Le défenseur Jérémy Groleau apprécie de rester avec les Saguenéens pour la présente saison.

Groleau n'a pas de problème avec le statu quo

En plein coeur de la période des transactions, qui s’est terminée dimanche, le défenseur Jérémy Groleau avait mentionné qu’il n’avait pas de préférence entre passer à une nouvelle équipe ou demeurer avec les Saguenéens de Chicoutimi. L’arrière de 19 ans n’a donc aucun problème avec le statu quo.

« Avoir été repêché à Chicoutimi et pouvoir finir ma carrière ici, c’est vraiment quelque chose de spécial », a-t-il exprimé, mercredi, après l’entraînement quotidien de la formation régionale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« On parle souvent des valeurs et du sentiment envers l’organisation et la Ville, et ce sera le cas pour moi également. Je me sens super bien à Chicoutimi. Ça fait quatre ans que je côtoie de bons joueurs et aussi des amis. Pour moi, c’est super positif », de souligner Jérémy Groleau.

La situation du défenseur retiendra l’attention, l’an prochain. Après avoir mérité un contrat lors du dernier camp d’entraînement des Devils, Groleau pourrait très bien faire le saut chez les professionnels. En bon vétéran, le défenseur qui aura 20 ans en octobre sait qu’il reste encore beaucoup d’eau à couler sous les ponts avant la prochaine saison.

« Mon objectif sera de ne pas revenir, d’annoncer Jérémy Groleau sans détour. Je veux jouer professionnel et aller plus loin. Je ne dois pas trop mettre mon attention là-dessus, cependant. Je dois me concentrer sur ce que je fais là. Le but est de continuer à aider l’équipe, et de me développer comme joueur et individu. Pour le reste, on verra ce qui va arriver en temps et lieu. »

Repêché en 2015, Groleau arrive également deuxième chez les Sags pour l’expérience avec 203 rencontres, toutes dans l’uniforme bleu et blanc, derrière un autre défenseur, Morgan Nauss (258), qui a également porté les couleurs des Mooseheads d’Halifax pendant deux saisons. Comme c’est le cas depuis le début de la saison, Groleau aura encore un rôle de meneur dans le vestiaire chicoutimien.

« J’ai eu de beaux exemples par le passé avec Frédéric Allard, Nicolas Roy, Julien Carignan et Olivier Galipeau. Même maintenant, je suis avec Zachary Lavigne depuis mes débuts dans la ligue. On a été repêché la même année. J’ai pris l’exemple de ces gars-là et j’essaie de faire de mon mieux pour aider les jeunes », de mentionner le numéro 77, qui montre une récolte de trois buts et 11 passes en 39 matchs, en plus d’un différentiel de +7.

Un général

« On fait toujours nos devoirs avec les clubs de la Ligue nationale, première des choses. Deuxièmement, Jérémy Groleau est tellement important pour les Saguenéens de Chicoutimi », a pour sa part indiqué l’entraîneur-chef et directeur général Yanick Jean, axant également sur les effets positifs de garder Jérémy Groleau pour la culture de l’organisation. Les deux hommes avaient également discuté de la situation.

« On devait vraiment analyser le portrait par rapport à son année de 19 ans, mais aussi celle de 20 ans. C’était une décision difficile à prendre, mais on devait surtout regarder son importance dans l’équipe. C’est un général défensivement, il amène une présence physique et est résistant. Il y a plein de facteurs qui font qu’on peut difficilement se passer de lui », de noter le pilote des Bleus, convenant que sa perte aurait causé un « énorme trou » dans la brigade défensive.

+

UNE PREMIÈRE DANS LA CARRIÈRE D'ALEXIS SHANK

Alexis Shank est maintenant clairement le gardien numéro un chez les Saguenéens de Chicoutimi. 

« C’est sûr que c’est excitant. C’est la première fois que je vais voir plus d’action que moitié-moitié. Pour vrai, j’ai vraiment hâte. Quand tu es gardien, tu veux jouer. On me donne la chance de le faire, et ça montre qu’on a confiance en moi. C’est une belle opportunité pour moi », fait valoir le gardien de 18 ans, qui avait également partagé le travail entre les deux poteaux dans le midget AAA, avec le Rousseau Royal de Montréal-Laval. Choix de quatrième ronde en 2016, Alexis Shank a été particulièrement fumant en début de saison. Malgré une baisse de régime, il se retrouve dans le top-10 de la LHJMQ, tant pour sa moyenne de 2,87 que pour son pourcentage d’arrêt de ,903. 

« Il a connu de très bons moments en première moitié de saison. Il ne doit pas changer son approche. Il doit rester le même et garder les choses simples », d’estimer l’entraîneur-chef Yanick Jean, des propos validés par le principal intéressé. 

« C’est exactement ça, sinon c’est se mettre de la pression de plus. Je le vois de la bonne manière. Je ne me mets pas plus de pression. C’est une opportunité, de raconter Shank. C’est sûr qu’il y a une petite pression qui vient avec le rôle parce que tu veux faire le travail, mais je vais continuer normalement. »

« Ça faisait un an et demi que je partageais avec un gardien repêché dans la Ligue nationale. Ça démontrait que j’étais capable de faire le même travail », de rappeler le nouveau meneur des Sags devant le filet, qui aura comme adjoint Daniel Moody, réclamé lundi au ballottage des Voltigeurs de Drummondville. Yanick Jean mentionne que le nouveau venu verra sa part d’action, à commencer par la fin de semaine contre les Foreurs de Val-d’Or. 

« Trop d’équipes sont arrivées par le passé en fin de saison et ont brûlé leur gardien de but », illustre Yanick Jean

+

POINTES DE PLUME

• Les attaquants Hendrix Lapierre et Vladislav Kotkov effectueront tous deux un retour au jeu face aux Olympiques, jeudi, après avoir raté la rencontre de dimanche contre Baie-Comeau. Blessé à l’aine, Jérémy Fortin prendra part à l’entraînement matinal et une décision sera prise par la suite. Zachary Lavigne et Artemi Kniazev rateront assurément le rendez-vous au centre Georges-Vézina en raison d’une blessure. Plus tôt dans la journée, Kniazev passera une imagerie par résonnance magnétique afin de déterminer la nature de sa blessure.