Malgré un dossier de 12 victoires et 17 revers avec le jeune Phoenix, Francis Desrosiers se débrouillait très bien avant sa blessure qui est survenue alors qu'il a glissé sur un trottoir gelé.

Blessé au mauvais moment

Blessé à la cheville depuis maintenant un mois, l'ancien gardien des Saguenéens, Francis Desrosiers, n'aura pas eu l'occasion de revenir au centre Georges-Vézina cette saison. Les deux visites du Phoenix de Sherbrooke au Saguenay ont eu lieu pendant sa convalescence en janvier.
En octobre dernier, le gardien de 20 ans avait affronté son ancienne équipe pour une première fois depuis qu'il a été transigé la saison dernière. Il avait brillé avec 39 arrêts dans une victoire des siens 5-3. Tout comme au début du mois, Francis Desrosiers est demeuré à la maison hier alors que ses coéquipiers ont pris la route pour un match à Baie-Comeau ce soir, puis demain, à Chicoutimi. «J'aurais aimé rejouer au centre Georges-Vézina. Comme je suis encore blessé, ce n'était pas le mieux pour l'équipe. C'était préférable de ne pas jouer», convient Francis Desrosiers qui a repris l'entraînement la semaine dernière. «J'étais supposé revenir cette semaine, mais ça me faisait mal encore. Je n'étais pas à 100%. Sûrement la semaine prochaine», souligne-t-il.
Malgré un dossier de 12 victoires et 17 revers avec le jeune Phoenix, Francis Desrosiers se débrouillait très bien avant sa blessure qui est survenue alors qu'il a glissé sur un trottoir gelé. Il affiche une moyenne de 3,37 et un excellent pourcentage d'arrêt de .908. Sa blessure a toutefois forcé la main du directeur général Patrick Charbonneau qui a mis la main sur le vétéran gardien de 20 ans Maxime Lagacé à la date limite des transactions. Francis Desrosiers a l'impression que sans cette blessure, cette acquisition ne se serait probablement pas produite. «Ils voulaient un gardien d'expérience pour aider l'équipe», mentionne-t-il.
Desrosiers espère avant tout revenir en pleine forme, mais sait qu'à son retour, il ne sera plus clairement le gardien numéro un. «Je vais faire mon possible pour disputer le plus de matchs. Le meilleur va jouer ce qui va être le mieux pour l'équipe. C'est à moi de travailler fort pour retrouver le poste que j'avais au début de l'année», confie Desrosiers qui croit également que d'avoir deux vétérans peut s'avérer utile dans la course aux séries et lors des éliminatoires, en cas de défaillance.
L'ancien adjoint de Christopher Gibson pendant trois saisons en est à ses derniers moments dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Heureux hasard, il a rejoint à Sherbrooke son frère Benoît qui a été promu premier adjoint à l'entraîneur-chef Judes Vallée après avoir occupé le poste de deuxième adjoint avec les Saguenéens. Francis Desrosiers a quant à lui été acquis du Drakkar de Baie-Comeau. Il apprécie la situation actuelle. «C'est intéressant d'avoir Ben avec moi encore pour finir mon stage junior. Je veux juste en profiter», raconte Francis Desrosiers qui porte le numéro 35 avec le Phoenix.
Dainsley@lequotidien.com