Cette année, les Saguenéens de Chicoutimi font partie des principaux aspirants aux grands honneurs et le vétéran Justin Ducharme compte faire profiter ses coéquipiers de son expérience, lui qui a remporté les coupes du Président et Memorial avec le Titan d’Acadie-Bathurst en 2018.

Justin Ducharme a de l’expérience à partager

Fort de l’expérience acquise avec le Titan d’Acadie-Bathurst avec qui il avait remporté les coupes du Président et Memorial en 2018, le vétéran Justin Ducharme compte bien en faire profiter ses coéquipiers des Saguenéens de Chicoutimi en cette saison où ils figurent parmi les principaux aspirants aux grands honneurs.

Pilier de l’attaque des Bleus, l’ailier de 19 ans a déjà fait face à la pression de remporter les grands honneurs et saura certainement refiler quelques conseils aux plus jeunes. « En l’ayant déjà vécu une fois, je sais un peu les difficultés que ça comporte, autant physiquement que psychologiquement. Les séries éliminatoires, c’est une longue route. C’est dur sur le corps et l’esprit, souligne-t-il en entrevue téléphonique. Donc, c’est sûr que je peux apporter à l’équipe de l’expérience et du leadership de ce côté-là. De calmer les choses quand ça va moins bien. C’est un long processus où il est important de rester concentrés sur le moment présent. »

L’an passé, le #71 en était à sa première saison avec les Saguenéens. Blessé en fin d’année, il avait conclu la saison régulière avec une fiche de 44 points (30 buts et 14 passes) et amassé deux passes en quatre matchs en séries. À sa deuxième saison avec les Sags, il est prêt à assumer son rôle de grand frère. Il fera tout en son pouvoir pour que les choses aillent encore mieux, surtout que le groupe de joueurs est pratiquement le même.

« Déjà l’an passé, la chimie s’était installée assez rapidement. Pour cette deuxième année, je suis techniquement avec le même groupe et ce sera donc encore mieux cette année », prévoit l’étudiant en sciences humaines.

Camp des Knights

Après avoir participé à un camp avec Anaheim en 2018, cette fois-ci Justin Ducharme revient enchanté de son séjour avec les Golden Knights de Las Vegas, d’abord au camp de développement en juillet puis à celui de l’équipe en septembre.

« Ç’a super bien été. Ç’a été une expérience enrichissante autant sur le plan hockey que personnel. Ce sont des professionnels et on voit comment ça marche. C’est super le fun ! », assure celui qui a pu constater qu’effectivement, « à Las Vegas, tout est fait en format géant. »

« On a été chanceux parce qu’on a pu faire des activités comme visiter l’aréna, les loges, (voir) les matchs inter-équipes où il y avait toujours de grosses foules. »

Le natif de Mirabel est heureux des commentaires positifs de l’organisation à son endroit. « Ils m’ont dit que ça avait été super positif au cours des deux camps, qu’ils m’avaient bien aimé et qu’ils allaient continuer à me suivre durant mon année junior. »

Évidemment, il est conscient que la présente saison sera déterminante pour la suite, d’autant plus qu’il espère bien sûr être à nouveau invité à un camp professionnel durant la belle saison. « Ça va dépendre de ma saison. Ce sera une année importante, autant sur le plan personnel qu’en équipe », a-t-il conclu.

+

ROCHETTE ABSENT UN MOIS

Pas de chance pour les Saguenéens et le jeune centre Théo Rochette. L’attaquant de 17 ans a contracté la mononucléose et se retrouve au repos forcé pour au moins un mois.

Le numéro 19 a joué vendredi contre Blanville-Boisbriand, mais samedi, comme il ne se sentait pas bien, il a été laissé de côté pour le match à Gatineau. Il a passé des examens lundi et le verdict est tombé. 

« Il sera absent pour une période indéterminée, mais il sera au repos pendant un minimum d’un mois », a indiqué l’entraîneur-chef Yanick Jean. Samuel Houde prendra sa place au centre durant sa convalescence.

Selon les différents sites Internet, les symptômes qui peuvent se manifester lors de cette infection virale courante sont une fatigue extrême, un important mal de gorge, de la fièvre et une enflure des ganglions lymphatiques. 

Sur le site du « Manuel Merck », on peut lire que la moitié de la population est infectée, avec peu ou pas de symptômes, avant l’âge de 5 ans. « L’autre moitié contractera le virus plus tard, entre 15 et 24 ans, et présentera, dans 50 % des cas, une mononucléose infectieuse classique. »