Hendrix Lapierre filait le parfait bonheur après avoir marqué le premier but des Saguenéens, jeudi soir. C’était avant qu’il se blesse à l’épaule.

Au tour de Lapierre de tomber au combat

Les craintes des partisans des Saguenéens de Chicoutimi se sont confirmées vendredi. Hendrix Lapierre devra se contenter d’un rôle de spectateur pour une période de quatre à six semaines en raison d’une blessure à l’épaule.

Des examens plus approfondis vont permettre de connaître le diagnostic final, mais une entorse est envisagée. Cette mauvaise nouvelle arrive à un mauvais moment pour le jeune homme. Non seulement il connaissait de bons moments à ses débuts dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), mais il venait tout juste d’être invité par Hockey Canada en vue du Défi mondial des moins de 17 ans, présenté du 3 au 10 novembre, au Nouveau-Brunswick.

À moins d’un miracle, Lapierre va rater ce rendez-vous international. En 11 matchs cette saison, il montre une fiche de 14 points, dont trois buts, bon pour le premier rang des pointeurs chez les patineurs recrues.

Cette nouvelle blessure à long terme s’ajoute à celles de Vincent Lapalme (épaule) et de Mathieu Desgagnés (côtes fracturées), absents deux mois. Pour pallier ces absences, Xavier Labrecque demeure avec l’équipe. Yanick Jean garde l’oeil ouvert sur l’ajout de joueurs via le marché des agents libres ou des transactions. Mikisiw Awashish a fait partie des options, mais le capitaine des Élites de Jonquière est lui aussi blessé.

Des absents à l’entraînement

En plus des trois absents mentionnés, d’autres joueurs manquaient à l’appel vendredi après-midi, lors de la séance d’entraînement. Les vétérans Zachary Lavigne, Samuel Houde, Félix-Antoine Marcotty et Morgan Nauss ont obtenu un congé. Les trois premiers ont subi des traitements et ils vont être à leur poste, samedi après-midi, lors de la visite des Tigres de Victoriaville, mais la situation est moins claire pour Nauss. Le défenseur de 20 ans est blessé au bas du corps. Sa situation est évaluée au jour le jour. Sa présence samedi est donc incertaine, tout comme celle de Gabriel Villeneuve, même s’il s’est entraîné vendredi. Il a raté le duel face aux Remparts, jeudi, en raison d’une blessure.

Christophe Farmer n’est pas à cent pour cent, mais il va être en mesure de jouer contre les Tigres. Alexis Shank obtiendra un deuxième départ consécutif, mais il est déjà établi que c’est Zachary Bouthillier qui va affronter les Huskies de Rouyn-Noranda, dimanche.

+

DES SAGS EN NETTE PROGRESSION

La saison des Saguenéens n’est vieille que de 11 matchs, mais l’échantillon est suffisant pour jouer au jeu des comparaisons avec les statistiques cumulées. Même si on peut faire dire pratiquement n’importe quoi aux chiffres, ils démontrent que les Chicoutimiens sont en avance sur l’an dernier.

Les mauvaises langues diront que ce n’était pas dur à battre. Et elles n’ont pas tort! Après 11 matchs en 2017-2018, les Sags avaient remporté seulement trois matchs, subi six défaites en temps réglementaire et deux autres en prolongation. Avec six points au classement, ils étaient loin du peloton de tête.

La situation est passablement différente cette saison. Avec une fiche de six victoires et seulement trois revers en temps régulier, Chicoutimi pointe au sixième rang du classement général. La parité est toutefois présente dans le circuit Courteau, puisque seulement cinq points séparent les positions 5 à 14.

«On a fait des choses différentes durant l’été et au camp d’entraînement, mais il reste que dans cette ligue-là, tu ne peux pas tricher, a évalué l’entraîneur-chef et directeur général, Yanick Jean. Souvent, les équipes qui partent en lion en trichant finissent par frapper un mur et descendent (au classement). C’est à nous de nous assurer qu’on ne passe pas à côté des points clés.»

Au chapitre des buts marqués, les Saguenéens sont également en progression comparativement à la saison dernière. Il y a un an, ils avaient inscrit 30 buts. Cette saison, ils en ont 39 au compteur, ce qui représente 1,22 but de plus par partie.

«Avant, on travaillait fort, mais on avait moins d’habiletés, a reconnu Yanick Jean. Il s’agit de travailler aussi fort en ayant plus d’habiletés offensives. Il faut que ces deux éléments aillent ensemble.» 

Pour les buts contre, les chiffres sont sensiblement les mêmes. Les Saguenéens avaient alloué 32 buts l’an passé après les 11 premiers matchs, comparativement à 30 cette saison. À noter que deux des trois victoires la saison dernière avaient été acquises par jeu blanc. 

Yanick Jean a également ciblé la profondeur comme source de succès depuis le début de la campagne. Cette profondeur sera testée lors des prochaines semaines avec tous ces blessés. «On voulait placer nos jeunes dans des situations clés, et le résultat est positif», a fait valoir Jean, conscient que les joueurs dotés d’un talent naturel peuvent parfois être moins tournés vers l’effort ultime sur la glace, autant à l’entraînement qu’en situation de match.

+

POINTES DE PLUME 

• La séance d’entraînement de vendredi a duré une trentaine de minutes. « C’était surtout pour se délier les jambes. On veut faire attention, avec tous nos joueurs blessés », a indiqué Yanick Jean...

• L’adjoint Claude Bouchard a pris plusieurs minutes pour faire quelques mises au point avec les joueurs utilisés lors des infériorités numériques. Il a fait remarquer que lors des quatre derniers matchs, les Saguenéens ont donné sept buts à court d’un homme. « On ne panique pas, mais on s’ajuste », a exprimé Claude Bouchard...

• Le match a aussi été coûteux pour les Remparts. L’attaquant Louis-Filip Côté ratera de quatre à six semaines en raison d’une entorse à une cheville. Jeudi soir, sa jambe est restée coincée lors d’une chute. La reprise vidéo laissait craindre le pire, mais aucune fracture n’a été décelée...