Joey Ratelle a marqué quatre buts depuis le début des séries éliminatoires, dont un face aux Huskies de Rouyn-Noranda, réussi lors du deuxième match.

Joey Ratelle a appris sa leçon

Si la plupart des 4115 spectateurs ont regardé le quatrième match de la série entre les Huskies et Saguenéens du bout de leur siège, vendredi au Centre Georges-Vézina, Joey Ratelle était probablement le plus nerveux d'entre eux. Suspendu en raison d'un geste commis lors de la troisième rencontre, il pourra reprendre sa place dans l'alignement lundi, à Rouyn-Noranda.
«J'étais très nerveux, mais en même temps, j'avais confiance en mes coéquipiers», a exprimé celui qui est en à sa cinquième et dernière saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, lorsque rencontré samedi au Centre Georges-Vézina.
Rappelons que Ratelle a écopé d'une pénalité majeure de cinq minutes pour avoir porté son bâton au visage de Tyler Hinam des Huskies, à la huitième minute de jeu en première période mardi. Il a été aussitôt expulsé et le préfêt de discipline du circuit Courteau a jugé que la suspension automatique d'une partie était suffisante.
Joey Ratelle était donc soulagé, mais également fier de la sortie de ses coéquipiers, vendredi, dans une victoire de 3-1, marquée par une performance magistrale du gardien Julio Billia.
«Les gars sont sortis très fort et c'est sûr que c'était un match extrêmement important, a fait valoir l'attaquant, auteur de neuf points en huit matchs de séries, ce qui inclut celui où il a été expulsé mardi. Ils m'ont dit aussi qu'ils l'avaient joué un peu pour moi. Comme joueur de 20 ans, tu veux participer à tous les matchs, surtout que dans les séries, chaque match est important. J'ai fait un geste que je regrette, mais les joueurs savent que je suis là pour eux et que je l'ai toujours été depuis que je suis arrivé ici. Ils l'ont fait un peu pour moi et j'en suis extrêmement reconnaissant.»
Depuis le début de la série contre Rouyn-Noranda, l'ancien membre des Voltigeurs de Drummondville a souvent été pris à partie par les joueurs adverses. Ratelle est conscient qu'on tente de lui faire perdre patience. À lui, maintenant, de faire fi de cette stratégie.
«Je travaille à apprendre à contrôler mes émotions depuis que je suis arrivé dans la ligue, mais plus que jamais, j'ai retenu ma leçon, a assuré le hockeyeur de 5 pieds, 11 pouces et 175 livres. Je suis un peu ciblé, mais il faut que je gère bien la situation, que je laisse les émotions de côté et que je me concentre sur le travail à faire.»
Place au match six
Ratelle et ses coéquipiers ont les yeux tournés sur le sixième match de la série, présenté lundi à l'Aréna Iamgold de Rouyn-Noranda. En avance 3-2 dans la série quart de finale, ils auront la chance d'éliminer les champions en titre de la Coupe du Président. Advenant une victoire des Huskies, l'ultime duel serait présenté mardi.
«On a une équipe avec énormément de caractère et la chimie est excellente, a observé Joey Ratelle. Les gars ont faim, ils veulent gagner et on veut se rendre le plus loin possible. Chacun joue pour son coéquipier et je pense que ça paraît.
«On va tout donner pour terminer ça lundi. C'est notre but et on va arriver prêt. On sait que pour eux (les Huskies), c'est un point de non-retour donc ils vont être prêts aussi. L'important est de sortir fort et de jouer 60 bonnes minutes.»