Choix de première ronde des Saguenéens en 2015, Jérémy Groleau en est à sa quatrième saison à Chicoutimi.

Jérémy Groleau en attente

Pour la première fois de sa carrière, Jérémy Groleau se retrouve sur la liste d’épicerie d’une poignée d’équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Le défenseur de 19 ans des Saguenéens de Chicoutimi est le candidat recherché pour une formation désirant combler un manque devant lui permettre de se rendre jusqu’au bout.

Rencontré mercredi, avant le départ de l’équipe vers Drummondville, Groleau a avoué que la situation lui faisait vivre des émotions divisées. Il est bien à Chicoutimi, mais il ne dirait certainement pas non à l’idée de se retrouver dans un marché qui aspire aux grands honneurs.

« Ce n’est pas un stress, mais c’est un questionnement que je vis dans ma tête, a partagé Jérémy Groleau. Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent et j’en entends parler beaucoup aussi. C’est sûr que je me pose des questions, mais à la fin de la journée, il arrivera ce qui arrivera. Je ne suis pas fermé à l’idée de changer d’équipe. Ça me ferait mal de quitter l’organisation, je m’entends super bien avec tous les joueurs et les entraîneurs. En même temps, ça pourrait être un mal pour un bien. »

L’arrière à caractère défensif a tout de même récolté 14 points en 36 matchs depuis le début de la saison, dont trois buts. Choix de première ronde des Sags en 2015, il a signé un premier contrat professionnel à l’automne après avoir été invité au camp des Devils du New Jersey. Le fait que cette quatrième saison dans la LHJMQ puisse être sa dernière ajoute de l’ambiguïté à ses sentiments.

« Je vois du positif et du négatif dans les deux options, a souligné Jérémy Groleau. Ça dépend aussi de ce que je vais faire la saison prochaine, à savoir si je reviens junior à 20 ans ou si je me dirige vers le club-école des Devils (Ligue américaine ou East Coast). C’est sûr que j’aimerais aller très loin en séries éliminatoires avec une bonne équipe, mais en même temps, ça serait triste de quitter des gens avec qui je m’entends bien. »

Celui qui a peut-être joué son dernier match dans l’uniforme des Saguenéens au Centre Goerges-Vézina, samedi dernier, voit tout de même beaucoup de positif au sein l’organisation qui l’a développé.

« On a prouvé en début de saison et dans les derniers matchs qu’on a beaucoup de potentiel, a analysé Groleau. On a eu un petit relâchement mental, ajouté à de la fatigue, ce qui a joué contre nous, mais on a des jeunes joueurs talentueux et des bons leaders dans la chambre. Ça va être beau à voir pour le reste de la saison et pour le futur. »