Le président des Saguenéens, Richard Létourneau, mentionne qu’une centaine de personnes travaillent lors d’un match local des Saguenéens.

Des retombées de 2,7 millions $ pour les Saguenéens

Les Saguenéens de Chicoutimi, c’est plus qu’un simple match de hockey au Centre Georges-Vézina 34 fois par année en saison régulière.

Le président de l’organisation chicoutimienne, Richard Létourneau, indique qu’une centaine de personnes travaillent lors des parties locales de la formation saguenéenne de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Le produit final, c’est le match de hockey », annonce-t-il, soulignant tout le travail en coulisses.

« Mon petit plaisir, c’est d’arriver deux heures et demie avant le match et regarder la fourmilière qui commence. Il faut que tout soit prêt pour le spectacle », fait-il valoir.

Retombées

Au total, la LHJMQ génère des retombées économiques de l’ordre de 86 millions $, selon une étude réalisée par la firme Grant Thornton. Pour les Saguenéens, ça représente un montant d’environ 2,7 millions $, selon ce que Richard Létourneau a dévoilé récemment lors du 5 à 7 d’ouverture de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord. Les chiffres font état d’une masse salariale de 800 000 $, des achats locaux pour le même montant, de 400 000 $ pour les équipes visiteurs ainsi qu’une somme équivalente pour les parents des joueurs et les visiteurs.

« Ce n’est pas moi qui le dis, mais des études, et une organisation comme la nôtre, pour faire parler de sa municipalité comme on le fait, avec un rayonnement autant régional, provincial que national, c’est l’équivalent d’une campagne publicitaire de 1,5 million $ par année », annonce Richard Létourneau.

« Il y a bien des villes qui voudraient avoir ce privilège », laisse-t-il tomber, précisant qu’il est impossible de comparer ce qui se fait aujourd’hui dans une organisation junior majeur, que ce soit dans l’encadrement des joueurs aux études. « Ce sont les exceptions qui font une carrière au hockey. Par contre, la majorité va avoir une expérience extraordinaire. C’est à nous de les former pour qu’ils deviennent des actifs dans la société. C’est fondamental. Pour nous, c’est un leitmotiv aussi important que l’aspect hockey. On est chanceux là-dessus, car le personnel hockey en est conscient et est d’accord avec ça », de noter Richard Létourneau.

4e saison

Le groupe de gestionnaires actuels des Sags amorce sa quatrième saison d’un contrat de dix ans à la barre de l’équipe. Richard Létourneau, qui est accompagné dans l’aventure par Marc Denis, Jean-François Abraham et Gilles Couture, mentionne qu’à l’aube d’une saison qui s’annonce excellente sur la glace, l’organisation se porte très bien au deuxième étage.

« On est chanceux parce que la première année, on a quand même atteint la demi-finale. Avec la manière dont on a géré, on se ramasse que, deux ans plus tard, on est déjà compétitifs. C’est merveilleux », exprime Richard Létourneau, faisant part de ce désir des dirigeants de faire partie du premier quartile du circuit Courteau, tant au niveau hockey qu’administratif.

C’est dans cet état d’esprit que l’équipe de direction a été entièrement renouvelée afin de mettre en place des assises solides. Un conseil d’administration « très solide » de dix personnes bien connues dans le milieu a également été formé.

« Même si on est un OSBL et que la franchise appartient à la Ville, mon défi et ma façon de faire, c’est de gérer l’équipe comme une entreprise privée », indique Richard Létourneau, précisant que les membres du CA participent à six rencontres par année.

« Les gars sont là pour nous challenger et c’est important qu’ils le fassent », convient-il sans hésitation.

Le travail est reconnu, au sein des autres équipes de la ligue, alors que Serge Proulx a été nommé administrateur de l’année, en 2017, tandis que Joanne Leblanc a reçu le titre de conseillère pédagogique de l’année en 2018. Richard Létourneau met également en avant-plan les ajouts faits chaque année, notamment grâce à la technologie et les réseaux sociaux.

+

UN BUDGET ÉQUILIBRÉ EN 2018-2019

Malgré seulement deux rencontres éliminatoires au printemps dernier, l’organisation chicoutimienne bouclera un budget équilibré, pour la saison 2018-19, annonce fièrement Richard Létourneau. Ce dernier admet que les dirigeants de l’équipe ont dû se creuser les méninges pour y parvenir, mais avec succès.

L’augmentation de 14 % aux guichets n’est pas étrangère à cette situation, avec une moyenne d’un peu plus de 2700 spectateurs par rencontre. Avec la qualité du produit sur la glace, ils s’attendent à continuer cette progression et d’approcher d’une moyenne de 3000. 

« Je me rappelle très bien du titre du premier texte, quand on est arrivés en poste. Notre défi, c’était de mettre du monde dans la cabane. On est rendus là et c’est l’fun », signale Richard Létourneau. Depuis leur arrivée en poste, les gestionnaires n’ont qu’une seule saison déficitaire. 

« Le but de tout ça, c’est d’être autonomes. On veut être capables d’avoir le moyen de nos ambitions », mentionne le président des Sags, bien à l’aise avec les grandes attentes envers l’équipe pour les prochains mois. 

« Nos partisans et les amateurs de hockey de la région le méritent. C’est important de créer une tradition gagnante et c’est ce qu’on est en train de faire », annonce-t-il avec le sourire.