Rafaël Harvey-Pinard affrontera pour la première fois son ancienne équipe, les Huskies de Rouyn-Noranda, lors d’un programme double en fin de semaine au centre Georges-Vézina.

Harvey-Pinard affrontera son ancienne équipe

Rafaël Harvey-Pinard affrontera son ancienne équipe, les Huskies de Rouyn-Noranda, pour une première fois, deux fois plutôt qu’une en prime, en fin de semaine au centre Georges-Vézina. Les deux rencontres auront une saveur particulière pour l’attaquant de 20 ans et capitaine des Saguenéens.

« Au début de l’année, je parlais de la première partie contre William Cyr (Armada), la première contre Félix Bibeau (Remparts). Là, dans l’équipe l’autre bord, la moitié des gars, j’ai joué avec eux l’an dernier. C’est sûr que ça va être spécial pour moi et j’ai hâte de pouvoir jouer contre eux », annonce le Jonquiérois avec le sourire. Cette réunion lui rappelle d’excellents souvenirs avec les conquêtes au printemps dernier du trophée Jean-Rougeau, de la coupe du Président et de la coupe Memorial.

« Ils vont porter le chandail avec le logo de Rouyn que j’ai porté pendant trois ans. On disait tout le temps qu’on avait une bonne chimie et c’est vrai. Je vais tout le temps garder une bonne relation avec eux et j’ai hâte de voir ça sur la patinoire, d’exprimer le numéro 11. Pour la mise en jeu protocolaire, ça va être avec un de mes meilleurs amis, Alexis Arsenault. C’est sûr que là, je vais lui parler, mais après, je vais me concentrer sur la partie et mon match. »

Rafaël Harvey-Pinard a eu besoin de neuf rencontres pour casser la glace avec les Saguenéens. Depuis, la production est au rendez-vous. Jeudi, dans la victoire face aux Olympiques de Gatineau, il a enfilé son 12e but de la saison, récupérant habilement un retour. « Au début de l’année, j’aurais peut-être été stressé comme j’avais une chance. Là, j’étais relax et je savais ce que j’avais à faire. Je joue avec plus de confiance et je tiens mon bâton moins raide », raconte le vétéran, qui, après avoir cumulé un point en cinq matchs en septembre, montre une récolte de 14 points, dont huit buts, en 11 rencontres en novembre, ce qui suit une récolte de 15 points en 11 rencontres en octobre.

« Je travaillais fort au début de l’année et je travaille encore fort. Ç’a pris un but et ça vient ensuite. C’est beaucoup de confiance le hockey et quand tu as la rondelle sur la palette, quand tu es en confiance, elle va plus facilement dans le but », mentionne Rafaël Harvey-Pinard.

« Il est constant comme une horloge ou un métronome, appelle ça comme tu veux, louange pour sa part l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean. C’est soir après soir après soir. Il a une motivation intrinsèque hors de l’ordinaire. S’il y avait un qualificatif pour définir intangible dans un match de hockey, je pense que son nom serait probablement à côté de la définition. »

Après avoir tout raflé la saison dernière et malgré la perte de plusieurs éléments, dont Harvey-Pinard, les Huskies se maintiennent au classement en première moitié de saison, eux qui occupent présentement la deuxième position de la conférence Ouest avec 29 points en 26 rencontres. « C’est difficile de jouer deux matchs contre le même club. C’est un autre bon test », d’indiquer Yanick Jean, qui enverra les deux gardiens dans la mêlée pour ce programme double, ne prévoyant pas de changements majeurs dans son alignement samedi pour le match des toutous.