Le directeur des opérations Serge Proulx, le vice-président aux opérations Jean Francois Abraham et Yanick Jean ont dressé le bilan de la 45e saison des Saguenéens, mardi avant-midi.

Bilan de saison des Saguenéens: des signes encourageants

En échangeant son capitaine Olivier Galipeau et le Russe German Rubtsov en première moitié de saison, Yanick Jean avait signifié son intention de voir les Saguenéens se battre au maximum de leurs capacités sur la glace, et ce, malgré des effectifs plus limités. À l’heure du bilan, le directeur général et entraîneur-chef est en droit de donner une bonne note à ses joueurs.

Les dirigeants de la formation chicoutimienne ont rencontré les médias, mardi avant-midi, pour dresser le bilan de cette 45e saison, qui a pris fin dimanche après une élimination en six matchs devant Galipeau, Rubtsov et le Titan d’Acadie-Bathurst.

« L’objectif était que les gens soient aussi fiers de leur équipe qu’ils l’étaient l’an dernier, après avoir fait un bout de chemin en séries, a affirmé Yanick Jean dès le début de son allocution. On avait une moins bonne équipe que la saison dernière, par contre, on voulait que les joueurs se surpassent et qu’ils laissent tout sur la glace. »

En cette saison de « transition », tel que mentionné par le patron hockey des Bleus, le début hâtif des vacances n’a surpris personne dans les circonstances. La façon de se comporter sur la glace était toutefois primordiale, aux yeux de Jean. « On a abordé les séries en ne voulant pas avoir de regrets, a-t-il souligné. On nous disait qu’on allait perdre en quatre matchs contre Bathurst, mais on ne s’est pas posé de questions et on a foncé tête première. Personne dans notre équipe n’a de regrets après cette série. »

Arrivé à la barre des Saguenéens en novembre 2014, Yanick Jean vient de terminer sa troisième saison complète à la barre de l’équipe. Il a félicité le personnel en place d’avoir réussi à installer une nouvelle culture au sein de l’organisation, où le sentiment d’appartenance et le surpassement prédominent. Le tout étant maintenant imprégné dans les valeurs de l’équipe, le dg n’entend pas pour autant se croiser les bras. 

« On n’a pas gagné la coupe et c’est vrai que ça fait longtemps que les Saguenéens ne l’ont pas gagnée, sauf que ça fait trois saisons complètes que je suis ici et notre but est de gagner la coupe, a assuré Yanick Jean, un membre de la dernière édition championne de la Coupe du Président des Saguenéens, en 1994. Ce n’est pas de dire qu’on est rendus et que le travail a été fait, a-t-il poursuivi. On n’a pas fini, on veut progresser, s’améliorer. La culture est enfin installée. Il y a une culture qui a changé dans les deux dernières saisons. Des pas de géants ont été faits. »

De la profondeur

Yanick Jean a également abordé la prochaine saison. En jetant un œil sur son alignement de la saison qui vient de se terminer, pas moins de 19 joueurs sont éligibles à effectuer un retour en 2018-2019.

« On va avoir quatre choix dans les 22 premiers au prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. On va également repêcher un joueur européen à la fin du mois de juin et on calcule qu’on a au minimum six joueurs midget AAA prêts à venir nous aider dès la prochaine saison », a mis en contexte Jean, ajoutant que cette situation va inévitablement faire des malheureux. Selon lui, une trentaine de joueurs de calibre junior majeur font partie de l’organisation chicoutimienne et devraient être présents au 46e camp d’entraînement, en août.

« On ne sera pas capable de garder tout le monde, a convenu Yanick Jean. Des joueurs qui étaient avec nous vont être retranchés au prochain camp d’entraînement. Je considère que lorsque tu es forcé de retrancher au camp d’entraînement des joueurs qui étaient présents la saison précédente, ça veut dire que ton organisation est de plus en plus forte et qu’elle progresse. La roue va être beaucoup plus facile à tourner en vue des prochaines années. »

EN RAFALE...

Deux priorités pour Jean

En éternelle recherche pour améliorer son club, Yanick Jean a deux objectifs bien précis en vue du début de la prochaine saison. Il va sélectionner un joueur européen au repêchage spécial de la Ligue canadienne de hockey, où il détient le 10e choix au total. Par la suite, il va se tourner vers l’ajout d’un patineur de 20 ans sur le marché des transactions. Ces deux ajouts sont intimement liés, a fait savoir Jean. « Si on met la main sur un attaquant européen, le joueur de 20 ans va sûrement être un défenseur. Et vice versa », a indiqué le dg, confirmant que Morgan Nauss et Zachary Lavigne partaient avec une longueur d’avance pour les deux autres casiers de joueurs de 20 ans. 

Prolongation de contrat pour Daniel Demers...

Daniel Demers peut dormir sur ses deux oreilles. Le recruteur-chef des Saguenéens est à l’emploi de l’équipe pour les trois prochaines saisons. Son contrat venait à échéance au terme de la présente campagne. Pour Yanick Jean, il était impensable de se présenter au repêchage avec un recruteur-chef qui n’a pas de nouveau contrat en poche. Pour ce qui est de l’adjoint au directeur général, Dany Corneau, il est toujours sous contrat.... 

...Et Yanick Jean n’est pas stressé

Yanick Jean va amorcer la dernière année de son contrat à la barre des Sags en 2018-2019. Un premier contact a déjà été entrepris avec les dirigeants de l’équipe, mais le principal intéressé ne s’en fait pas trop avec la situation. Invité à commenter le dossier, le vice-président aux opérations, Jean-François Abraham, a clairement fait savoir que les gestionnaires étaient satisfaits de la besogne accomplie par Jean et son groupe. « On est très fier de notre équipe et de l’équipe qui nous dirige », a-t-il réagi.

Des éloges pour les Klima

Joueurs de 20 ans avec Stephen Templeton, Kelly et Kevin Klima auront finalement offert de précieux services aux Saguenéens. Les jumeaux, acquis en décembre 2016 des Wildcats de Moncton, avaient connu de bons et de moins bons moments la saison dernière. Sauf que cette saison, Kevin s’est dressé parmi les meilleurs attaquants de la LHJMQ et Kelly a retrouvé un certain rythme en fin de saison et pendant la série face à Bathurst. « Ce sont deux joueurs extrêmement passionnés, a souligné Yanick Jean. Ils sont capables de se regarder dans le miroir. On n’était pas contents de la manière qu’ils jouaient à l’intérieur de notre système la saison dernière. C’est incroyable la progression cette année. Au lieu de mettre la faute sur les autres, ils ont été capables de dire qu’ils n’étaient pas à la hauteur. Ils ont cette capacité. Les deux Klima ont été des pièces importantes de notre casse-tête, au cours de la dernière année et demie. »

Mieux aux guichets

Cela peut sembler étonnant, mais les Saguenéens ont attiré plus de spectateurs cette saison que la saison dernière, du moins en saison régulière. En 2016-2017, 79 743 spectateurs s’étaient déplacés pour les 34 matchs locaux, ce qui représente une moyenne de 2345 spectateurs par rencontre. En 2017-2018, 80 483 personnes ont franchi les tourniquets. Une moyenne de 2367 spectateurs par partie. Cela représente 740 billets vendus de plus que la saison dernière. 

POINTES DE PLUME

• Le portrait du deuxième tour des séries éliminatoires est maintenant connu. L’Armada de Blainville-Boisbriand (1) a rendez-vous avec les Wildcats de Moncton (14), le Titan d’Acadie-Bathurst va se mesurer au Phoenix de Sherbrooke (10), les Mooseheads de Halifax (4) vont affronter les Islanders de Charlottetown (9) et les Voltigeurs de Drummondville (5) sont confrontés aux Tigres de Victoriaville (6). Mardi soir, trois rencontres ultimes étaient à l’horaire et à chaque occasion, l’équipe locale a subi l’élimination devant ses partisans. À Québec, les Remparts se sont écroulés en troisième période devant Charlottetown. Avec une égalité de 2-2 en début de troisième, les Insulaires ont marqué quatre buts en autant de minutes, en route vers un gain de 8-3. Pascal Acquin a marqué quatre buts ! À Rouyn-Noranda, le Phoenix de Sherbrooke a battu les Huskies 3-1. Finalement à Rimouski, l’Océanic, troisième au classement général, a été surpris par les Wildcats de Moncton, qui l’ont emporté 6-3. C’était la première fois depuis 2004 que trois septièmes matchs étaient joués dès le premier tour éliminatoire. Cette année-là, les Saguenéens de Richard Martel avaient notamment battu les Foreurs de Val-d’Or de Claude Bouchard au Centre Georges-Vézina...

• La Ligue de hockey junior majeur du Québec a renfloué ses coffres de quelques milliers de dollars, mardi. L’entraîneur de l’Océanic Serge Beausoleil a reçu une amende de 2500 $ pour « déclaration médiatique inappropriée » et le pilote des Huskies de Rouyn-Noranda Gilles Bouchard est moins riche de 1000 $ pour la même raison. Beausoleil a invectivé le gardien des Wildcats de Moncton vendredi dernier, affirmant entre autres que Mark Grametbauer n’avait pas une grande confiance et qu’il était l’une des raisons de la 14e place au classement général des Wildcats. Pour ce qui est de Gilles Bouchard, sa sortie a fait le tour de la planète LHJMQ. Au terme du sixième match face au Phœnix de Sherbrooke, remporté en prolongation par l’équipe de l’Estrie, Bouchard a fait une sortie en règle contre les arbitres. Victime d’un bâton élevée alors qu’il s’apprêtait à obtenir une excellente chance de marquer, l’Arvidien Rafael Harvey-Pinard accompagnait son entraîneur lors du point de presse. Gilles Bouchard se demandait notamment pourquoi les arbitres n’avaient pas décerné de pénalité sur la séquence. Il n’était pas passé par quatre chemins pour exprimer son mécontentement. Finalement, le Phoenix de Sherbrooke a écopé d’une amende de 1000 $ pour avoir affiché les entraîneurs Gilles Bouchard et Stéphane Julien à l’écran géant lors de la fameuse « kiss cam »...