Le gardien des Sea Dogs, Mathuey Corbeil, a connu tout un match devant le filet des siens, frustrant les Sags à de nombreuses reprises.

Coup dur pour les Sags

La loi du sport est parfois bien cruelle. Après une performance quasi parfaite, les Saguenéens se sont inclinés en prolongation 3-2 face aux Sea Dogs devant une salle comble de 4701 spectateurs médusés au Centre Georges-Vézina.
Les Saguenéens ont complètement dominé la période supplémentaire et ont obtenu les meilleures chances. Ils n'ont toutefois pas été capables de faire scintiller la lumière rouge. L'entraîneur-chef, Gerard Gallant, a même été forcé d'appeler un temps d'arrêt pour calmer sa troupe.
Après une tempête des Saguenéens dans le territoire des Sea Dogs, Charlie Coyle a accepté une passe de Zach Phillips avant de déborder Gabriel Bourret et lancer sur Christopher Gibson qui a fait le premier arrêt. L'attaquant américain a récupéré le retour et fait bouger les cordages et ainsi procurer une avance aux siens de 3-1 dans la série quatre de sept. Quelques secondes auparavant, Steve Lebel a été frustré de la mitaine par Mathieu Corbeil qui a même regardé derrière lui pour être certain qu'il avait bien fait l'arrêt.
Dans son point de presse après la rencontre, Marc-Étienne Hubert avait du mal à cacher sa déception et avait le sentiment d'avoir laissé filer la victoire. Il soulignait que ses protégés avaient disputé cette rencontre avec urgence et détermination. «On méritait un meilleur sort, a-t-il lancé, ce que personne ne pourra contester.
«Au hockey, quand tu en manques et tu en manques... On s'est regardé les deux entraîneurs et on s'est dit qu'il faudrait marquer bientôt», a-t-il ajouté.
Propulsés par l'accueil offert à Francis Verreault et David Desharnais, les Saguenéens sont sortis enragés. Encore une fois, l'opportunisme a fait défaut. Ce sont les Sea Dogs qui ont ouvert la marque alors qu'en toute fin d'engagement, Charlie Coyle a décoché un tir du poignet qui a surpris Christopher Gibson.
«Après la première, le pointage aurait pu être à notre avantage. Il aurait fallu être capables de marquer une fois et même deux. Ça aurait fait du bien, a admis le pilote des Bleus. Malgré tout, on a vu que les gars n'abandonnent jamais. C'est extraordinaire la façon dont les joueurs se comportent sur la glace. Ils ont un désir de bien faire que ça fait longtemps que nous n'avons pas vu.»
À la 7e minute en deuxième, le jeu s'est animé alors que trois buts ont été marqués en l'espace de seulement 63 secondes. Jérémy Grégoire a d'abord complété une superbe séquence de Sébastien Sylvestre pour niveler la marque. Jonathan Huberdeau a rapidement jeté une douche froide sur la foule qui avait pris vie alors qu'il a récupéré un mauvais retour accordé par Christopher Gibson. Charles Hudon s'est toutefois chargé de remettre de l'ambiance alors qu'il s'est amené à moitié seul devant Mathieu Corbeil qu'il a battu avec un lancer du poignet parfait.
Même si la montagne paraît maintenant insurmontable contre les puissants Sea Dogs, Marc-Étienne Hubert refuse de lancer la serviette. La seule chose à changer à son avis est de lancer plus lors des avantages numériques... et bien sûr être plus opportunistes. «Si on reproduit ce qu'on a fait lors des deux matchs à Chicoutimi, il y a plus de bonnes choses que de mauvaises qui vont nous arriver. On regardera le résultat à la fin de cette série, mais on est très fiers de nos joueurs et ce qu'ils ont accompli jusqu'à maintenant», a-t-il souligné.