À son troisième camp, Mikisiw Awashish assure être dans de très bonnes dispositions dans l’espoir de se tailler un poste avec les Saguenéens à 18 ans

Camp des Sags: un vétéran parmi les recrues [+GALERIE PHOTOS DES ENTRAÎNEMEMENTS]

À 18 ans et à son troisième camp d’entraînement, l’attaquant Mikisiw Awashish peut certainement être considéré comme un vétéran parmi les recrues, cette semaine, avec les Saguenéens de Chicoutimi.
Le nouvel entraîneur adjoint des Sags, Marc-André Gagnon était sur la patinoire mercredi soir.

« Il y a moins de nervosité de la nouveauté parce que je sais à quoi m’attendre. C’est quand même un camp junior et je dois faire mes preuves, peu importe que ça fasse un an ou trois ans. C’est toujours à recommencer chaque année. Si je suis avantagé, c’est que je sais ce qui m’attend », a partagé l’attaquant originaire de Mashteuiatsh, mercredi après-midi, lors de l’accueil des 40 joueurs à l’aréna de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

À sa première présence au camp des Sags, en 2017, le choix de quatrième ronde quelques mois plus tôt avait laissé une très bonne impression. L’an dernier, il était donc fortement attendu pour batailler pour un poste, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu.

Il avait finalement fait partie de la dernière vague de coupes, après un camp sans éclat de sa part, ce qu’il ne cache pas un an plus tard.

« Je pense que ça remonte à ma première année où j’ai excessivement bien fait ça. J’ai surpris bien du monde, moi le premier. L’année dernière, j’avais eu beaucoup de contacts avec les gens de l’organisation pendant l’été, ce qui avait peut-être monté mon niveau de confiance. Le problème n’était pas l’entraînement estival, mais plus mentalement à mon avis. Je suis arrivé au camp couci-couça. J’ai pris certaines choses pour acquises, ce que je n’aurais jamais dû faire. Cette année, c’est complètement différent », assure le capitaine des Élites de Jonquière dans le midget AAA au cours des deux dernières saisons, qui était un meneur de l’équipe à l’attaque l’an dernier, avec 31 points en 36 rencontres.

Les membres du personnel des Sags ont été présentés aux joueurs et à leurs parents lors d’une rencontre après l’accueil.

En plus d’un entraînement estival rigoureux en compagnie d’autres joueurs sous la direction de l’entreprise régionale G.I. Performance, Mikisiw Awashish a également été encadré, au cours des dernières semaines, par le consultant en préparation mentale Marc-Antoine Roussel, qui occupait cette fonction la saison dernière avec les Sags. Parmi les plus vieux et expérimentés dans le groupe des recrues, celui qui a disputé six matchs avec les Sags lors des deux dernières saisons n’a pas de problème à ce que les regards soient tournés vers lui durant les prochains jours.

« Je ne vois pas ça comme de la pression. Je sais ce que je dois faire et comment le faire, maintenant, c’est seulement de le faire, surtout que je sais à quoi m’attendre. Je n’ai pas à me mettre de pression moi-même sur les épaules », de répondre sagement Mikisiw Awashish.

Pour l’entraîneur-chef Yanick Jean, la balle est dans le camp du joueur régional, qui fait partie des candidats pour les trois ou quatre postes disponibles en attaque. « Quand tu arrives à cet âge, tu vis des choses dans ton parcours. Je suis convaincu qu’il est mieux préparé, il est le premier à le dire », de laisser tomber Yanick Jean.