Alexis Shank a cédé trois fois sur 11 tirs, avant de céder sa place à Zachary Bouthillier.

Des signes encourageants dans la défaite

Les résultats positifs tardent toujours à arriver dans le camp des Saguenéens de Chicoutimi, mais un soupçon de lumière s'est pointé à l'horizon, samedi après-midi, à Sherbrooke. Malgré une défaite de 4-2 face au Phoenix, une quatrième en autant de sorties depuis le début de la saison, l'entraîneur Yanick Jean a décelé des signes encourageants.
«C'était le jour et la nuit», a-t-il lancé dès le début de l'entretien téléphonique, en faisant référence avec le match de vendredi, alors que les Sags avaient subi une défaite de 6-3 après avoir été dominés une grande partie de la rencontre. Jean avait critiqué l'éthique de travail de certains joueurs, sans les nommer.
«C'était notre meilleure performance de la saison, a poursuivi Yanick Jean. C'est le genre de match sur lequel tu peux bâtir. Je n'ai absolument rien à redire. On parle de processus et c'est le meilleur exemple ce soir. Fournir un effort comme ça tous les matchs avec des effectifs supplémentaires dans notre alignement, c'est ce qu'on a besoin de faire. Le reste va venir.»
En retard 1-0 après trois minutes de jeu, Kelly Klima a créé l'égalité à la 16e minute de jeu, mais Félix Robert a redonné les devants au Phoenix moins d'une minute plus tard.
Vincent Lampron a doublé l'avance des siens en milieu de deuxième, ce qui a mis fin à la soirée de travail d'Alexis Shank. Le gardien recrue a concédé trois buts sur 11 tirs, avant de céder sa place à Zachary Bouthillier.
«Je voulais changer l'allure du match et je ne voulais pas qu'Alexis se dise qu'il ne devait pas en donner un autre, a soulevé Yanick Jean. Il y a de ces jours où on est un peu moins chanceux et où on voit moins bien la rondelle.»
Jean a ajouté qu'un manque de confiance autour du filet adverse avait fait la différence. Malgré ce manque d'opportunisme, l'entraîneur n'a jamais senti que ses joueurs étaient en train de baisser les bras. Le gardien de but de Sherbrooke, Brendan Cregan, a également eu son mot à dire avec 33 arrêts.
«Mentalement, on avait la bonne attitude et on a travaillé, a réagi Yanick Jean. C'est exactement avec des matchs comme ceux-là qu'on s'en est sorti l'an passé et il y a deux ans. À coller des performances comme celle-là, le reste va suivre. Dans cette ligue-là, il faut travailler comme on vient de le faire.»
Avec un marque de 4-1 en faveur du Phoenix avec moins de cinq minutes à faire au match, Félix-Antoine Marcotty a marqué son premier but en carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec pour faire 4-2. Kelly Klima croyait bien avoir réduit l'écart à un but peu de temps après, mais le but a été refusé puisque Vincent Lapalme a été chassé pour un bâton élevé au même moment où Klima marquait.
En désaccord, Yanick Jean a tenté d'obtenir des explications. Probablement trop insistant au goût des officiels, l'entraîneur-chef des Saguenéens a reçu une pénalité mineure.
«Je ne comprends pas l'interprétation du règlement et pourquoi j'ai eu une pénalité sans avoir d'avertissement, s'est-il questionné. On va poser des questions à la ligue.»
Exemple de détermination
Morgan Nauss a posé un geste apprécié au cours de la rencontre. Victime d'une malchance, le vétéran défenseur a quand même contribué autant que possible.
«Il a reçu un lancer frappé en plein visage, mais il s'est mis un protecteur complet et il a terminé le match, a louangé Yanick Jean. C'est s'oublier pour l'équipe et s'oublier pour ses coéquipiers. Il a joué quelques présences en troisième période en extrême douleur, mais il était là quand même. Avec une attitude comme ça et des petits gestes du genre, ça va faire progresser notre équipe énormément.»
Les Sags retrouvent leurs partisans vendredi prochain, lors de la visite des Tigres de Victoriaville. Toujours en attente de sa libération internationale. German Rubtsov pourrait être en uniforme.
«Je m'attends à ce que le dossier évolue en début de semaine», a affirmé Yanick Jean.