Dawson Mercer a fait plaisir à une jeune admiratrice, lors de son passage dans son patelin de Bay Roberts, à Terre-Neuve. Il a participé à l’exposé oral qu’elle avait concocté à son sujet, ce qui a certainement fait le bonheur de ses camarades de classe.

Dawson Mercer impatient de jouer avec les Sags

Les derniers mois ont été très chargés pour le nouvel attaquant des Saguenéens Dawson Mercer. Dans sa première entrevue avec un média de la région depuis son acquisition par les Saguenéens, l’attaquant de 18 ans aborde plusieurs sujets, dont sa récente participation au Championnat mondial junior et la deuxième moitié de saison qui s’annonce excitante avec la formation chicoutimienne.

Avant d’entamer une deuxième moitié de saison qui s’annonce très excitante avec les Saguenéens, Dawson Mercer a passé quelques jours auprès de ses proches dans son patelin de Bay Roberts, à Terre-Neuve.

Les derniers mois ont été très chargés pour le nouvel attaquant des Saguenéens Dawson Mercer. Dans sa première entrevue avec un média de la région depuis son acquisition par les Saguenéens, l’attaquant de 18 ans aborde plusieurs sujets, dont sa récente participation au Championnat mondial junior et la deuxième moitié de saison qui s’annonce excitante avec la formation chicoutimienne.

« J’en profite pour relaxer, prendre du temps pour moi et avec ma famille. Quand je serai finalement de retour, je serai prêt pour ce long périple vers la Coupe du Président », d’assurer Dawson Mercer, s’excusant de ne pas avoir rappelé le journaliste du Quotidien plus rapidement samedi, et ce, même si le réseau cellulaire fonctionne plus ou moins dans la communauté d’un peu plus de 5000 habitants au nord de Terre-Neuve. Il a profité de son passage dans sa ville natale pour faire vraiment plaisir à une jeune admiratrice, se présentant en classe pour l’exposé oral qu’elle avait préparé à son sujet.

« Je n’ai même pas réfléchi, j’ai dit oui tout de suite. Je suis allé dans la classe et elle m’a présenté à tous ses camarades. C’était vraiment cool, surtout que c’était la même école, la même classe et le même professeur que quand j’étais à l’école primaire. C’était un moment spécial pour moi, mais aussi pour montrer aux jeunes que rien n’avait changé », de confier le nouveau venu avec les Sags, qui a également signé plusieurs autographes pendant son court passage dans sa ville natale. Fort de ce repos, il fera ses débuts avec les Sags vendredi, à domicile, contre les Cataractes, au lendemain de sa participation au Match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey.

« Je crois que c’est le temps de jouer et je veux vraiment être de retour à temps pour ce match devant mes nouveaux partisans », d’annoncer Dawson Mercer.

D’ignoré à membre d’équipe Canada junior

L’été dernier, Mercer n’avait pas fait partie de la quarantaine de joueurs invités au camp estival d’équipe Canada junior. Quelques mois plus tard, il a forcé la main des dirigeants de Hockey Canada à lui faire une place pour le tournoi qui se déroulait en République tchèque. « Je savais où j’étais comme joueur et ce que je devais améliorer. Je savais que je pouvais en faire beaucoup en une demi-saison. Je me suis entraîné fort pendant l’été et je me suis assuré d’avoir un bon départ à Drummondville et de prendre soin de ce jeune groupe de joueurs pour pouvoir bien se placer au classement. J’ai amené mon meilleur jeu à la Série Canada-Russie pour montrer ce que je pouvais amener à l’équipe. J’ai obtenu une chance de me faire valoir au camp, trouver une place et remporter l’or. Ç’a été une première moitié de saison très occupée, mais aussi très agréable à passer », de relater Dawson Mercer, qui était accompagné de quelques membres de sa famille pour le voyage qui s’est terminé avec la conquête de la médaille d’or. Même s’il avait un rôle limité, qu’il acceptait, il a grandement apprécié son expérience.

« Je voulais m’assurer de montrer que j’étais prêt à faire n’importe quoi pour faire partie de l’équipe et gagner. Je voulais absolument disputer ce tournoi. Le Championnat mondial junior, c’est un tournoi que tous les enfants veulent jouer, de rappeler Mercer, qui montre une récolte de 42 points, dont 18 buts, en 26 rencontres avec les Voltigeurs. C’est un sentiment incroyable. Un jour, tu es devant la télé à regarder en espérant être dans les patins des joueurs. D’être là te fait penser à tout le processus qui t’y a mené et de savoir que des enfants veulent faire comme toi un jour, c’est spécial. Ça montre que les rêves sont possibles et qu’il faut travailler pour y parvenir. »

Échangé sans grande surprise

« Je savais qu’avec le cycle du junior, je serais probablement échangé. Dans un premier temps, je voulais améliorer certaines facettes en première moitié et, sachant que j’allais être transigé, je désirais avoir une autre chance de gagner. Je sais que les Sags ont beaucoup de confiance envers moi et de support. Je me sens très bien avec ce que Yanick Jean a dit à mon sujet dernièrement. Avec le style de joueur que je suis, je reste convaincu que je peux vraiment aider cette équipe à gagner. Je suis vraiment excité de me joindre aux Sags. Je pense que c’est un bon groupe de joueurs, mais aussi un bon groupe de gars. J’ai seulement hâte d’aller sur la glace avec eux », d’exprimer Dawson Mercer, assurant ne pas ressentir de pression individuelle et collective, malgré le prix payé par les Sags pour faire son acquisition, soit William Dufour, deux choix de première ronde et trois autres choix de repêchage.

« Il n’y a pas de pression du tout, de trancher l’attaquant de 18 ans qui peut jouer tant à l’aile qu’au centre, sa position depuis le début de la saison. C’est un jeu que tous les joueurs au junior majeur pratiquent depuis un jeune âge. On va sur la glace, on le fait depuis toujours. Je veux seulement donner mon maximum toutes les fois que je vais être sur la patinoire. Peu importe ce que j’ai fait à Drummondville, je vais amener la même chose à Chicoutimi et même encore plus et mieux. Je veux continuer d’améliorer mon jeu. »