Thomas Gobeil a inscrit le but de la victoire sur un retour de tir en début de troisième. Sur cette séquence, il a été stoppé par Brandon Whitney.

Bon départ pour 2014

Les Saguenéens ont débuté 2014 de la même façon qu'ils avaient terminé 2013. Les Chicoutimiens ont montré leur vrai visage à compter de la deuxième période pour s'imposer 3-2 sur les Tigres de Victoriaville à l'issue d'un excellent match de hockey, devant 2389 spectateurs hier au centre Georges-Vézina.
Pendant les 25 premières minutes, ce sont toutefois les visiteurs qui ont imposé leur rythme. Très physiques, particulièrement dans leur territoire défensif, les joueurs des Tigres faisaient payer leurs adversaires qui, sans être complètement dominés, ont obtenu bien peu de menaces sérieuses et seulement trois tirs. Tout a changé à mi-chemin de la deuxième période. Jérémy Carignan a d'abord répliqué pour les Sags avec deux solides mises en échec, dont une sur Julien Proulx qui a mené à une mêlée devant le banc des Sags. Ces derniers se sont retrouvés à court d'un homme à deux occasions par la suite, mais ont réussi à écouler les deux pénalités. Par la suite, on a senti que le momentum venait de changer de côté. Plus déterminés, les locaux ont marqué deux buts rapides et n'ont plus jamais regardé derrière. Sébastien Sylvestre a d'abord complété un bel effort individuel de Laurent Dauphin, et trois minutes plus tard, le défenseur Carl Tremblay a inscrit son premier de la saison sur un tir en apparence anodin. Thomas Gobeil a ensuite marqué le but d'assurance en début de troisième. Fidèle à son habitude, le gardien Domenic Graham s'est occupé du reste, surtout après que les Tigres se soient approchés à un seul but.
«Je suis content de voir la combativité des gars encore ce soir. En première, ils nous ont limités à peu de lancers, mais en même temps, on avait des chances de lancers et on ne le faisait pas. Ce côté-là ne m'énervait pas trop, a confié l'entraîneur-chef des Sags Patrice Bosch dans son point de presse d'après-match. Le fait qu'on a amené plus de rondelles au lieu de faire des beaux jeux, ça fait une différence. Quand je dis ça, je pense au but de Thomas Gobeil. Carignan a voulu faire un lancer qui a été bloqué par l'adversaire pour rebondir directement sur la palette de Gobeil. S'il ne fait pas le jeu simple, on n'a pas ce but-là qui s'est avéré celui de la victoire.
«J'ai juste aimé la façon de jouer. On se tient en équipe. On n'est pas une grosse équipe, mais ce soir, on avait le coeur gros comme le centre Georges, a-t-il repris, soulignant également l'apport de Ludovic Beaupré, qui a obtenu sa part de temps de glace face aux Tigres.
«Depuis le début de l'année, on est capables de jouer dans des matchs physiques comme celui-là. Nos petits joueurs s'impliquent physiquement. C'est un peu ça le hockey. Quand tu n'a pas de place, il faut que tu la fasses», a-t-il indiqué.
Dans l'autre vestiaire, l'entraîneur-chef des Tigres, Yanick Jean, se demandait bien ce qui s'était passé en deuxième période pour que ses troupiers cessent de s'imposer physiquement après que les Sags aient pris les devants.
«On dirait qu'on a arrêté de travailler, ce qui a coupé notre momentum. On a donné de l'air aux Sags qui en ont profité pour revenir, a soufflé le Chicoutimien d'origine, qui a pointé les deux avantages numériques ratés en deuxième pour expliquer ce changement flagrant de ton dans la rencontre.
«À 1-0, le gros but n'est pas venu et c'est souvent comme ça dans le hockey junior, ça revient assez rapidement.
Malgré le retard d'un but, puis de deux, Yanick Jean aurait aimé que ses protégés continuent de bien appliquer le plan de match, qui les avait bien servis lors du premier engagement. «On est sortis forts physiquement en première, mais par la suite, le jeu s'est ouvert et ce n'est pas notre style. Il y a beaucoup de nouveaux venus et il va falloir créer un mélange pour que tout le monde soit sur la même page», de souligner Yanick Jean, qui refusait de se servir de cette situation comme excuse.
20
Sébastien Sylvestre a marqué hier son 20e but de la saison. Pendant ce temps, la disette de Victor Provencher s'est prolongée à 20 matchs sans but.
1- Domenic Graham
2- Sébastien Sylvestre
3- Angelo Miceli