Bientôt un 4 000 000e spectateur pour les Sags

Les Saguenéens accueilleront leur 4 000 000e spectateur en saison régulière en fin de semaine prochaine. Tout dépendant de l’affluence, le plateau sera atteint le samedi 17 novembre, lors de la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton, ou le lendemain, contre les Wildcats de Moncton.

À leur 46e saison, les Sags deviendront seulement la quatrième équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) à atteindre ce chiffre magique, et la deuxième des formations originales. Les Olympiques de Gatineau ont atteint ce cap la saison dernière. Les Remparts de Québec et les Mooseheads d’Halifax, qui évoluent dans des amphithéâtres de calibre professionnel, ont également franchi la barre des quatre millions de spectateurs.

Ce fameux 4 000 000e spectateur sera gâté par l’organisation chicoutimienne, qui a vu le jour en 1973. Il ou elle recevra notamment une réplique du troisième chandail gris autographié par tous les joueurs avec le numéro 4 et le nom MILLIONS inscrit dans le dos, un abonnement de saison pour l’an prochain, ainsi qu’une casquette et qu’une montre de marque Samuel Bouki aux couleurs de l’équipe. L’heureux partisan aura également la chance de procéder à la mise en jeu protocolaire avant la rencontre contre les Wildcats. «Ça va être spectaculaire», promet le directeur des opérations, Serge Proulx. Pour des raisons de logistique, pour les deux rencontres, les amateurs sont invités à faire leur arrivée au centre Georges-Vézina par l’entrée principale, là où tous les spectateurs qui franchiront les tourniquets seront comptabilisés.

Bilan du premier tiers

Après 11 matchs locaux, les Saguenéens montrent une hausse appréciable des assistances, malgré un horaire peu favorable. Un total de 27 495 personnes ont assisté aux rencontres de l’équipe, soit une augmentation de 12,23% ou de 272 spectateurs par partie. Après huit matchs, le rapport de la LHJMQ indiquait que les Sags affichaient la quatrième meilleure hausse et le cinquième taux d’occupation avec 69,93%. Sur les 11 matchs locaux, neuf ont été disputés lors de séquences de trois matchs en quatre jours, et ce, en cinq semaines. Une situation qui ne s’était pas produite l’an dernier.

«C’est quand même beaucoup. On sait comment ç’a un impact. Le calendrier n’était pas favorable à de grosses foules, et on a une moyenne de plus de 2500, fait valoir Serge Proulx. Le dollar loisir est très sollicité. Oui, le détenteur d’un abonnement peut venir aux trois matchs, mais la personne qui achète son billet à l’unité n’ira probablement pas aux trois rencontres. Elle va choisir une ou deux rencontres.»

Il rappelle qu’une panoplie de facteurs entrent en ligne de compte pour les assistances, dont, au premier chef, un produit de qualité sur la patinoire. «Le facteur sur la glace est réel. Oui, les Hendrix Lapierre, Théo Rochette et Artemi Knyazev ont un impact, mais c’est un ensemble de choses», note le directeur des opérations, estimant que l’organisation est en bonne santé, donnant en exemple la liste d’attente pour les loges, ce qui n’était pas le cas lorsqu’il est arrivé en poste en 2016.

Également, depuis deux ans, les Saguenéens multiplient les promotions, tournées de joueurs et événements.

«En même temps, on ne veut pas s’arrêter là. On veut continuer de développer et de le faire intelligemment, avec les gens. C’est important de faire en sorte que les gens aient de l’agrément aux matchs et que ça redevienne un réflexe de dire ‘‘On va aller aux Sags’’, qu’il y ait du monde et que ce soir le fun. Le monde attire le monde, insiste-t-il. L’enthousiasme est là pour que les gens reviennent, et notre responsabilité d’organisation est de faire en sorte de tout faire pour qu’ils reviennent.»