Deux des cinq victoires d'Alexis Shank depuis le début de la saison ont été signés par jeu blanc.

Alexis Shank blanchit les Tigres

Les Saguenéens ont ajouté une septième victoire en 12 matchs, devant 2217 spectateurs au Centre Georges-Vézina, samedi après-mid,i en blanchissant les Tigres de Victoriavile par la marque de 3-0. Alexis Shank a amélioré des statistiques déjà impressionnantes avec son deuxième jeu blanc de la saison, en bloquant les 26 tirs dirigés vers lui.

Le gardien de but de 18 ans montre maintenant une fiche de cinq victoires, une défaite en temps régulier et une autre en tirs de barrage, en plus d’afficher une moyenne de buts alloués de 1,22. Son taux d’efficacité d’arrêt de ,954 frôle la perfection.

«Avec la qualité des lancers que mon équipe m’a laissée, ce fut quand même assez facile, a réagi bien humblement le cerbère. Les joueurs jouent tellement bien devant moi. Je fais le premier arrêt et le retour est récupéré par les défenseurs.»

L’expérience acquise la saison dernière, à son année recrue, explique les succès d’Alexis Shank, selon le principal intéressé.

«Je sais plus à quoi m’attendre et je suis plus confiant devant le filet», a-t-il fait remarquer.

Yanick Jean a convenu que le travail de Shank semblait par moments un jeu d’enfant. Rares ont été les occasions où le numéro 31 a paru en difficulté.

«Il a eu la capacité de faire paraître le match assez facile pour lui, en ne donnant pas beaucoup de retours et en restant en contrôle, a observé l’entraîneur en chef des Saguenéens. Il donne confiance à tout le monde devant lui et c’est ce dont on a besoin, avec une jeune formation. C’est une question de maturité.»

Après une première période sans but, Samuel Houde a ouvert la marque après avoir servi une tasse de café à un joueur des Tigres. Sur la séquence, le joueur affilié Xavier Labrecque a récolté un premier point dans la LHJMQ.

Jérémy Diotte a doublé l’avance des siens en récupérant le retour de lancer de Christophe Farmer à mi-chemin en troisième pendant un avantage numérique, puis pour un deuxième match de suite, Jérémy Groleau a fermé les livres dans un filet désert à l’aide d’un long dégagement.

«C’est une victoire d’équipe, mais c’est surtout une victoire de leadership, a souligné Yanick Jean. Plusieurs joueurs ont des bobos et si on n’avait pas autant de blessés, certains ne seraient pas dans l’alignement. Ils veulent contribuer et je salue le courage de ces gars-là. Quelques-uns jouent blessé et ils veulent. Ça déteint sur tout le monde et ça fait des petits. Quand tu regardes le gars à côté de toi qui se sacrifie pour l’équipe, tu veux en faire autant.»

Les Chicoutimiens disputent un deuxième match en moins de 24 heures devant leurs partisans, dimanche après-midi, en recevant la visite des Huskies de Roun-Noranda. Ces derniers joueront un troisième match en autant de jours, après avoir divisé un programme double à Baie-Comeau, contre le Drakkar.

«C’est un autre gros test et ça va nous permettre de voir où on en est rendu», a estimé Yanick Jean.

Les Saguenéens ont déjoué Tristan Côté-Cazenave à deux reprises, avant de réussir leur troisième but dans un filet désert.