Zachary Bouthillier et Kevin Klima font partie des raisons qui expliquent les succès des Sags depuis le début de la série.

Incroyables Sags

Que ceux qui avaient prédit que les Saguenéens disputeraient un sixième match au Centre Georges-Vézina dans leur série face au Titan lèvent la main. C’était pratiquement unanime avant le début de la série, les Sags ne feraient pas le poids face à la puissante machine de Bathurst.

Une semaine plus tard, les choses ont bien changé et les chances de victoires des Chicoutimiens dans la série sont bien réelles, ce qui relèverait du miracle. Ce serait assurément l’une des plus importantes surprises de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. À 2-2, la pression est maintenant énorme sur les épaules du Titan alors que c’est tout le contraire de l’autre côté. Ce sera très intéressant de voir la réaction des troupiers de Mario Pouliot, vendredi soir, devant leurs partisans. Ça chauffe au Nouveau-Brunswick.

On pourrait rappeler plein de statistiques en saison régulière, dont les 35 points qui ont séparé les deux équipes au classement, mais ça se joue sur la glace. Dans les quatre rencontres, les Sags ont offert une opposition de très grande qualité. Les protégés de Yanick Jean sont dédiés à la cause. L’esprit de corps du groupe est également très soudé. Chaque fois qu’un joueur embarque sur la patinoire, il donne tout ce qu’il peut. On ne sent pas ce sentiment d’urgence du côté du Titan. Le quatrième but des Sags, mercredi, alors que quatre joueurs ont regardé manœuvrer Samuel Houde en entrée de territoire avant qu’il repère Kelly Klima pour le but gagnant, le démontre bien. 

Oui, à quelques occasions, les Sags ont été débordés, ce qui est tout à fait normal face à une machine offensive comme celle du Titan. Devant le filet, Zachary Bouthillier fait une différence du côté des Sags, ce que prouve son pourcentage d’arrêt de .945. Il était pourtant un point d’interrogation avant le début de la série. Dans toutes les rencontres, il a fait des arrêts-clés, ce qui n’est pas le cas de son vis-à-vis Evan Fitzpatrick, sauf à la toute fin du troisième match. Le gardien du Titan montre un pourcentage d’arrêt très ordinaire de .875. Mais il est loin d’être l’unique raison des difficultés du Titan en première ronde. 

Le caractère des Sags est particulièrement impressionnant dans cette série. Il en était question avant le début des hostilités que la montagne était très abrupte pour les Chicoutimiens. Au lieu de la voir trop grosse et baisser les bras, c’est le contraire qui s’est produit. Ils sont en mission et je ne suis même pas inquiet qu’ils en donneront pour leur argent à leurs adversaires d’ici la fin de la série. 

Après le troisième match, remporté in extremis par les visiteurs, la situation était bien délicate pour les Sags. Le Titan menait la série 2-1 et semblait avoir pris son erre d’aller après avoir disputé son meilleur match de la série. Avec une victoire dans la quatrième rencontre, les carottes semblaient cuites pour les Chicoutimiens. Encore une fois, les Sags sont allés chercher dans leurs ressources. Même quand le Titan a pris les devants 3-2 en fin de deuxième, après avoir comblé un retard de deux buts en 43 secondes, ils auraient pu s’écraser, mais au lieu de ça, ils ont trouvé le moyen de marquer 12 secondes plus tard et de connaître une troisième période du tonnerre. Encore une fois, personne ne l’avait vu venir.

Peu importe le résultat de vendredi à Bathurst, les joueurs des Sags méritent une foule très nombreuse et enthousiaste pour le match numéro six. Après tout, ce match est tout un bonus pour les partisans de l’équipe.

Des partisans des Saguenéens ont fait la file, jeudi matin, pour acheter leurs billets pour le match de dimanche, le sixième de la série. Plusieurs autres ont décidé d’opter pour l’achat en ligne.

Pointes de plume

• Plus de peur que de mal dans le cas de Kevin Klima, blessé à la fin du quatrième match. L’attaquant de 20 ans sera à son poste pour la cinquième rencontre. Yanick Jean n’a pas l’intention d’apporter de changements à son alignement...

• Avec une série égale 2-2, ne comptez pas sur Yanick Jean pour changer sa stratégie et y aller de déclarations fracassantes. «Je ne le vis pas différemment. La recette reste la même et ne changera pas. Pour nous, c’est le prolongement de notre saison. Je sais que je suis plate. On sait ce dont on est capables. Notre énergie est de se préparer pour un match sur une glace de dimension régulière», a-t-il laissé tomber avant de prendre place dans l’autobus en direction de Bathurst. «On n’a aucune pression, a-t-il rappelé, satisfait de la performance des siens dans chaque rencontre jusqu’ici. On veut simplement savourer au maximum le moment. On n’a rien à perdre.»

• Les Saguenéens ont fait toute la route entre Chicoutimi et Bathurst jeudi. Le Titan avait quitté mercredi après le match pour dormir à Lévis...

• Petite correction sur le potin publié jeudi sur Jérôme Mésonéro. Il n’a jamais été directeur général de l’équipe, mais bel et bien recruteur-chef de 2002 à 2004 avant de devenir directeur général des Tigres...