Le défenseur Louis Crevier a subi une fracture à un doigt dimanche dernier à Sherbrooke. Il sera absent de trois à quatre semaines.
Le défenseur Louis Crevier a subi une fracture à un doigt dimanche dernier à Sherbrooke. Il sera absent de trois à quatre semaines.

Crevier absent au moins trois semaines

La liste des blessés s’allonge chez les Saguenéens de Chicoutimi. Après les attaquants Hendrix Lapierre (commotion) et Samuel Houde (fracture au poignet), c’est maintenant au tour du défenseur Louis Crevier de se retrouver hors de combat pour quelques semaines. Le longiligne arrière de 18 ans sera en effet absent de trois à quatre semaines en raison d’une fracture à un doigt.

La blessure est survenue lors de la partie de dimanche à Sherbrooke et les radiographies prises à Chicoutimi, lundi, au retour de l’équipe, ont confirmé les craintes de l’organisation. En 46 matchs cette saison, le défenseur de 6 pieds 7 pouces et 212 livres a obtenu 9 buts et 10 passes pour 19 points.

« C’est une autre tuile. Notre profondeur dans l’alignement va permettre aux autres défenseurs de combler la perte de Louis. En équipe, nous devons trouver les moyens de combler son absence. Comme tout le monde sait, on est l’une des équipes les plus éprouvées et maintenant, il faut trouver des moyens, comme on l’a fait depuis le début de l’année, de persévérer et de passer à travers ça », a indiqué l’entraîneur-chef, Yanick Jean en entrevue.

Retours en mars

Dans le cas de Lapierre, le #92 a subi une troisième commotion en 10 mois à la fin novembre et il est sur la touche depuis. Le 7 janvier, après avoir rencontré un neuropsychologue, son absence était estimée à deux mois, mais il avait obtenu le feu vert pour reprendre progressivement l’entraînement. Il doit revoir le neuropsychologue pour une nouvelle évaluation d’ici deux semaines et le jeune homme en saura un peu plus sur son éventuel retour au jeu.

Quant à l’attaquant de 19 ans, Samuel Houde, qui a été opéré pour une fracture du poignet le 20 janvier dernier, il sera absent jusqu’à la mi-mars. Le mois de mars, qui sonne le renouveau, rimera donc avec plusieurs retours chez les Bleus. Cela signifie aussi moins de temps pour cimenter la chimie de l’équipe. « Comme on n’a pas le choix, il n’y a rien à faire. Partout dans le hockey, quand un joueur est blessé, il n’y a rien que tu peux faire. On a donc le choix de s’apitoyer sur notre sort ou de se retrousser les manches. Depuis le début de l’année, on s’est toujours retroussé les manches. C’est ce qu’on se disait avec l’absence de Lapierre et de Houde et avec Crevier par-dessus ça, c’est ce qu’il faut se dire encore », insiste-t-il.

Parmi les cas incertains, on retrouve Hugo Savinsky qui présente des symptômes de commotion, lui qui a été laissé de côté récemment pour les mêmes raisons. Un autre joueur a passé des radiographies au retour de Sherbrooke, mais heureusement, les résultats ont été négatifs.

Intense

Mardi, les joueurs ont eu droit à un entraînement intense, mais rien hors de l’ordinaire, assure Yanick Jean. « Ç’a été un entraînement très intense comme les mardis le sont quand on a une semaine complète d’entraînement à la maison, ce qu’on n’a pas eu encore depuis le mois de novembre en raison des blessés, des malades et des gars qui nous manquaient au cours des dernières semaines », explique-t-il.

Rappelons que les Saguenéens jouent deux matchs à domicile en fin de semaine. Vendredi, ils accueilleront les Sea Dogs de Saint-Jean à 19 h 30, au Centre Georges-Vézina, et samedi, à compter de 16 h, ils tenteront de prendre leur revanche contre le Phoenix de Sherbrooke qui a accru son avance au sommet du classement général dimanche dernier, en malmenant les Sags 6-1 sur son territoire.