La série quart de finale contre Rouyn-Noranda à peine terminée, les entraîneurs des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, Simon Gaudreault et Jean-François Jolin, planchaient déjà sur les stratégies à mettre en place contre les Sea Dogs de Saint John en visionnant les vidéos.

Confiants malgré l'ampleur du défi

À l'aise dans le rôle de négligés, les Sagueneéns de Chicoutimi abordent avec confiance la demi-finale face aux Sea Dogs de Saint John.
« Tout le monde va les mettre favoris, comme tout le monde mettait Rouyn favori également », rappelle Yanick Jean en entrevue. « Nous, on croit en notre équipe. On aime la chimie, la résilience et le caractère de notre équipe. On se concentre sur nous et on n'écoute pas ce qui se dit ailleurs », poursuit l'entraîneur-chef des Sags sur un ton posé.
Toutefois, les Sea Dogs de Saint John représentent tout un défi pour les Saguenéens, même si ces derniers viennent d'éliminer Rouyn-Noranda qui avait fini la saison régulière au 2e rang. Les Sea Dogs ont non seulement été couronnés champions de la saison régulière en plus de finir au 3e rang du classement final de la Ligue canadienne de hockey, mais ils n'ont eu besoin que de quatre matchs pour vaincre leurs adversaires de chacune des deux premières rondes. À cela s'ajoute la qualité de leurs effectifs, dont une dizaine sont repêchés par des clubs de la LNH.
Ces données impressionnantes n'intimident guère le pilote des Bleus qui rappelle que ses protégés ne sont pas parvenus dans le carré d'as par magie. « Notre façon d'être en équipe nous donne confiance, insiste Yanick Jean. Pour moi, oui, c'est un privilège de jouer dans les séries et d'être en demi-finale, mais ce n'est pas un bonus. Rendues en demi-finale, toutes les équipes veulent gagner. Ce n'est pas une question d'enlever ou de mettre de la pression. On se concentre sur nous, on vit le moment et on croit et on a confiance en notre équipe, peu importe l'adversaire. Le fait de pouvoir toujours se fier sur le coéquipier à côté de nous parce qu'on sait qu'il va faire le travail, ça nous donne confiance et on va continuer à foncer.
« Nos joueurs ont fait preuve de résilience toute l'année. Chaque fois qu'on nous croyait morts, les gars ont travaillé deux fois plus forts, ils ont surmonté les obstacles un à la fois et ont surpris tout le monde. On continue en prenant un match à la fois et nonobstant le résultat, on va se préparer pour le suivant lorsqu'on sera rendus là », souligne l'entraîneur-chef qui se préparait déjà pour la prochaine étape en visionnant des vidéos des Sea Dogs en compagnie de ses adjoints, Jean-François Jolin et Simon Gaudreault.
Chaud au coeur
Mentionnons enfin que la présence de quelques dizaines de partisans pour les accueillir à l'aéroport de Bagotville à leur retour de Rouyn-Noranda lui a fait chaud au coeur. « Pour l'avoir vécu dans le passé, je ne suis pas surpris. C'est le fun et ça prouve le sentiment d'appartenance des gens envers leur équipe et ça augmente le sentiment d'appartenance des joueurs envers leur équipe. Mais ce qui fait le plus de bien à voir, c'est (de constater que) les partisans se sont réappropriés leur équipe », a-t-il conclu.
Vincent Tremblay-Lapalme
Lapalme fait le plein d'expérience
Pour ses premières séries dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Vincent Lapalme pouvait difficilement demander mieux. Pleinement consciente de sa chance, la recrue profite de chaque étape pour faire le plein d'une précieuse expérience qui lui servira tout au long de sa carrière.
« Je me sens vraiment privilégié qu'à ma première année (complète avec les Sags), on se rende dans le carré d'as, a commenté d'entrée de jeu le #37 en entrevue. On a un groupe de personnes incroyables, avec une chimie tout aussi incroyable et on a du caractère. J'apprends énormément auprès des vétérans cette année. C'est vraiment un bon bagage pour moi ! »
Dans la série contre Rouyn-Noranda, l'une des missions de Lapalme consistait entre autres à contrecarrer le longiligne défenseur Philippe Myers, une mission de petite peste dont il s'est acquitté avec brio. « Je suis toujours un joueur qui se donne à 100 % et quand il avait la rondelle dans le coin, je fonçais sur lui et je finissais mes mises en échec. C'est sûr qu'à la fin, il en avait un peu ras le bol », convient le jeune homme en riant. Avec ses compagnons de ligne, il devait aussi s'occuper du meilleur trio adverse. « On a un trio défensif et nous sommes capables d'amener du momentum. (...) On a eu quelques chances de marquer par match, mais la priorité c'est notre jeu défensif. »
Le jeune attaquant estime qu'il a vécu une meilleure série contre Rouyn-Noranda que celle contre Victoriaville. « Plus j'avance et plus j'apprends. Je pense que ç'a été une bonne série pour moi parce qu'on a fait face à l'adversité. On a montré qu'on était capables de les vaincre avec notre caractère parce qu'on n'a jamais abandonné. En ce sens, je pense que ç'a été ma plus grosse série », explique-t-il.
L'athlète qui vient à peine de célébrer ses 18 ans raconte qu'à l'instar de ses coéquipiers, il n'a jamais douté de la victoire du 7e match contre les Huskies. « Tous les gars savaient qu'on avait des chances, même à 3-1. On a marqué un but rapide et on s'est tous regardé et on savait, dans notre regard, qu'on allait rebondir et qu'on allait gagner ce match-là », assure le natif de Laval. 
Cela dit, le jeune attaquant n'est pas intimidé à l'idée d'affronter la meilleure formation du circuit Courteau et l'une des trois meilleures au pays. « On sait que c'est une très bonne équipe, mais la nôtre a tellement une chimie incroyable, du caractère et de la détermination qu'on sait tous qu'on est capables de passer au travers », a-t-il conclu.
Pointes de plume
• Roch Gauthier fait certainement partie des partisans en or des Saguenéens. Ce retraité de Chicoutimi, secteur nord, prendra la direction de Saint John vendredi matin, en voiture, pour aller encourager les Bleus, comme il l'avait d'ailleurs fait en 2012! De plus, ce fidèle partisan, qui assiste à tous les entraînements, n'a pas hésité à faire le trajet menant à Victoriaville et à Rouyn-Noranda (pour les deux premiers matchs sur la route) pour appuyer de vive voix ses Sags. En prime, M. Gauthier a vu juste dans ses prédictions, lui qui avait mis les Sags en quatre contre Victoriaville et en sept contre Rouyn. Pour la prochaine série, son coeur l'incite à prédire une victoire en sept...
• Les billets pour la série demi-finale des Saguenéens contre les Sea Dogs de Saint John seront mis en vente à compter de 9 h ce matin, que ce soit sur place aux guichets du Centre Georges-Vézina ou en ligne, via Diffusion Saguenay. À noter que pour cette nouvelle ronde des séries, le coût du billet sera haussé de 2 $ par catégorie de billets. Toutefois, cette augmentation ne concerne pas les détenteurs de billets de saison pour qui le tarif reste inchangé...
• Les Saguenéens s'envoleront vendredi matin pour leur match de 18 h vendredi et celui de samedi. Ils recevront les Sea Dogs au Centre Georges-Vézina mardi et mercredi... Fait amusant, la prochaine escale du drapeau du 50e anniversaire des Jeux du Canada sera à Saint John au Nouveau-Brunswick, ville du domicile des prochains adversaires des Saguenéens, les Sea Dogs. Saint John accueillera le drapeau le 25 avril...