L'entraîneur des Saguenéens, Patrice Bosch.

La pire défaite de l'année

Après avoir disputé un bon match samedi à Val-d'Or, les Saguenéens de Chicoutimi ont frappé un véritable mur, hier, à leur deuxième rendez-vous en quelques heures avec les Foreurs. Ils ont encaissé leur pire défaite de la saison, une raclée de 12-3.
Les Saguenéens n'ont jamais été dans le coup face aux Foreurs. Même s'ils n'ont pas disputé une mauvaise première période, ils ont vu leurs rivaux prendre une avance de 3-0. Au retour des deux équipes sur la patinoire, Laurent Dauphin a redonné un peu d'espoir aux visiteurs, mais le toit du Centre Air Creebec leur est ensuite tombé sur la tête. Les visiteurs ont répliqué avec pas moins de sept buts consécutifs avant le son de la sirène...
«J'aimerais bien pouvoir expliquer ce qui s'est passé en deuxième période, mais je suis encore à l'étape où j'essaye de comprendre ", a résumé l'entraîneur des Saguenéens, Patrice Bosch.
«Notre première période était très bonne, mais nous leur avons donné quatre chances de marquer et ils ont obtenu trois buts. Selon nos chiffres, ils n'ont lancé que sept fois en première période. Ils ont été très opportunistes. Nous avons commis trois erreurs qui ont coûté trois buts. Trois erreurs flagrantes dont nous avions parlé en regardant le vidéo le matin. Les gars étaient censés avoir compris, mais on dirait bien qu'ils n'ont pas compris. Il y a des gars dans cette équipe qui devront comprendre que juste se présenter pour jouer un match n'est pas suffisant. Ça fait longtemps que je le dis. Nous devons avoir la pédale dans le tapis pendant 60 minutes. »
«Pour la première fois de l'année, j'ai senti que des gars ont abandonné en deuxième période. Je dois être honnête et le dire. Le plan de match était le même que celui de la veille. Nous ne sommes pas sur la glace et nous ne jouons pas pour eux. C'est plate parce qu'il y a des gars qui se sont donnés pendant 60 minutes dans ce match et ils ont payé le prix pour ceux qui ne l'ont pas fait. »
Huit de suite
Les Saguenéens ont subi, hier, leur huitième défaite de suite sur la route. Leur dernière victoire a été obtenue à Baie-Comeau, le 28 décembre. Depuis le 23 janvier, ils ont connu deux voyages de trois matchs infructueux.
«Nous avons essayé différentes choses dans l'espoir de nous remettre dans le droit chemin, a expliqué Patrice Bosch. Je pensais que le match de samedi était un pas dans la bonne direction. Nous avons essayé de répéter la même chose dimanche et ça n'a pas fonctionné. Mais pas du tout. »
Les dix premiers buts des Foreurs ont été inscrits contre Domenic Graham. Patrice Bosch n'a remplacé le vétéran gardien par Julio Billia qu'au début du troisième engagement.
«J'aurais pu le sortir avant, a reconnu Patrice Bosch. Je l'ai gardé dans le match. Si c'était à refaire, ce serait peut-être différent. »
La mémoire longue
Dans ce match à sens unique où les Saguenéens ont accordé plus de neuf buts pour la première fois de la saison, plusieurs joueurs des Foreurs ont fait de bonnes affaires. Anthony Mantha a engraissé sa fiche offensive de deux buts et trois passes. Louïck Marcotte, aussi auteur de quatre passes, Samuel Henley et Nicolas Aubé-Kubel ont également trouvé le fond du filet à deux reprises. Dans le camp des Saguenéens, Nicolas Roy les a imités en troisième période.
L'entraîneur des perdants n'a pas du tout apprécié le travail de son vis-à-vis Mario Durocher en fin de rencontre. Celui-ci a utilisé ses principaux éléments offensifs en avantage numérique malgré une très confortable avance.
«Avec Mantha sur le jeu de puissance en fin de troisième période avec une avance de dix buts, Mario Durocher ne m'a pas impressionné, a dit Patrice Bosch. Un jour, j'aurai les cartes dans mes mains et je me souviendrai de cette soirée. Je trouve ça ordinaire pour le club qu'il affrontait et aussi pour ses propres joueurs. Il a des joueurs de deuxième trio qui ne jouent jamais en avantage numérique et il aurait pu les utiliser. C'est son choix, mais j'ai la mémoire longue et je n'oublierai pas ce qu'il a fait. »