Les joueurs des Sags ont pris part à un dernier entraînement, à la veille du début de la saison régulière, vendredi soir, à Sherbrooke.

La pression monte d’un cran pour les Saguenéens

Les Saguenéens débuteront la saison régulière vendredi soir, à Sherbrooke, mais avant même le début des hostilités, la pression est montée d’un cran lors des derniers jours.

Tous les experts et analystes voient la formation chicoutimienne dans le haut du classement, cette saison, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Pour la première fois depuis 2008, les Sags se retrouvent également dans le classement hebdomadaire de la Ligue canadienne de hockey et ils y figurent avantageusement en deuxième place, derrière les Knights de London de la Ligue de l’Ontario.

« Il ne faut pas le voir comme des attentes, mais plutôt le fait que nos partisans sont excités qu’on soit dans cette situation. Maintenant, ce qui est important, c’est ce qu’on fait avec ça. Nous aussi on est excités, mais il faut se concentrer sur les bonnes choses », de relativiser l’entraîneur-chef Yanick Jean, très en verve après l’entraînement des siens.

« Si on laisse les partisans, les médias, les médias sociaux ou peu importe nous distraire, on ne mettra pas l’emphase sur les bonnes choses. Je vais répéter la même chose tout au long de l’année : mettons l’emphase sur ce qu’on peut contrôler. »

Les joueurs des Sags ont pris part à un dernier entraînement, à la veille du début de la saison régulière, vendredi soir, à Sherbrooke.

« On pense qu’on a une bonne équipe. On est convaincus qu’on va avoir une très bonne équipe si on travaille. Maintenant, on va se concentrer sur nous. Ce que le monde dit n’a aucun impact, de rappeler le pilote des Bleus. On va travailler avec des objectifs à court terme toute l’année pour s’assurer de mettre l’emphase sur les bonnes choses en fonction de la progression de notre équipe. »

« On ne doit pas se mettre de pression et regarder ces classements. Il faut éviter les distractions et se concentrer un match à la fois, sans voir trop loin », a pour sa part élaboré le capitaine Rafaël Harvey-Pinard, qui a vécu une situation semblable l’an dernier avec les Huskies.

« C’est sûr que tu le vois passer, mais il ne faut pas s’attarder là-dessus et que ça nous dérange, d’estimer le vétéran attaquant jonquiérois. On sait qu’on a une bonne équipe et qu’on a ce qu’il faut pour se rendre loin. »

Excitation

C’est le cas toutes les années avec un camp d’entraînement interminable. Plus d’un mois plus tard, les Sags entameront finalement leur saison régulière en fin de semaine.

« On est excités que ça commence, ça c’est certain. On avait hâte. Maintenant, c’est de se préparer pour chaque match. Ce n’est pas le résultat, mais on veut voir notre équipe progresser un match à la fois », d’insister Yanick Jean.

« Tu vas parler aux entraîneurs des 18 équipes et ils vont tous dire qu’ils sont prêts. Est-ce qu’on est au niveau qu’on va être en février ? Définitivement pas. À ce temps-ci, tout le monde joue avec les joueurs sous la main. Lorsqu’il manque des joueurs, que ce soit en raison des camps professionnels ou des blessures, tu veux que d’autres prennent la relève. Tout le monde va avoir la chance de jouer », d’annoncer Yanick Jean, qui devra se passer des services du défenseur Hugo Savinsky et de l’attaquant Xavier Labrecque, tous deux blessés.

LE MOMENT D'ESSAYER DE NOUVELLES CHOSES

Au cours des prochains mois, les entraîneurs des Sags tenteront toutes sortes de combinaisons. Le laboratoire débutera dès vendredi soir alors que, normalement utilisé au centre, Samuel Houde se retrouvera à l’aile sur un trio complété par Hendrix Lapierre et Justin Ducharme. 

« J’ai adoré la fin de son camp d’entraînement, comment il s’est comporté depuis son retour du camp des Canadiens. Il a de la vie. Il faut profiter de ça », de mettre en valeur Yanick Jean qui réunira également le capitaine Rafaël Harvey-Pinard, Ethan Crossman et Théo Rochette pour cette première sortie face au Phœnix. 

« On va tenter des expériences tout au long de l’année pour profiter de ce que chacun nous donne et non dire c’est de même qu’on s’en va pis ça va être de même toute l’année. On va donner la chance à tout le monde. On sait qu’on va avoir des blessés et qu’on va vivre de l’adversité. On veut placer nos joueurs dans ces situations d’adversité pour voir comment on se comporte et on réagit pour ensuite pouvoir tomber et se relever », d’expliquer Yanick Jean, qui ne se formalise pas de devoir disputer ses quatre premiers matchs sur les patinoires adverses en raison des travaux qui seront bientôt complétés au Centre Georges-Vézina. 

« C’est comme l’avantage de la glace en séries, ça nous passe un peu 100 pieds au-dessus de la tête. Chaque année, on dit ça qu’on les joue où elles sont. On en a 68 à jouer, 34 à domicile et 34 sur la route. Ça n’a aucun impact », de trancher l’entraîneur-chef. 

« Le début de saison, c’est tout le temps important. Il faut aller chercher le maximum de points et montrer nos couleurs aux autres équipes », d’annoncer Rafaël Harvey-Pinard.