de Vladislav Kotkov, mais ce n’est que pure spéculation pour le moment. Ce n’est pas le plus régulier, mais on parle quand même de 34 buts la saison dernière. Si tout tombe en place, les Sags pourraient très bien s’approcher de la barre des 300 buts, ce qui n’a pas été vu à Chicoutimi depuis 2005-2006.

Si l’attaque est une valeur sûre, c’est tout le contraire pour la défensive et le camp d’entraînement n’a rien fait pour rassurer les partisans. Pour le moment, le retour de Jérémy Groleau semble improbable, ce qui crée une brèche importante dans la brigade. Présentement, Félix-Antoine Drolet est l’arrière le plus expérimenté du groupe, mais avec seulement 122 matchs en carrière au cours des deux dernières saisons. Si jamais la perte de Groleau se confirme, Yanick Jean devra dénicher un autre défenseur de 20 ans afin de stabiliser le groupe. Au moins, devant le filet, Alexis Shank inspire la confiance et son adjoint Daniel Moody a fait du bon boulot en deuxième moitié, la saison dernière.

La pression sera forte sur les joueurs actuels des Saguenéens qui n’ont pas remporté la coupe du Président depuis 1994. C’est une éternité au hockey junior. Seulement pour donner une idée, à cette époque, Yanick Jean disputait sa deuxième saison complète dans l’uniforme de la formation chicoutimienne qui était dirigée par Gaston Drapeau. Oui les joueurs vont se faire dire qu’ils sont bons, mais ils vont également se faire rappeler quotidiennement que le dernier championnat remonte à plus de 25 ans.

DEUXIÈMES DANS LE TOP-10

Pour la première fois en plus de dix ans, les Sags se retrouvent dans le classement hebdomadaire du top-10 de la Ligue canadienne de hockey. Non seulement ils s’y retrouvent, mais en deuxième place, derrière les Knights de London. Les Mooseheads (6), le Phoenix de Sherbrooke (9) et les Wildcats de Moncton (mention honorable) sont les autres équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec dans la palmarès établi par des recruteurs de la Ligue nationale.

CREVIER DE RETOUR

Le défenseur Louis Crevier sera en uniforme pour le premier match de la saison des Sags vendredi à Sherbrooke après sa participation au camp du Lightning de Tampa Bay. Invité par l’organisation floridienne après avoir été ignoré au dernier repêchage, il a été retourné dans les rangs juniors mercredi. Il se rentrera au Québec vendredi et rejoindra ses coéquipiers sur le chemin vers Sherbrooke. Les défenseurs Jérémy Groleau (New Jersey) et Artemi Kniazev (San Jose), ainsi que l’attaquant Vladislav Kotkov (San Jose) participent toujours à des camps de la Ligue nationale. 

LHJMQ: LES FORCES EN ACTION 

Conférence Est

2— Wildcats de Moncton : L’acquisition du gardien saguenéen Olivier Rodrigue au dernier repêchage vient solidifier une équipe déjà très bien nantie et qui sera menée par le choix de première ronde des Flames, Jakob Pelletier. Ils ont surpris le Drakkar, l’an dernier, en première ronde des dernières séries, ce qui annonçait déjà leurs couleurs. 

3— Eagles du Cap-Breton : Nouveau propriétaire, nouveau logo, ceux qu’on appelle maintenant seulement les Eagles veulent faire des flammèches cette saison. Après sept ans à la barre de l’équipe, Marc-André Dumont a été congédié, au profit de Jakes Grimes, mais a laissé une équipe en santé, avec beaucoup de profondeur. 

4— Océanic de Rimouski : À sa troisième et probablement dernière saison, Alexis Lafrenière se sentira probablement un peu seul certains matchs. Le départ de dix joueurs de la dernière saison se fera sentir au Bas-Saint-Laurent, mais Serge Beausoleil réussit toujours à sortir un lapin de son chapeau. 

5— Mooseheads d’Halifax : Il reste encore beaucoup de bons éléments (Raphaël Lavoie, Benoît-Olivier Groulx, Justin Barron, Alexis Gravel) pour le nouvel entraîneur-chef Jean-Jacques Daigneault, mais il ne possède plus d’éléments pour faire des acquisitions aux Fêtes, ce qui demandera de la créativité... ou de vendre. La perte du défenseur Jared MacIsaac est également importante. 

6— Drakkar de Baie-Comeau : Le Drakkar devra payer la note sans même avoir remporté une ronde éliminatoire l’an dernier. Yan Aucoin, Shawn Element et Ethan Crossman ont déjà quitté et d’autres, comme Gabriel Fortier et Xavier Bouchard, devraient suivre aux Fêtes. L’état-major a également été renouvelé avec les départs du DG Steve Ahern et de l’entraîneur Martin Bernard, remplacés par Pierre Rioux et John Goyens. 

7— Remparts de Québec : Patrick Roy a vraiment mis l’équipe à sa main, depuis son retour. Il est allé chercher du leadership avec le vétéran Félix Bibeau. Comme les Sags en 2016, les Remparts amorceront la saison avec cinq joueurs de 16 ans dans leur alignement, ce qui aura parfois des répercussions sur le rendement de l’équipe. Malgré ce manque évident d’expérience, ils ne devront toutefois pas être pris à la légère. 

8— Islanders de Charlottetown : Les Islanders ne seront peut-être pas spectaculaires, mais les équipes dirigées par Jim Hulton sont toujours efficaces. La défensive déborde de talent, notamment avec Oscar Plandowski qui a été sélectionné par les Sags avant de passer aux Islanders. Le gardien Matthew Welsh entreprendra sa cinquième saison sur l’Île-du-Prince-Édouard. 

9— Titan d’Acadie-Bathurst : Les dirigeants de l’équipe ont fait des acquisitions importantes, au cours des derniers mois, mais le Titan part de tellement loin. Un duel face au Titan ne signifiera plus une victoire automatique, mais il reste encore du chemin à faire à Bathurst avant de pouvoir penser au championnat. 

10— Sea Dogs de Saint-Jean : Les Sea Dogs seront encore une fois excessivement jeunes, mais offriront tout un spectacle quand même, avec notamment le premier choix au dernier repêchage, Joshua Roy. Le noyau de l’équipe est majoritairement âgé de moins de 18 ans, ce qui est trop jeune pour toucher au succès dans la LHJMQ.

Conférence Ouest

1— Phoenix de Sherbrooke : La troupe dirigée par Stéphane Julien est absolument seule dans la Conférence Ouest. Le nouveau venu Xavier Parent pourrait débloquer avec son ami Samuel Poulin. Le seul point d’interrogation est devant le filet alors que le Phoenix misera sur le Slovaque Samuel Hlavaj à une position où la stabilité n’a pas été la force de l’équipe, au cours des dernières saisons. 

2— Foreurs de Val-d’Or : Plusieurs observateurs voient les Foreurs comme la première puissance après le Phoenix. L’alignement n’a pas énormément changé, par rapport à l’an dernier, tout le monde a pris un an et le deuxième choix au dernier repêchage, Justin Robidas, a été ajouté. Le retour de David Noël serait salutaire pour la formation de l’Abitibi. 

3— Cataractes de Shawinigan : Voilà une équipe intrigante qui pourrait faire sa part de dommages après deux ans dans le bas du classement. Les jeunes grandissent ensemble et sont prêts à passer au prochain niveau. L’acquisition du vétéran de 20 ans à la ligne bleue, Jordan Lepage, montre que le directeur général Martin Mondou fait confiance au personnel en place.

4— Tigres de Victoriaville : La reconstruction amorcée l’an dernier s’accélère, à Victoriaville. L’attaque sera encore menée par les deux Russes Egor Serdyuk et Mikhail Abramov, qui seront toutefois mieux appuyés. La défensive est très potable avec un excellent gardien en Tristan Côté-Cazenave. Tous les éléments sont en place pour une saison au-dessus des attentes. 

5— Olympiques de Gatineau : Les Olympiques devraient être en mesure de tirer leur épingle du jeu, surtout avec la faiblesse de la conférence. Les acquisitions de Carson MacKinnon et de Matthew Grouchy viendront apporter un peu de punch à une attaque qui n’a marqué que 194 buts l’an dernier. 

6— Huskies de Rouyn-Noranda : Les champions de la coupe du Président et de la coupe Memorial ont perdu beaucoup de plumes, mais on est loin de la situation du Titan d’Acadie-Bathurst la saison dernière. Certains devraient quitter aux Fêtes, mais d’ici là, les Huskies seront redoutables, surtout advenant le retour du défenseur Noah Dobson. 

7— Armada de Blainville-Boisbriand : Fidèle à son image sous l’ère Joël Bouchard, l’Armada aura avant tout une image défensive, ce qui se poursuit avec Bruce Richardson. La brigade est imposante, notamment avec l’ajout de William Cyr. La formation montréalaise parvient toujours à être compétitive, surtout grâce à son éthique de travail irréprochable. 

8— Voltigeurs de Drummondville : La reconstruction est bien entamée à Drummondville. Le directeur général Philippe Boucher a encore des éléments à sacrifier pour favoriser la relance de l’équipe. La brigade défensive sera excessivement jeune et Olivier Rodrigue n’est plus là pour réparer les gaffes devant lui.