Samuel Hatto a réussi le troisième but des Olympiques, en fin de deuxième période. Ce filet s’est avéré celui de la victoire.

Jean juge la défaite inacceptable

On aurait dit que les Saguenéens n’avaient pas le goût de sauter sur la glace du Centre Georges-Vézina, jeudi soir, face aux Olympiques de Gatineau. Les 1967 spectateurs ont quitté le vieil édifice déçus, frustrés et amers, après une défaite de 4-2 des locaux, au terme d’une longue soirée pour plusieurs.

Et il y a fort à parier que les joueurs vont également trouver le temps long à l’entraînement quotidien de l’équipe, vendredi, à 13 h 30. « Ne manquez pas ça », a répété à quelques reprises l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, au cours de son point de presse.

Déçu de la performance de ses joueurs, le pilote a même tenu à s’excuser auprès des partisans, qualifiant la sortie de sa troupe d’inacceptable. Il s’agissait d’un premier match à domicile pour les Saguenéens depuis le 13 octobre, après une séquence de quatre matchs sur la route.

« C’est une gang d’individualistes, qui ne pensent qu’à eux et qui refusent de jouer comme les Saguenéens de Chicoutimi doivent jouer sur une glace olympique, a réagi Jean. On arrive à la maison en pensant qu’on peut jouer de la bonne manière. On ne joue pas un match patient, efficace en échec avant. Ils ne comprennent pas. On le dit et on le redit. On revient à la maison et il faut jouer comme on doit le faire. Je m’excuse auprès des partisans, sérieusement. Je suis vraiment, vraiment, vraiment déçu, mais tant qu’il y en a qui ne travailleront pas plus fort, qu’ils ne feront pas l’extra pour patiner les 15 pieds de plus pour se rendre sur le bord de la bande ou au filet, ça ne marchera pas. Ce n’est pas ça notre équipe et ça ne sera jamais ça. Vous viendrez à la pratique demain (vendredi)... »

Première période atroce

Après une première période où ils ont été limités à deux tirs au but, pendant que les Olympiques brisaient la glace par l’entremise de Darien Kielb, les Saguenéens ont repris des couleurs en deuxième période. Samuel Houde a saisi une rondelle libre devant Mathieu Bellemare pour faire 1-1 pendant un avantage numérique de deux hommes.

Les Olympiques ont toutefois ajouté deux filets avant de retraiter au vestiaire. Charles-Olivier Roy et Samuel Hatto ont fait mouche. La troisième période n’a pas été plus palpitante, Vladislav Kotkov réduisant l’écart à 3-2 avec 24 secondes à faire au match. Trop peu, trop tard.

« S’il y en a qui pensent qui ont travaillé, ils l’ont très mal fait, a poursuivi Yanick Jean. C’est une question d’approche. On a donné deux buts sur des mauvais changements en deuxième période dans un match de 1-1. Soit tu te fous de l’équipe et tu penses juste à toi, soit tu n’es pas capable de te concentrer. Un but sur un mauvais changement aux dix matchs, c’est trop. Imagine deux en une période. C’est parce qu’il y en a que ce n’est pas l’équipe leur priorité, mais leur production offensive. Ils refusent de s’investir. On va s’assurer qu’ils s’investissent dans les pratiques. Venez faire un tour à la pratique demain (vendredi), c’est à 13 h 30. »

Chicoutimi a terminé le match avec un seul but en supériorité numérique en sept occasions. Tantôt impatients, tantôt inefficaces, mais trop souvent deuxièmes sur la rondelle en raison d’un niveau d’intensité discutable, les Bleus n’ont jamais été réellement menaçants.

« On ne pense qu’à soi, a déploré Yanick Jean. Tout le monde veut faire son show à la maison au lieu de jouer en équipe et d’aller se placer pour battre la pression. On ne fait pas le travail en avantage numérique et ça nous coupe notre momentum. Pourtant, nos joueurs en désavantage numérique ont été très bons. Ces joueurs ont travaillé, et ceux en avantage numérique ne l’ont pas fait. C’est tout. »

Yanick Jean n’a pas ciblé de joueurs en particulier. « C’était pas mal tout le monde ce soir », a-t-il conclu.

Les Saguenéens ont maintenant remporté un seul de leurs six matchs sur la surface olympique du centre Vézina.

« On n’a pas travaillé pantoute »

Olivier Galipeau ne s’est pas défilé après la gênante défaite de son équipe face aux Olympiques. Pendant que Yanick Jean déplorait le manque d’intensité, de concentration et d’effort de son équipe, le capitaine des Saguenéens n’a pas tenté de trouver d’excuses.

« Il n’y a pas un gars qui a bien sorti et en tant qu’équipe, on voulait bien le faire et personne ne l’a fait, a résumé Galipeau d’un ton bas. Il est arrivé ce qui est arrivé. »

Après quatre matchs sur la route, les Sags renouaient avec les dimensions olympiques de leur domicile. Une situation qui n’a rien à voir, a confirmé Olivier Galipeau.

« Il y a une différence entre jouer à l’extérieur et jouer à la maison, mais on n’a pas su s’ajuster et on n’a pas travaillé pantoute, a-t-il convenu. Peu importe où tu joues, si tu ne travailles pas, tu ne gagnes pas et tu ne mérites pas de gagner. »

Dans le camp adverse, on prenait les deux points volontiers, même si l’entraîneur des Olympiques a trouvé que ses joueurs avaient été mous par moments, en plus de souligner les quelques mauvaises pénalités. Les visiteurs ont offert sept situations avec l’avantage d’un homme aux Chicoutimiens.

« On est sortis de la façon dont on voulait en limitant le nombre de chances en première et on a réussi à prendre l’avantage du match, a commenté Éric Landry. On a bâti là-dessus par la suite, même si les Saguenéens ont réussi à générer plus de chances. En cherchant à créer de l’offensive, ça a ouvert le jeu et on a pu obtenir plus d’opportunités. »

La victoire face aux Saguenéens a permis à Darien Kielb et Samuel Hatto de marquer un premier but de la saison. Deux joueurs qui ne sont pas appelés à occuper un grand rôle offensif. Pour Hatto, il s’agissait de son premier filet en carrière dans la LHJMQ.

« On est allé chercher une grosse victoire d’équipe et on a obtenu la contribution de joueurs qui font partie de l’équipe, mais qui n’ont pas nécessairement leur place sur l’attaque massive », a fait valoir Éric Landry.

Pointes de plume

• Le défenseur Morgan Nauss effectuait un retour au jeu. Absent depuis le 30 septembre en raison d’une fracture à la mâchoire, il s’est même permis de bloquer un tir au cours de ses premières présences. Joakim Paradis a été rayé de l’alignement pour faire de la place à Nauss. Marc-Antoine Gagné était l’autre joueur laissé de côté, en plus des blessés Zachary Lavigne (mâchoire) et Mathieu Desgagnés (genou)...

• Samuel Houde a quitté le match en deuxième période, blessé à un poignet. Yanick Jean n’avait pas plus de détails à donner sur l’état de santé du numéro 88...

• Comme prévu, l’équipe de PUR Vodka était présente au Centre Georges-Vézina pour promouvoir la nouvelle association entre le producteur de spiritueux et les Saguenéens. Entre 14 h et 18 h vendredi, les clients des SAQ Sélection de Chicoutimi, Jonquière et Alma pourront essayer le nouveau cocktail en l’honneur de Georges Vézina, le Vézina...

• Samuel Harvey ne finit plus de faire parler de lui. Après avoir été nommé le gardien de but de la semaine dans la Ligue canadienne, le portier des Huskies de Rouyn-Noranda est à une victoire d’égaler le record d’équipe, établi par Jean-Philippe Levasseur entre 2003 et 2007. L’Almatois de 19 ans a enregistré 73 victoires en saison en régulière depuis son arrivée en Abitibi en 2014...

• C’est l’Halloween au Centre Georges-Vézina dimanche, lors de la visite des Voltigeurs de Drummondville. Les enfants de 11 ans et moins, costumés, seront admis gratuitement...