Les Saguenéens ont tenu une séance d'entraînement à seulement huit joueurs hier, au centre Georges-Vézina.

La grippe a raison des Saguenéens

En raison de la grippe qui frappe dans le vestiaire chicoutimien, les joueurs des Saguenéens et du Drakkar débuteront leurs vacances des Fêtes plus tôt que leurs homologues à travers la ligue de hockey junior majeur. Le match entre les deux équipes, prévu ce soir, à Baie-Comeau, a été remis à une date ultérieure.
Les autorités de la LHJMQ ont pris cette décision hier en fin d'après-midi après avoir pris connaissance du rapport médical soumis par les responsables des Saguenéens.
« Je n'étais pas inquiet que la ligue allait prendre la bonne décision pour la santé des jeunes. Honnêtement, c'était la meilleure décision à prendre. Les joueurs ont tous rencontré un médecin et il n'y avait pas d'améliorations assez marquées », soutient l'entraîneur-chef des Sags Yanick Jean, qui également été fortement affaibli par les SAG, mieux connu sous le nom de symptômes d'allure grippale.
Hier, seulement huit joueurs, Julio Billia, Storm Phaneuf, Alexandre Leclerc, Sébastien Gauthier, Alexandre Ranger, Samuel Roussy, Carl Tremblay et Charles Guèvremont. Du groupe, le gardien Storm Phaneuf est encore sous le coup d'une suspension de neuf parties tandis que le défenseur Alexandre Leclerc soigne toujours une blessure. Yanick Jean reconnaît qu'il aurait été difficile pour sa troupe si le match avait eu lieu de donner une opposition de qualité. Plus de la moitié des joueurs n'ont pas sauté sur la patinoire depuis samedi dernier. « Outre le facteur compétitif, c'est la santé des joueurs qui prime, bien au-delà des deux points à l'enjeu », soutient le pilote des Bleus. Il rencontrera maintenant ses troupiers ce matin au centre Georges-Vézina et leur donnera congé jusqu'au 26 décembre. Les Saguenéens auront ensuite trois matchs à l'horaire, le 28, à Victoriaville, et deux rencontres à domicile, le lendemain face aux Remparts, et le 31, contre le Drakkar.
Transactions
Yanick Jean, qui occupe également le poste de directeur général, aura donc une partie de moins pour évaluer sa formation en vue de la période des transactions dans la LHJMQ qui s'ouvrira vendredi matin. Après cinq parties, cinq victoires, il assure disposer de suffisamment d'informations pour prendre les décisions qui s'imposent. « Il n'y a pas grand chose qui a changé de la lecture que j'avais au moment de mon arrivée », prétend Yanick Jean qui ajoute que la récente série de succès de sa nouvelle équipe n'a pas changé son opinion.