Kevin Klima a amassé 22 points à ses 14 derniers matchs.

Kevin Klima sur une excellente lancée

Après un début de saison en demi-teinte, l’attaquant Kevin Klima a pris son envol depuis le début du mois de novembre.

Avec 22 points à ses 14 dernières rencontres, dont une performance de quatre points (trois buts) mardi dans une victoire sur le Drakkar de Baie-Comeau, l’attaquant de 20 ans s’est hissé dans le top-10 de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) avec une récolte totale de 35 points. Ses 17 buts le placent également parmi les joueurs les plus craints par les gardiens adverses avec un taux de réussite de plus de 20 %. Pourtant, le joueur gaucher ne cassait rien pendant les premières semaines du calendrier. Après avoir été blanchi pendant six rencontres consécutives à la fin octobre, il ne cumulait que 11 points en 15 parties, en plus d’afficher un différentiel de -8. Depuis, il s’est retrouvé sur la glace pour sept buts de plus pour son équipe, ce qui coïncide avec son éclosion offensive. 

« Il nous donne du gros hockey, mais surtout de grosses minutes de qualité. Son éthique de travail est incroyable. Il joue de la bonne manière depuis le début de la saison. À force de persévérer, il génère beaucoup offensivement, soir après soir », a fait savoir l’entraîneur-chef Yanick Jean après la rencontre de mardi. 

À son avis, même s’il avait connu de bons moments offensivement par le passé dans la LHJMQ, Kevin Klima n’avait jamais affiché une telle constance partout sur la patinoire. « Il joue du hockey solide des deux côtés de la patinoire. C’est ce qui est le fun à voir », d’exprimer Yanick Jean. 

Acquis à la période des Fêtes l’an dernier des Wildcats de Moncton, en compagnie de son frère Kelly, en retour de choix de première et quatrième rondes ainsi que Julien Tessier, Kevin Klima avait été plutôt effacé en deuxième moitié de saison avec 14 points en 32 rencontres, et seulement quatre passes en séries. Utilisé à toutes les sauces cette saison, depuis qu’il a été jumelé à Vladislav Kotkov et Zachary Lavigne, il connaît ses meilleurs moments dans l’uniforme chicoutimien. 

« Lavigne et lui ne sont pas les plus talentueux, mais ils développent des chances de marquer à force de travail et de détermination. Ils le font dans les trois phases, à forces égales, en avantage et en désavantage numériques, mais aussi dans les trois zones », de noter Yanick Jean. 

« Ça va plutôt bien, mais je ne m’assois pas là-dessus. La chimie est excellente avec Lavigne et Kotkov. On travaille fort en échec avant, et ça fonctionne », de faire remarquer le joueur né à Tampa Bay, en Floride, qui possède la double nationalité américaine et tchèque. Le trio deviendra un duo dans les prochaines semaines avec la participation de Kotkov au Championnat mondial de hockey junior A, ce qui ne changera rien à l’approche de Klima. « On doit continuer de travailler fort, de jouer à la manière des Sags », de faire valoir le vétéran avec conviction, soulignant que Lavigne et lui étaient de bons amis à l’extérieur de la patinoire. « On s’entend bien, et ça se reflète sur la patinoire », de confier Kevin Klima. 


« Il nous donne du gros hockey, mais surtout de grosses minutes de qualité. Son éthique de travail est incroyable. Il joue de la bonne manière depuis le début de la saison. À force de persévérer, il génère beaucoup offensivement, soir après soir. »
Yanick Jean

Gros week-end pour les Sags

Après un match contre Baie-Comeau mardi, les Bleus accueilleront disputeront trois matchs en autant de jours, d’abord en accueillant Shawinigan et Blainville-Boisbriand au centre Georges-Vézina vendredi et samedi avant de prendre la direction de Victoriaville dimanche. Avec la période d’examens scolaire qui s’amorce, nul doute que le personnel d’entraîneurs des Saguenéens de Chicoutimi doit effectuer une gestion serrée du temps afin de concilier à la fois les études, les entraînements et les matchs. 

« On vit ce rythme depuis la mi-novembre, soit depuis le voyage en Abitibi. On a commencé une séquence de 15 matchs en 30 jours. Ce qui est important pour nous, les entraîneurs, c’est de bien gérer les entraînements sur glace et hors glace avec l’importance d’accorder des journées de congé, explique Claude Bouchard, qui a pris la relève de Yanick Jean parti assister au Challenge midget AAA à Gatineau jusqu’à samedi inclusivement.

D’ailleurs, avec un calendrier aussi chargé, le rythme d’entraînement a été revu à la baisse et est ajusté en fonction des disponibilités. « La semaine passée, nous avions donné congé aux joueurs lundi et mercredi et nous avons fait la même chose cette semaine, poursuit Claude Bouchard. On n’a pas le choix de gérer l’horaire des joueurs autrement, car il faut qu’on s’assure que lorsque la rondelle tombe au jeu, qu’ils soient tous au maximum de leur énergie. Comme on a joué mardi, on s’entend qu’avec les trois matchs d’en fin de semaine, c’est encore une séquence de quatre parties en six jours. Je pense que toutes les équipes passent par là au moins une fois durant la saison. »

Un match à la fois

Évidemment, le fait qu’ils disputeront les deux premiers matchs à la maison vient atténuer l’ampleur du défi. À cela s’ajoute aussi une meilleure préparation des joueurs pour faire face à la musique. « Si on compare les trois matchs en trois jours d’aujourd’hui de ceux à l’époque où ça a commencé dans la ligue, ce n’était pas évident parce que c’était nouveau pour tout le monde. Maintenant, avec la préparation physique et mentale des joueurs, je ne pense pas qu’il y ait un problème. Prenez par exemple nos trois matchs en trois jours disputés en Abitibi, où on a livré trois grosses performances : lorsqu’on est arrivé le dimanche après-midi à Val-d’Or, physiquement et mentalement, on n’avait pas l’air d’une équipe qui disputait un troisième match en trois jours. Les gars avaient pris le rythme ; ils sont habitués », fait-il valoir.

La séquence des Bleus s’amorce contre les Cataractes de Shawinigan, une équipe qu’ils ont vaincue de façon convaincante en deux affrontements. Mais l’entraîneur des Sags a trop vu neiger pour penser que ce sera un match facile. « Shawinigan a battu les Mooseheads 3-2 en fusillade mercredi, à Halifax. On s’entend qu’Halifax est l’une des bonnes équipes de la ligue et en l’ayant battu, c’est sûr que ça va donner une petite dose de confiance aux Cataractes, convient-il. On s’attend à ce qu’ils se présentent avec un peu plus de confiance que dernièrement. C’est une équipe joue bien de façon ordonnée et organisée. Il faut les prendre au sérieux et éviter de tomber dans le piège de penser que ce sera facile. »

Cela dit, Claude Bouchard préfère que ses troupes se concentrent sur un match à la fois et sur ce qu’elles font bien. « Depuis une dizaine de matchs, on joue beaucoup mieux et on travaille beaucoup plus fort. On joue beaucoup mieux dans nos structures qu’on le faisait précédemment et c’est ce que l’on doit continuer à faire. On a aussi gagné en maturité. On a joué trois matchs en huit jours contre Baie-Comeau et ça prenait une certaine maturité pour ne pas tomber dans le match de la facilité contre eux mardi après les avoir battus de façon assez nette vendredi », a-t-il conclu.

Desgagnés de retour

L’attaquant Mathieu Desgagnés effectuera un retour au jeu après presque un mois d’absence. Seul le Russe Vladislav Kotkov sera absent, lui qui est allé rejoindre l’équipe de son pays natal qui participe au Défi mondial de hockey junior A. Le tournoi se déroulera du 10 au 16 décembre à Truro, en Nouvelle-Écosse.