Houde espère se relancer

Mercredi soir, quand son tir en avantage numérique a fait bouger les cordages, Samuel Houde a certainement poussé un soupir de soulagement. L’attaquant de 18 ans a mis fin à une disette de 11 rencontres sans but.

Pour un sportif, traverser une léthargie est un peu comme une longue traversée du désert qui ne semble pas vouloir finir. « C’est sûr que tous les joueurs pensent quand ça va moins bien. Veut, veut pas, ça te rentre dans la tête », a partagé Houde, qui ne s’est pas défilé lorsqu’invité à discuter de ses états d’âme par rapport à la situation.

« Tu essaies de prendre les meilleurs tirs possible. Ça n’allait pas mal parce que j’avais quand même des chances. C’est ce qui me gardait un peu dans les matchs toutes les fois. J’avais une léthargie, c’est sûr que j’avais hâte de marquer et de sortir de cette mauvaise passe. L’important, c’est de rester le plus positif possible. Tu es un peu plus amorphe quand tu arrives à la maison après un match. Il suffit de rester positif et de travailler fort dans les entraînements », de confier le numéro 88 qui a amassé trois passes lors de cette passe plus difficile.

« Si on m’a repêché ici en première ronde, c’est parce que j’ai de bonnes qualités. J’avais hâte de revenir à mes bases et comment je peux aider les Saguenéens de Chicoutimi, d’indiquer Samuel Houde qui ne se dit pas superstitieux et n’a donc pas changé sa préparation d’avant-match. Quand tu es dans une léthargie, c’est un peu de la nature humaine d’essayer d’en faire un peu plus et de vouloir tricher. J’ai eu une bonne rencontre avec Yanick et il m’a dit qu’il savait que je voulais aider l’équipe, mais que je ne m’y prenais pas de la bonne façon, qu’on doit tous travailler ensemble pour aller de l’avant. »

Dans l’ensemble, la production du choix de 5e ronde du Canadien au dernier repêchage de la Ligue nationale est quelque peu décevante depuis le début de la saison avec 15 points en 24 matchs et un différentiel de -5. Samuel Houde rappelle qu’il reste encore le deux tiers de la saison à disputer et entend fermement rebondir après ce passage à vide. « Je savais que j’aurais de la pression. Je suis à ma troisième saison et je suis repêché par le Canadien. J’essaie d’y penser le moins possible. Déjà que je m’en mets beaucoup, je ne veux pas en avoir plus des partisans. Il ne faut pas non plus trop se mettre de pression soi-même », de convenir Samuel Houde qui n’est pas le premier ni le dernier à traverser une période plus difficile. Il n’a pas eu à chercher bien loin pour mettre les choses en perspective.

« Kevin (Klima) l’an dernier, en début de saison, ça n’allait pas comme il voulait et il a quand même terminé cinquième marqueur. Ça peut seulement m’aider de le prendre en exemple », d’estimer l’attaquant originaire de Blainville.

« Je me dis que mon bout dur est passé et que ça peut juste aller mieux », de philosopher Samuel Houde.

+

POINTES DE PLUME

• Après leur gain de mercredi à domicile sur l’Océanic, les Sags tenteront de débuter une séquence victorieuse sur la route en fin de semaine, à Blainville-Boisbriand face à l’Armada samedi, puis le lendemain à Shawinigan contre les Cataractes. «On va espérer qu’on a commencé à rebâtir quelque chose avec le match de mercredi. Comme Yanick a dit après la rencontre, ce n’était pas parfait, mais on a travaillé», a rappelé l’entraîneur-adjoint Claude Bouchard qui a pris charge de l’entraînement de vendredi étant donné que Yanick Jean se trouve à Drummondville pour un tournoi midget espoir. «Comme le dit l’expression, ce n’est pas parce qu’on l’a fait une fois qu’on est guéri. C’est un peu ce que je leur ai dit. Dans cette ligue-là, c’est un éternel recommencement à tous les matchs. Rien ne se fait tout seul», de rappeler Claude Bouchard. 

•Lors de la séance sur la patinoire du Pavillon de l’agriculture, en raison des deux rencontres sur la route, l’accent a été mis sur l’intensité, mais également quelques aspects comme le repli défensive ainsi que la gestion de la rondelle et les revirements. «Ce sont de petites erreurs qu’on a faites qui auraient pu être coûteuses», de noter l’entraîneur-adjoint. 

• Pour leur premier duel de la fin de semaine, les joueurs des Sags devront certainement sortir leurs bottes de travail face à l’Armada qui demeure toujours un adversaire coriace. «Leur qualité principale, c’est leur intensité. D’année en année, c’est une équipe qui a une éthique de travail irréprochable. La chose la plus importante contre ce club-là, c’est de s’assurer de travailler aussi fort qu’eux. Au-delà de l’aspect technique, considérant l’intensité qu’ils mettent, si tu ne travailles pas, tu es dans le trouble. Il faut s’attendre à ce que ce soit la même chose samedi soir», d’indiquer Claude Bouchard.