Yanick Jean a enguirlandé les officiels après un but refusé aux Sags en troisième période. Il a écopé d'une pénalité d'inconduite.

5e défaite des Sags: un séjour raté à domicile

Le séjour de cinq matchs des Saguenéens au centre Georges-Vézina s'est conclu comme il avait débuté, avec une défaite. Les Voltigeurs de Drummondville ont balayé la série de deux matchs en moins de 24 heures, l'emportant par la marque de 4-0.
Quand le mois de décembre s'est pointé, tout allait comme sur des roulettes pour les Sags qui venaient de remporter neuf de leurs 11 rencontres en novembre et avaient signé six victoires de suite à domicile. Après cinq défaites en huit jours devant leurs partisans, les interrogations sont nombreuses à l'approche de la période des transactions.
Le duo de vétérans Joey Ratelle et Alex Barré-Boulet en a fait voir de toutes les couleurs à la défensive chicoutimienne. Ratelle a ouvert la marque en première période, en désavantage numérique, quand il a dégainé après avoir reçu la passe de son coéquipier. À son tour en début de deuxième, Barré-Boulet a envoyé la rondelle derrière la ligne rouge, profitant de la mollesse des locaux qui ont été incapables de dégager le devant du filet. Les Sags étaient encore ébranlés quand 27 secondes plus tard, Charley Graaskamp a mis fin à la soirée de travail de Julio Billia, faisant dévier la passe de Ratelle. Le gardien de 20 ans des Sags a cédé trois fois sur neuf tirs, mais l'entraîneur-chef Yanick Jean ne lui a pas lancé la pierre après la rencontre. Il a expliqué qu'il l'avait changé pour essayer de fouetter les troupes.
But refusé
En troisième, Antoine Marcoux a finalement réussi à déjouer Anthony Dumont-Bouchard, mais l'un des officiels a jugé qu'il avait fait de l'obstruction sur le gardien. Après diffusion de la reprise sur l'écran géant, Yanick Jean a laissé sortir sa frustration pendant de longues secondes, étant semoncé par une pénalité d'inconduite. Il en a remis une couche dans son point de presse, non sans avoir revu les séquences en question. «Je ne sais pas d'en haut, ça disait quoi. Regardez le deuxième but de Drummondville et l'obstruction sur Julio Billia et le but qu'ils nous ont refusé. Je ne sais pas. Peut-être qu'ils nous en veulent ou que notre foule est intimidante pour les arbitres», a-t-il exprimé, précisant qu'il ne pouvait pas demander reprise sur ce genre de séquences.
«Ce sont peut-être les deux matchs en deux soirs, la fatigue. Ce sera un travail de longue haleine pour les superviseurs de revoir les séquences avec les arbitres concernés, a-t-il lancé dès le début de son intervention sur un ton calme.
«Je ne comprends pas qu'il ne donne pas le but et que l'autre dise à nos joueurs qu'il ne comprend pas pourquoi il l'a refusé, qu'il était bon. À quelque part, je ne veux pas excuser nos joueurs, mais ça devient difficile. Ce n'est pas quelque chose que j'accepte, mais je ne suis pas capable d'en vouloir à Frédéric Allard», de mentionner le pilote des Bleus. Le défenseur a été envoyé aux douches après une pénalité de mauvaise conduite après avoir eu une discussion animée avec les officiels.
«On va se calmer et on va poser des questions aux personnes concernées, d'assurer Yanick Jean, estimant que le but aurait pu changer le cours des choses.
«Pour moi, ce n'était pas fini, je ne sais pas si pour lui, le match était terminé, mais pas pour moi. Notre équipe ne lâche pas. J'ai vu encore une équipe qui n'abandonnait pas en troisième malgré les difficultés», a-t-il raconté.
«Je n'ai pas vu de baisse. Je ne pense pas que c'était une performance à l'image des quatre autres. L'avantage numérique, c'est sûr que ç'a été un peu plus difficile sans Nicolas Roy. On n'avait pas pratiqué sans lui. Ça fait une énorme différence. On a eu six minutes en partant et ce sont eux qui se sont retrouvés en avance 1-0. Au-delà de ne pas marquer de but, on ne s'est pas donné de momentum. Pour moi, ça été un point tournant», de trancher le pilote des Bleus qui espère que ses troupiers rechargeront les batteries d'ici le prochain entraînement mardi en prévision de l'affrontement face au Drakkar le lendemain, à Baie-Comeau.
Pas question de manquer ce match!
Sylvain Rodrigue s'est libéré afin de pouvoir assister aux deux matchs des Voltigeurs au centre Georges-Vézina. Son fils, Olivier Rodrigue, a remporté sa première victoire à son premier match dans son patelin vendredi
Malgré son horaire très chargé, Sylvain Rodrigue ne voulait absolument pas manquer le premier match de son fils Olivier au centre Georges-Vézina.
Sylvain Rodrigue avait bien entouré la fin de semaine sur son calendrier. Entraîneur des gardiens dans l'organisation des Oilers d'Edmonton, le paternel s'était organisé pour être libre pendant la fin de semaine au cours de laquelle les Voltigeurs affrontaient deux fois les Saguenéens dans sa ville de résidence. Arrivé jeudi, il quittera très tôt lundi matin. «J'ai quand même eu la chance de le voir depuis le début de la saison. C'est plus facile de me rendre dans le coin de Montréal. Je l'ai déjà fait deux fois», d'annoncer Sylvain Rodrigue qui n'avait pas mis les pieds au centre Georges-Vézina depuis deux ans. Sa conjointe, Catherine Fortin, se déplace régulièrement pour assister aux matchs des Voltigeurs. La rencontre de vendredi a également rappelé de bons souvenirs à Sylvain Rodrigue. Lors de la saison 1990-91 qui s'est terminée par la première conquête de la Coupe du Président, il formait le duo de gardiens des Sags avec Félix Potvin. Pratiquement 25 ans plus tard, les deux fils, Olivier Rodrigue et Xavier Potvin s'affrontaient vendredi soir.
«Quand on est arrivés, c'était spécial, a-t-il laissé tomber entre la deuxième et la troisième période. J'ai joué ici trois ans et après ma carrière pro, on est venus s'installer ici. J'ai également été entraîneur des gardiens des Sags pendant cinq ou six ans.»
Match extérieur
Sylvain Rodrigue disputera un match extérieur avec des anciens des Kings et des Oilers, le 6 janvier, dans le cadre d'une classique à Bakersfield, en Californie. Le lendemain, les Condors de la Ligue américaine affronteront le club-école des Kings de Los Angeles, le Reign d'Ontario, dans un stade de football d'un peu plus de 19 000 sièges. Lors du match des anciens, Rodrigue a été recruté dans l'équipe du légendaire Wayne Gretzky qui fera face à celle de Luc Robitaille. «Je n'ai jamais remis les jambières depuis le senior», lance en riant Sylvain Rodrigue qui a mis fin à sa carrière en 2004. Il se dit toutefois très heureux de ne pas devoir faire face aux tirs de la merveille.
Premier but pour Sedlak
Lukas Sedlak a marqué vendredi son premier but en carrière dans la Ligue nationale.
Lukas Sedlak a marqué vendredi son premier but en carrière dans la Ligue nationale, dans une victoire des Blue Jackets 4-1 sur les Red Wings, à Detroit.
Après avoir remporté la mise en jeu, bien posté dans l'enclave, l'ancien des Sags a habilement récupéré un retour de lancer pour envoyer la rondelle derrière le gardien Jimmy Howard avec un tir du revers. Sedlak a maintenant fait sa niche avec les Blue Jackets cette saison, ayant participé à 23 des 25 rencontres de l'équipe. Il a également récolté six passes.
Pointes de plume
• L'ancien choix de première ronde des Sags, Jérémy Bouchard, a disputé huit rencontres avec les Voltigeurs cette saison. Il n'a toujours pas obtenu son premier point et n'a pas fait le voyage à Chicoutimi et Baie-Comeau. Bouchard avait été échangé aux Voltigeurs avec un choix de 6e ronde à l'été 2015 en retour du défenseur Julien Carignan et un choix de 2e ronde...
• Tout comme Nicolas Roy, l'entraîneur-chef des Voltigeurs, Dominique Ducharme, qui occupe la même fonction avec Équipe Canada junior, était absent pour la rencontre d'hier. Il avait également raté le match de vendredi. Il était remplacé par son adjoint Steve Hartley, le fils de Bob Hartley...
• Initialement, le match de vendredi devait être disputé à la mi-novembre, mais a été déplacé en raison d'une compétition nationale de patinage de vitesse courte piste. «Ce n'était pas l'idéal. Dans les circonstances, les gens concernés ont essayé de faire de leur mieux. Il falait la jouer. C'est juste plate qu'on n'ait pas pu la jouer où elle était placée. Ce n'est pas mieux pour eux. Ils ont dû faire un voyage aller-retour à Baie-Comeau en novembre», de souligner l'entraîneur Yanick Jean.
«On aurait dû le jouer reposés en novembre. Ça compressé encore plus notre horaire et on n'a pas eu le temps de retomber sur nos pieds», a-t-il exposé...
• Pendant l'absence de Nicolas Roy, Yanick Jean espère que Dmitry Zhukenov sera en mesure de faire sa place comme premier centre de l'équipe. L'attaquant russe était sur la patinoire pour les trois buts des Voltigeurs samedi. «Tout ce que Nicolas Roy fait pour une équipe de hockey, tu ne peux pas demander à un seul joueur de le faire. Il faut que tout le monde en donne plus, Zhuky aussi», de formuler l'entraîneur-chef...
• Un autre membre de l'organisation des Voltigeurs effectue un retour dans sa région natale en fin de semaine. L'analyste des matchs de l'équipe à la radio, André Ouellet, est originaire de Saint-Félicien. Il en est à sa quatrième saison avec les Voltigeurs en plus de développer quelques projets personnels, comme un site dédié aux espoirs de la Ligue nationale de hockey, aoprospects.com...