C’est maintenant confirmé que Jérémy Groleau ne sera pas de retour dans la Ligue de hockey junior du Québec et qu’il restera dans l’entourage de l’organisation des Devils du New Jersey.

Jérémy Groleau reste chez les pros

L’acquisition du défenseur de 20 ans Patrick Kyte des Mooseheads d’Halifax par les Saguenéens en avait donné un bon indice et c’est maintenant confirmé. Jérémy Groleau ne sera pas de retour dans la Ligue de hockey junior du Québec (LHJMQ).

L’arrière de 20 ans demeurera donc dans les rangs professionnels dans l’organisation des Devils du New Jersey. Groleau a évolué cette saison avec les Devils de Binghamton, dans la Ligue américaine de hockey, ainsi qu’avec le Thunder d’Adirondack, dans la ECHL.

Il a été souvent rayé de l’alignement, disputant seulement un total de 16 rencontres, dont les deux de la dernière fin de semaine, amassant une seule passe. L’alignement de Binghamton compte actuellement huit défenseurs, mais les entraîneurs préfèrent jouer de prudence, d’où la décision de garder Jérémy Groleau.

« On a eu la confirmation il y a environ trois semaines. Ils ont peur de manquer de défenseurs. C’est la raison pour laquelle ils le gardent », expliquait l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, lundi après-midi.

La veille, il a confirmé la venue d’un autre défenseur de 20 ans, Patrick Kyte, qui vient en quelque sorte combler le poste disponible par l’absence de Jérémy Groleau.

« Il est physique. Il joue dur. À lire les commentaires sur Twitter des gens d’Halifax, qui le considèrent comme un cheval de bataille (workhorse), ça veut tout dire », d’indiquer celui qui est également directeur général des Sags, ajoutant que la nouvelle acquisition est très efficace dans les deux sens de la patinoire.

Après un début de période des échanges pour le moins explosif, les marchés se sont stabilisés, lundi, avec quatre transactions. Le défenseur Xavier Bouchard, dont le père Gilles est natif de Normandin et également un ancien des Sags, au début des années 90, a notamment été transigé par le Drakkar de Baie-Comeau aux Eagles du Cap-Breton.

Rien à souligner du côté des Sags.

« On continue d’avoir des discussions, ça, c’est sûr », d’assurer Yanick Jean. Pour l’instant, on a fait ce qu’on avait à faire. On reste à l’affût des dossiers. »