Grâce aux succès des Saguenéens de Chicoutimi lors des séries printanières, les gestionnaires Richard Létourneau, Jean-François Abraham, Gilles Couture et Marc Denis, ont pu remettre un bilan financier présentant un surplus de 40 000 $. À noter que le quatuor a renoncé à la rémunération dont il aurait pu se prévaloir, comme le stipule les termes de l’entente avec Ville de Saguenay.

Bilan financier positif pour les Sags

Les succès des Saguenéens de Chicoutimi durant les séries printanière ont permis à l’équipe actuelle de gestionnaires de conclure leur première année complète d’opération avec un léger surplus de 40 000 $. Ce surplus n’inclut pas le montant de 150 000 $ non récurrent que Ville de Saguenay avait versé à l’organisation pour la première année d’opération.

D’ailleurs, l’organisation remercie les 111 471 spectateurs et les nombreux partenaires financiers de l’équipe pour ce résultat. Sans cette implication, les résultats ne seraient pas concluants et l’apport de chacun est vraiment important, souligne-t-on dans un communiqué de presse émis vendredi.

Outre les sommes engrangées grâce aux succès de foule des séries, les gestionnaires de l’équipe tiennent à souligner l’apport des membres du conseil d’administration, Étienne Jacques, Yves Girard, Pierre Girard, Priscilla Nemey, Richard Gauthier, Rémi Roy et Jean-Pierre Senneville, qui ont grandement contribué à cette réussite en déployant beaucoup d’efforts pour permettre à des partenaires financiers de se joindre à l’équipe.

Le président des Saguenéens, Richard Létourneau, reconnaît le travail de chacun, tout en rappelant que l’équipe partait de loin. « En novembre 2015, quand nous avons pris la direction de l’équipe, nous avons pris le temps de nous donner un plan de travail et ce n’est pas terminé, souligne M. Létourneau. Nous avons encore beaucoup de boulot à faire et le support de la population et des gens d’affaires est vraiment important. Nous avons réussi à présenter des états positifs grâce aux séries, sans quoi, nous aurions eu un déficit. Malheureusement, c’est souvent la norme dans le hockey junior et c’est la raison pour laquelle nous devons continuer de travailler très fort et avoir le support des amateurs et des entreprises de la région pour que l’on puisse réussir. »

Renoncement

Rappelons que dans le protocole d’entente les liant avec Ville de Saguenay, les dirigeants des Saguenéens ont une obligation de performance. Ainsi, advenant qu’il y ait un déficit accumulé de plus de 150 000 $ après la troisième année et pour les années subséquentes, la ville pourrait, si elle n’est pas satisfaite du travail effectué, leur retirer le droit de gestion.

D’autre part, les quatre gestionnaires, Richard Létourneau, Marc Denis, Jean-François Abraham et Gilles Couture, ont renoncé à la rémunération à laquelle ils auraient pu avoir eu droit, tel que stipulé dans l’entente en cas de surplus.

Retombées importantes

En tenant compte des séries éliminatoires, le budget de l’équipe a oscillé autour de 3 millions $ le saison dernière. L’activité économique générée par les Sags est importante pour la communauté, souligne-t-on, en prenant à titre d’exemple la masse salariale qui atteint presque 700 000 $. D’autre part, grâce à la participation des Sags en demi-finale des séries printanières, les retombées économiques ont été de plus de 2,5 millions $.

Enfin, les gestionnaires rappellent enfin qu’en tant que propriétaire de l’équipe, la ville dispose d’une entente de confidentialité avec la LHJMQ concernant les états financiers de l’organisation. Mais par souci de transparence, les gestionnaires estiment qu’ils se devaient de divulguer quand même certaines informations.