L’ancien des Sags Ramzi Abid dirige depuis trois ans l’Académie Sainte-Thérèse dans le juvénile scolaire division 1.
L’ancien des Sags Ramzi Abid dirige depuis trois ans l’Académie Sainte-Thérèse dans le juvénile scolaire division 1.

La deuxième carrière de l'ancien Sags Ramzi Abid

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Depuis la fin de sa carrière de joueur en 2014, l’ancien attaquant-vedette des Saguenéens de Chicoutimi à la fin des années 90 Ramzi Abid s’est découvert une deuxième vocation comme entraîneur.

« J’aime ça », a-t-il pris la peine d’exprimer, lors d’une entrevue après une victoire de l’équipe qu’il dirige, les Faucons de l’Académie Sainte-Thérèse dans le juvénile division 1, samedi dernier, contre les Mustangs de l’Odyssée/Dominique-Racine, lors du Défi scolaire juvénile et cadet division 1 qui se déroulait au Saguenay.

Quand il a pris sa retraite comme joueur en 2014, après 14 saisons à rouler sa bosse entre la Ligue nationale, la Ligue américaine et l’Europe, Ramzi Abid a été approché par Joël Bouchard pour joindre le personnel de l’Académie de hockey qui porte son nom et dont il est maintenant partenaire d’affaires.

« J’ai joué en Russie et j’ai fini en Finlande. J’aimais beaucoup voir le travail des gens au niveau des habiletés individuelles. Ce sont des choses qu’on essaie d’amener à l’académie 12 mois par année, de faire valoir le Montréalais, qui aura 40 ans le mois prochain. Chaque jour, j’utilise mon passé de joueur pour transmettre mes connaissances. J’ai eu de bons entraîneurs dans la Ligue nationale, comme Barry Trotz, Michel Therrien ou Bob Hartley. Je me souviens de choses que j’aimais et d’autres que j’aimais moins et j’essaie de les transmettre aux jeunes. »

L’ancien des Sags Ramzi Abid dirige depuis trois ans l’Académie Sainte-Thérèse dans le juvénile scolaire division un.

Un partenariat avec l’Académie Sainte-Thérèse lui a permis de se retrouver derrière le banc de la formation juvénile, qu’il dirige depuis trois ans, après un bref passage à la barre des Vikings de Saint-Eustache dans le midget AAA en 2017. L’horaire plus chargé lui convenait moins.

« Avec le RSEQ, ça me donne du temps avec ma famille. J’ai deux jeunes enfants. Les matchs sont souvent le jour, durant la semaine. Ça me donne du temps la fin de semaine pour le passer avec ma famille, de faire valoir Ramzi Abid, qui se dit très bien dans sa position actuelle. C’est important pour moi, ces années-là. Mon gars a 7 ans et ma fille 11 ans. Je veux profiter de ces années et on va voir plus tard dans le futur. »

Transigé

Bien malgré lui, après avoir remporté le titre des pointeurs dans la LHJMQ à seulement 17 ans, avec 135 points, dont 50 buts, à sa deuxième saison avec les Sags, Ramzi Abid a fait partie de l’une des plus tristement célèbres transactions de l’histoire du circuit Courteau, en décembre 1998. Il était alors passé au Titan d’Acadie-Bathurst en compagnie de Mathieu Benoit, Marc Bouchard et deux autres joueurs en retour de nombreux joueurs et choix, mais une enquête avait par la suite démontré des irrégularités dans les compensations et mené à des sanctions sévères pour les deux équipes.

« La façon que l’échange s’est faite, ça m’a surpris. Je pensais que j’allais jouer toute ma carrière à Chicoutimi », d’annoncer Ramzi Abid, dont la conjointe, qu’il a rencontrée durant son passage avec les Sags, est originaire de Chicoutimi. Il revient donc régulièrement dans la région et conserve un excellent souvenir de son passage d’un peu plus de deux saisons avec la formation régionale.

« Je me suis développé sur le tard. J’étais un choix de 5e ronde des Sags. À ma saison de 16 ans, Réal Paiement, l’entraîneur-chef à cette époque, m’avait donné confiance avec un rôle de troisième ligne. On était allés à la Coupe Memorial. Ça m’a beaucoup aidé pour l’année suivante. C’était une grosse année », de se rappeler Ramzi Abid, qui a participé trois fois au tournoi de la Coupe Memorial, sans jamais remporter les grands honneurs. Il se tient informé sur ce qui se passe avec les Sags et, dans le cadre de ses fonctions, saute à l’occasion sur la glace avec les joueurs de l’Armada de Blainville-Boisbriand.

+

ALEXIS SHANK À L'HONNEUR

(Johanne Saint-Pierre) - Les performances du gardien des Saguenéens Alexis Shank, en fin de semaine en Abitibi, lui ont valu une nomination sur l’Équipe de la semaine dans la LHJMQ. Avec un deuxième jeu blanc cette saison, lors de la victoire de 5-0 contre Val-d’Or, et le gain de 3-1 à Rouyn-Noranda, le #31 a un pourcentage d’efficacité de ,984 %. Il se retrouve aux côtés des attaquants Alexis Lafrenière de l’Océanic de Rimouski, avec deux buts, huit passes et un différentiel de +4 en deux matchs, Alex-Olivier Voyer du Phoenix de Sherbrooke, avec cinq buts, quatre passes et +8 en trois parties, et Gabriel Fortier des Wildcats de Moncton, avec quatre buts et autant de passes et +6 en trois matchs, et des défenseurs Xavier Bouchard des Eagles de Cap-Breton, avec cinq passes (+5) en trois matchs, et Jacob Dion des Voltigeurs de Drummondville, avec trois buts et une passe (+2) en trois matchs.