Sports

Sags: Brants fébrile

Le nouveau défenseur letton des Saguenéens, Harijs Brants, est débarqué avec une bonne humeur contagieuse. Le joueur de 17 ans a même déjà patiné à quelques reprises et est fébrile de débuter ce nouveau chapitre de sa carrière.

« C’était une surprise pour moi d’être sélectionné par les Saguenéens. Je ne savais pas qu’ils étaient intéressés. C’est un gros changement pour moi cette année. Ce sera ma deuxième année dans les rangs juniors. C’est un gros défi », de laisser savoir Harijs Brants, disant avoir connu sa meilleure saison en carrière l’an dernier à Riga dans le circuit junior russe MHL, amassant 13 points en 49 matchs. Il a également représenté son pays lors du Championnat mondial junior de division 2.

Sports

Loris Rafanomezantsoa et Thomas Ferland: deux défenseurs affamés

Le premier est le choix le plus élevé au camp des recrues des Saguenéens et le second a passé la première moitié de saison l’an dernier à Chicoutimi, mais n’a été utilisé que très rarement. Toutefois, les défenseurs Loris Rafanomezantsoa et Thomas Ferland cherchent tous les deux à s’établir dans le junior majeur.

Choix de deuxième ronde en 2018, 21e au total, Loris Rafanomezantsoa avait laissé une bonne impression, l’an dernier, après avoir passé la saison précédente majoritairement dans le midget espoir. De l’avis même du jeune homme qui possède quatre nationalités, la dernière saison n’a cependant pas été à la hauteur des attentes d’un point de vue individuel, malgré une récolte de 16 points en 41 rencontres et un différentiel de +15.

Sports

Camp des Sags: un vétéran parmi les recrues [+GALERIE PHOTOS DES ENTRAÎNEMEMENTS]

À 18 ans et à son troisième camp d’entraînement, l’attaquant Mikisiw Awashish peut certainement être considéré comme un vétéran parmi les recrues, cette semaine, avec les Saguenéens de Chicoutimi.

« Il y a moins de nervosité de la nouveauté parce que je sais à quoi m’attendre. C’est quand même un camp junior et je dois faire mes preuves, peu importe que ça fasse un an ou trois ans. C’est toujours à recommencer chaque année. Si je suis avantagé, c’est que je sais ce qui m’attend », a partagé l’attaquant originaire de Mashteuiatsh, mercredi après-midi, lors de l’accueil des 40 joueurs à l’aréna de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Sports

Saguenéens: peu de postes disponibles, mais...

Les postes disponibles seront rares au camp d’entraînement des Saguenéens qui débute mercredi à l’aréna de l’UQAC, mais ils existent quand même. Un total de 41 recrues tenteront de brouiller les cartes, mais ont bien peu de temps devant eux.

« Je le vois que oui, on a moins de places que les autres années. Par contre, je vois une opportunité pour les joueurs qui arrivent d’une bonne équipe. Ça, c’est extrêmement motivant », évalue l’entraîneur-chef Yanick Jean.

Sports

Lapierre sonne encore la charge pour le Canada à la coupe Hlinka-Gretzky

Hendrix Lapierre a encore eu son mot à dire dans une victoire facile du Canada 8-0 sur la Suisse au tournoi de la coupe Hlinka-Gretzky, à Breclav en République tchèque. L’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi a marqué deux buts et ajouté une passe.

En deux matchs, le Canada a marqué 14 buts et n’en a toujours pas permis. Les champions en titre ont ainsi remporté une 12e victoire consécutive à cette compétition estivale regroupant la plupart des meilleurs joueurs de moins de 18 ans au monde. Mardi, Lapierre, qui s’attire les éloges de toutes parts depuis le début du camp la semaine dernière, a inscrit le troisième but des siens en avantage numérique. L’attaquant gatinois a coupé dans le centre de la patinoire avant de prendre un tir parfait à la droite du gardien Noah Patenaude. Comme Théo Rochette, Patenaude détient la double nationalité canado-suisse et s’alignera avec les Sea Dogs de Saint-Jean la saison prochaine. Il a été bombardé de 48 tirs face au Canada. En deuxième période, Lapierre s’est fait complice du but de Cole Perfetti avec qui il a développé une belle chimie lors des derniers jours. Perfetti a terminé la rencontre avec deux buts et autant de passes. L’attaquant ontarien s’est à son tour fait complice sur un but de Lapierre en troisième période, le septième de la formation canadienne. Le numéro 92 des Sags a également servi une passe magistrale à Seth Jarvis qui a été frustré par Patenaude. En deux rencontres, Perfetti a jusqu’ici amassé six points tandis que Lapierre suit avec cinq points, dont deux buts. Dyland Garand était devant le filet et a fait seulement huit arrêts pour le blanchissage. L'autre représentant des Sags, Théo Rochette, a encore une fois eu un rôle plus effacé que son coéquipier. Il a de nouveau été blanchi de la feuille de pointage, obtenant tout de même une bonne chance de marquer en début de deuxième période. 

Le Canada disputera le troisième et dernier match de la ronde préliminaire mercredi face à la République tchèque. 

Hockey

Hlinka-Gretzky: Hendrix Lapierre impressionne avec deux passes

Hendrix Lapierre a continué d’impressionner lundi avec la formation canadienne des moins de 18 ans lors du début du tournoi de la coupe Hlinka-Gretzky. L’attaquant des Saguenéens a obtenu deux passes dans une victoire facile du Canada 6-0 sur la Finlande, à Breclav, en République tchèque.

Sur les deux séquences, Cole Perfetti, un espoir de premier plan en vue du prochain repêchage, a complété. En première période, Perfetti a ouvert le pointage lors d’un avantage numérique dès la deuxième minute. Puis, en début de troisième période, Lapierre s’est amené sur l’aile droite sur une descente à deux contre un avant de remettre à Perfetti du revers, pour le dernier but du Canada.

Seth Jarvis, natif de Winnipeg, a également touché la cible à deux occasions dans cette victoire canadienne d’entrée de jeu. L’autre attaquant des Sags qui participe au tournoi, Théo Rochette, a été peu utilisé, étant blanchi de la feuille de pointage. Le gardien Tristan Lennox, qui évolue avec le Spirit de Saginaw dans la Ligue de l’Ontario, n’a eu qu’à repousser 17 tirs pour enregistrer le jeu blanc. Son vis-à-vis Joel Blomqvist a cédé six fois sur 34 lancers. Will Cuylle et Ridly Greig ont également marqué pour le Canada qui a du même coup porté à dix sa série de victoires consécutives au tournoi.

Le Canada sera de retour en action dès mardi face à la Suisse à compter de 9h30, heure de l’est. La rencontre sera télédiffusée sur les ondes du Réseau des sports. Le match aura certainement une signification particulière pour Théo Rochette qui avait évolué pour le petit pays européen lors du tournoi de l’an dernier, lui qui possède la double nationalité canado-suisse.

Saguenéens

Plandowski expédié à Charlottetown

Prise des Saguenéens au 18e rang au total au dernier repêchage, Oscar Plandowski n’enfilera pas le chandail de la formation chicoutimienne. Le retour est toutefois très intéressant pour le défenseur de 16 ans, qui a été expédié aux Islanders de Charlottetown en retour de choix de première ronde en 2020 et de deuxième ronde en 2022.

En prime, les Sags recevront un choix compensatoire entre la 2e et la 3e ronde au prochain repêchage, étant donné que Plandowski leur a tourné le dos, en vertu des règles mises en place depuis quelques années dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

sports

Saguenéens: le récalcitrant Plandowski envoyé à Charlottetown

Prise des Saguenéens au 18e rang au total au dernier repêchage, Oscar Plandowski n’enfilera pas le chandail de la formation chicoutimienne. Le retour est toutefois très intéressant pour le défenseur de 16 ans qui a été expédié aux Islanders de Charlottetown en retour de choix de première ronde en 2020 et de 2e ronde en 2022.

En prime, les Sags recevront un choix compensatoire entre la 2e et la 3e ronde étant donné que Plandowski leur a tourné le dos, en vertu des règles mises en place depuis quelques années dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Au repêchage, les dirigeants des Sags étaient au courant que les chances étaient minces de parvenir à attirer le natif d’Halifax qui avait déjà à ce moment une entente pour poursuivre sa carrière aux États-Unis à l’Université Quinnipac. Le clan Plandowski avait fourni une liste de trois équipes où il se rapporterait s’il était transigé, soit les Wilcats de Moncton, les Mooseheads d’Halifax et les Islanders où il a finalement abouti. 

«Dans notre évaluation, on ramasse un choix de première ronde et deux de deuxième tour, ce qui fait en sorte qu’on a maintenant trois choix de première et autant de deuxième ronde au prochain repêchage pour faire des emplettes pour améliorer notre équipe», de souligner le directeur général des Sags Yanick Jean après la confirmation de la transaction à l’ouverture de la période des échanges jeudi matin.  

Saguenéens

Du nouveau au sein du personnel d’entraîneurs des Saguenéens

L’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, a complété au cours des derniers jours son équipe d’entraîneurs. Il a encore une fois pigé dans la région avec l’arrivée de Marc-André Gagnon derrière le banc tandis qu’il ajoute un entraîneur des habiletés avec Xavier Boucher.

En poste depuis 2017, le Jonquiérois Claude Bouchard poursuit son association avec la formation chicoutimienne, tout comme l’entraîneur des gardiens Alex Carrier. Le nouveau venu, Marc-André Gagnon, prend la place laissée vacante par le départ de Sébastien Dion, qui fait en quelque sorte le chemin inverse pour se retrouver à la barre des Espoirs bantam AAA. Originaire d’Hébertville-Station, Gagnon est associé aux Espoirs depuis sept ans, ayant touché à tous les calibres. Il a passé les deux dernières saisons dans le midget espoir, dont la dernière comme entraîneur-chef.

Saguenéens

Le coup de circuit de Yanick Jean

ANALYSE / Les Saguenéens ont parlé seulement trois fois lors des 113 premiers choix du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec qui se déroulait samedi au Centre Vidéotron, ce qui n’a pas empêché Yanick Jean et son équipe de miser gros avec leurs deux premières prises.

Ils ont opté non pas une, mais deux fois sur des défenseurs au style similaire et qui ont fait part de leurs intentions de prendre la voie des collèges américains avec le Néo-Écossais Oscar Plandowski et le Trifluvien Jacob Guévin. En prime, les dirigeants de l’équipe ont récupéré leur choix de première ronde en 2020 en transigeant avec le Titan d’Acadie-Bathurst, ce qui les faisait passer du 19e au 29e échelon en deuxième ronde où ils ont choisi Guévin.

LIRE AUSSI | Tout sur les Assises des Sags

Saguenéens

Tout sur les Assises des Sags

PLUSIEURS LOCAUX CHEZ LES SAGS

Les Sags ont peut-être repêché seulement une seule fois entre la troisième et la septième ronde, mais par la suite, ils ont profité de leurs nombreuses sélections pour faire le plein de joueurs locaux. Sur les 13 nouveaux espoirs de l’équipe, six sont originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont deux qui ont des liens directs avec des membres de l’organisation. En effet, en 12e ronde, Yanick Jean s’est permis de sélectionner son fils Mareck, un gardien du midget Espoir. À la ronde précédente, Félix Abraham, des Élites midget AAA, qui est le fils de Jean-François Abraham, un des gestionnaires de l’équipe, est devenu la propriété des Sags.

« Quand tu as des parents qui sont dans le hockey, c’est beaucoup de sacrifices aussi pour les jeunes. Toutes ces années, ils viennent à l’aréna et voient ça. C’est un peu la moindre des choses avec tous les sacrifices qu’ils doivent faire, a fait valoir Yanick Jean. Je suis content que Mareck fasse partie de l’organisation. Dans mon livre à moi, ça fait longtemps qu’il en fait partie. C’était juste de le rendre officiel», a-t-il validé.

En huitième ronde, l’attaquant midget espoir Fabrice Fortin a parti le bal des joueurs régionaux chez les Sags, suivi de Mathieu Lavoie des Élites de Jonquière à la ronde suivante. Son coéquipier Jérémy Pelchat a quant à lui été sélectionné en 13e ronde. Un défenseur des Espoirs, Mathis Roy, a complété le portrait en 14e et dernière ronde. « On a pris aucun joueur qui a une garantie de jouer junior un jour. Sauf qu’au pourcentage qu’on a pris, s’il y a des gars de la région qui ont une chance de jouer un jour, les chances sont vont être bonnes que ce soit chez nous », d’évaluer Yanick Jean.

LIRE AUSSI | Analyse de Dave Ainsley: Le coup de circuit de Yanick Jean

Sports

Rodrigue à Moncton, Blackburn avec les Foreurs

En l’espace de quelques minutes samedi après-midi, deux gardiens originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont vu leur destin se préciser. La transaction faisant passer le Chicoutimien Olivier Rodrigue des Voltigeurs aux Wildcats de Moncton a d’abord été confirmée, suivie quelques minutes plus tard de la sélection de William Blackburn par les Foreurs de Val-d’Or en troisième ronde.

Pour ce qui est de Rodrigue, l’échange avait été ébruité la veille, mais les détails ont été connus en deuxième ronde lors du repêchage. En retour des services du vétéran gardien et espoir des Oilers d’Edmonton, les Voltigeurs ont obtenu le choix #28 ainsi qu’un choix de première ronde en 2020 et un autre de 2e tour en 2021. 

Pour sa part, William Blackburn a été la prise des Foreurs de Val-d’Or en troisième ronde, 42e au total. Comme plusieurs, le natif d’Hébertville et gardien des Élites de Jonquière n’était pas sur place parce qu’il participe en fin de semaine à un camp de développement de Hockey Canada à Calgary. Il a été le troisième gardien sélectionné et le premier du midget AAA. 

Jacob Goobie, des Macs d’Halifax, a été le premier cerbère réclamé, par les Islanders de Charlottetown au 31e échelon. 

Historique

Ce n’est pas la première fois que les Foreurs pigent dans la région entre les deux poteaux. En 2012, la formation de Val-d’Or avait jeté son dévolu sur Keven Bouchard qui a finalement disputé deux saisons en Abitibi. Dans une cuvée qui n’est pas reconnue comme celle des gardiens, le directeur général des Foreurs Pascal Daoust et son équipe de recruteurs avaient Blackburn dans leur mire depuis un bon moment. «Si on explore la tradition chez nous, on aime ça avoir des gardiens dominants, les meilleurs à leur position. On a eu une belle histoire récemment, notamment avec Étienne Montpetit. Encore une fois cette année, on voulait avoir le meilleur disponible », a fait valoir Pascal Daoust. 

« Il y aura toujours de beaux potentiels, mais il a été identifié par plus que notre organisation pour jouer des rôles importants, dont lors des Jeux du Canada. C’est une expérience qui a beaucoup de valeur. Présentement, il est dans une belle fenêtre. Ça va être de le garder dans cette fenêtre et le polir », a-t-il poursuivi. En effet, en février, William Blackburn a été l’un des artisans de la conquête de la médaille d’or du Québec lors du tournoi des Jeux du Canada qui regroupait les meilleurs joueurs de moins de 16 ans. 

Premier joueur de position du Saguenay-Lac-Saint-Jean à être réclamé, Charles-Émile Duciaume a dû patienter un peu plus longtemps que prévu avant de se retrouver avec le Drakkar de Baie-Comeau en sixième ronde. Le défenseur originaire de Mashteuiatsh n’en faisait toutefois pas de cas. « Je n’avais aucun problème à ce que ce soit plus long. Je veux seulement arriver au camp et avoir une chance de me tailler un poste », a-t-il confié, très fier de suivre les traces d’autres joueurs de son coin de pays, Francis Verreault, Louis-Philippe Simard et Mikisiw Awashish. 

Saguenéens

Les Sags tentent le coup de circuit au repêchage de la LHJMQ

Comme il l’avait laissé entendre plus tôt cette semaine, le directeur général des Saguenéens, Yanick Jean, a opté pour un récalcitrant avec le dernier choix de la première ronde du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, le 18e au total, samedi au Centre Vidéotron. Le défenseur de la Nouvelle-Écosse Oscar Plandowski était toutefois présent pour enfiler le chandail de la formation chicoutimienne et n’a pas du tout fermé la porte à poursuivre sa carrière avec les Sags.

«Je suis engagé avec l’Université Quinnipac présentement, mais je regarde sérieusement l’option de la LHJMQ », a laissé tomber le défenseur droitier reconnu pour sa mobilité et son sens du jeu.

«J’en fais une fierté. Ma mère est entraîneure de power skating. Je travaille fort sur cet aspect pendant l’été», a expliqué le défenseur qui a récolté 53 points en 48 rencontres avec le Select Hockey Academy l’an dernier. 

«Je veux seulement garder mes options ouvertes. J’ai des décisions à prendre cet été, mais ce sont de belles options », a indiqué Oscar Plandowski qui a annoncé son intention de se présenter au camp d’entraînement en août. Pour le moment, il a une entente pour évoluer l’an prochain avec Brooks en Alberta dans le junior A.

«L’école est très importante pour moi. Je veux simplement une organisation qui va me laisser utiliser mes forces », a-t-il mentionné, assurant ne pas avoir de problème avec la communauté francophone, même s’il sait peu de choses sur le Saguenay et les Sags. «Je suis excité d’apprendre », d’avancer l’arrière qui est une connaissance de l’ancien défenseur des Sags Morgan Nauss.

Incertitude

Après la première ronde, Yanick Jean se félicitait de sa nouvelle acquisition malgré l’incertitude. « Il n’était pas ouvert à aller jouer dans beaucoup d’équipes. Par contre, ils sont ici et se sont présentés contrairement à d’autres qui auraient dû faire la même chose. C’est bon pour lui et pour la ligue. Maintenant, on l’avait dans les cinq premiers sur notre liste. On ne pouvait pas laisser passer un joueur de cette qualité à ce rang. On va tout faire pour le convaincre. Sinon, il y a des règles en place qui nous protègent », de rappeler le DG des Bleus. Si Plandowski décide de prendre le chemin des États-Unis, il récupèrera le même choix au prochain repêchage. 

Avant de lui serrer la main sur l’estrade, Yanick Jean n’avait pas parlé à sa nouvelle acquisition. « Je ne voulais pas que personne pense qu’on avait de l’intérêt pour lui. C’est le joueur qu’on espérait selon la première ronde allait se dérouler. Ça fait quelques mois qu’on fait des plans ce qui a fait en sorte qu’on avait une chance de l’avoir », de résumer Yanick Jean qui espérait frapper un coup de circuit avec son 18e choix, ce qu’il croit fermement avoir accompli. 

«Le futur va nous le dire, mais oui. Pour moi, c’est le genre de coup que je voulais faire, a-t-il exprimé.  On a passé proche de le bouger souvent pour faire l’acquisition d’un bon joueur pour améliorer notre équipe. Il y a des transactions qui ont marché, d’autres qui ont moins marché et ont avorté à la fin, mais on se sent très bien dans la situation présente et d’avoir ajouté un talent de cette trempe dans notre formation. 

Famille de hockey

Oscar Plandowski provient d’une famille de hockey. Son père, Darryl, un ancien attaquant, est en charge du recrutement amateur depuis une dizaine d’années du Lightning de Tampa Bay. «Il est recruteur depuis une vingtaine d’années. Il a joué dans la NCAA et a même gagné le championnat national avec l’Université Northern Michigan », signale le fiston. 

Rencontré alors que le repêchage tirait à sa fin, le paternel a grosso modo tenu des propos similaires. «C’est un très bon étudiant. C’est un élément qu’on doit regarder. On est venus au repêchage pour voir comment tout allait se passer. On garde les portes ouvertes, mais on est flexibles », a-t-il laissé entendre. 

«On est venus pour voir quelle équipe allait le prendre. Maintenant, on va en jaser », a promis Darryl Plandowski 

« C’est un honneur d’être repêché dans la LHJMQ. J’ai vu quelques matchs de l’équipe la saison dernière et je sais qu’ils auront un excellent club l’an prochain avec de très bons jeunes. C’est quelque chose à laquelle on doit réfléchir », de raconter le paternel qui dans son travail, voit beaucoup plus de matchs de junior majeur que de NCAA.

Saguenéens

Harvey-Pinard capitaine des Sags

Quelques heures après être devenu officiellement un membre à part entière des Saguenéens, Rafaël Harvey-Pinard a été nommé nouveau capitaine de l’organisation chicoutimienne.

En matinée, à l’ouverture de la période des transactions, sa venue a finalement été confirmée en provenance des plus récents champions de la coupe du Président et de la coupe Memorial, les Huskies de Rouyn-Noranda. La transaction est une continuité de l’échange à trois équipes qui a envoyé, aux Fêtes, le défenseur Noah Dobson du Titan d’Acadie-Bathurst aux Huskies. Les Abitibiens ont ainsi récupéré leurs choix de 2e ronde en 2020 et 3e ronde en 2021, qui avait notamment amené l’attaquant de 16 ans William Dufour à Chicoutimi. 

En début d’après-midi, immédiatement après la conférence de presse annuelle du commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec au Bonne entente, où se déroulent les Assises en marge du repêchage de samedi à Québec, l’entraîneur-chef et directeur général des Sags a profité de l’occasion pour présenter sa nouvelle acquisition et lui faire enfiler son nouveau chandail avec la lettre C bien en vue. 

«On joint un produit régional. Dans le fond, c’est comme un cadeau à nos partisans qui ont été extrêmement patients lors des dernières années. Ils vont en être extrêmement fiers. C’est un gars qui vient solidifier notre noyau et l’ADN de notre équipe. Il répond à 100% aux critères de notre équipe. On parle souvent de fierté régionale et de sentiment d’appartenance. On est très fiers que ce joueur-là revienne à la maison», a exprimé Yanick Jean dans son intervention.  

«Toute mon enfance, j’ai suivi les Sags. J’ai assisté à beaucoup de matchs. Venir finir ma carrière junior avec les Sags, c’est quelque chose de gros. Je suis heureux d’avoir une autre chance de me rendre loin l’an prochain. Ça va être une belle expérience de pouvoir jouer devant ma famille et mes amis», a pour sa part confié le nouveau venu qui a cumulé 85 points en 66 matchs la saison dernière.

Crossman s’amène

Les Saguenéens ont été impliqués dans deux autres transactions à l’ouverture de la période des transactions vendredi matin, lors des Assises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec qui se déroulent dans la capitale nationale. 

Un autre attaquant de 20 ans, Ethan Crossman, s’amène au Saguenay en provenance du Drakkar de Baie-Comeau. en retour de deux choix au repêchage demain, en deuxième, (27e) et troisième (46) ronde. Comme celle de Rafaël Harvey-Pinard, elle était déjà bouclée depuis quelque temps, ce qui complète le portrait des joueurs de 20 ans avec le vétéran défenseur Jérémy Groleau. Natif de Sackville au Nouveau-Brunswick, Crossman avait été acquis par le Drakkar du Titan à la période des échanges des Fêtes, contre des choix de 1er et 2e tour en 2021 ainsi qu’un choix de troisième ronde 2019. En 33 rencontres sur la Côte-Nord, l’attaquant au style robuste a amassé 30 points en 33 rencontres. 

Une seule des trois transactions a été véritablement bouclée cette semaine et envoie le défenseur de 20 ans Jérémy Diotte au Titan d’Acadie-Bathurst en retour de l’attaquant de 19 ans Mathieu Samson. Ce dernier avait été sélectionné en troisième ronde par les Cataractes en 2016, mais n’a pas encore réussi à s’établir comme un joueur qui peut produire régulièrement dans la LHJMQ. Aux Fêtes l’an dernier, les Cataractes ont démissionné et l’ont envoyé à Bathurst, où il a amassé 12 points en 29 matchs, contre un choix de 8e tour. Pour sa part, Jérémy Diotte ne sera donc pas le plan B de l’état-major des Sags avec l’incertitude entourant le retour de Jérémy Groleau des rangs professionnels pour une dernière saison chez les juniors à 20 ans. 

Saguenéens

Pratiquer deux sports est difficile mais positif, estime Yanick Jean

S’il y a quelqu’un qui est conscient des sacrifices qu’exige la pratique simultanée du baseball et du hockey, c’est bien Yanick Jean. L’actuel entraîneur-chef des Saguenéens a porté les couleurs des Voyageurs de la Ligue de baseball élite du Québec pendant deux étés. Dans le même temps, pendant l’hiver, il faisait partie de la brigade défensive des Saguenéens.

« La différence, c’est que dans mon temps, on ne s’entraînait pas autant hors glace. Ça rend la tâche encore plus difficile pour eux autres. J’ai beaucoup de respect pour ce qu’ils font. Ce sont de bons athlètes pour l’avoir vécu personnellement, même si je ne veux pas dire que je suis un bon athlète », précise Yanick Jean, rencontré après quelques réunions aux Assises de la LHJMQ, qui se déroulent à Québec.

Saguenéens

Des choix pourraient servir d’appâts

L’entraîneur-chef et directeur général des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, est débarqué aux Assises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), qui se déroulent toute la semaine dans la Capitale-Nationale, avec une mentalité différente des années précédentes. Les choix hâtifs au repêchage servent présentement d’appâts auprès de ses homologues afin d’amener du renfort avec des joueurs déjà établis.

« Les dernières années ont fait en sorte qu’on est présentement dans une situation différente. On ne se le cachera pas, on essaie d’améliorer l’équipe. Si on peut bouger des choix pour améliorer l’équipe, on va le faire, a annoncé Yanick Jean, qui avait sélectionné l’an dernier Hendrix Lapierre avec le tout premier choix, suivi de Théo Rochette au 7e rang. Ça ne me dérange pas du tout de dévoiler mes cartes. »

Sports

Harvey-Pinard avec les Sags

Après la conquête de la Coupe Memorial par les Huskies de Rouyn-Noranda dimanche, le Jonquiérois Rafaël Harvey-Pinard rentre au bercail. La transaction sera officialisée seulement la semaine prochaine, lors des Assises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) dans la Capitale-Nationale, mais l’attaquant de 20 ans passera dans le camp des Saguenéens de Chicoutimi.

La transaction est une continuité de l’échange à trois équipes qui a envoyé, aux Fêtes, le défenseur Noah Dobson du Titan d’Acadie-Bathurst aux Huskies. Ce mouvement faisait lui-même suite à la transaction qui, l’année précédente, avait fait passer le défenseur Olivier Galipeau des Sags au Titan, qui a ensuite remporté la Coupe du Président et la Coupe Memorial, ce que les Huskies ont répété lors des dernières semaines. Aux Fêtes, les Chicoutimiens avaient obtenu l’attaquant de 16 ans William Dufour ainsi que plusieurs choix au repêchage.

Saguenéens

Saguenéens et Cataractes à Roberval

Les Saguenéens de Chicoutimi seront de retour au centre sportif Benoît-Lévesque de Roberval pour un match préparatoire, le jeudi 29 août, encore une fois contre les Cataractes de Shawinigan.

En 2016, la rencontre entre ces deux mêmes équipes avait été un franc succès avec une salle comble, notamment grâce à la présence du héros local, le défenseur Samuel Girard, maintenant avec l’Avalanche du Colorado dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Les profits de l’événement seront de nouveau remis au hockey mineur local.

Saguenéens

Jérémy Groleau revient enchanté et optimiste

Le défenseur des Saguenéens Jérémy Groleau est revenu de Binghamton avec le sourire... et encore un peu plus convaincu qu’il peut faire sa place avec le club-école des Devils du New Jersey dans la Ligue américaine de hockey la saison prochaine.

Rappelé à la suite de l’élimination des Sags en première ronde contre l’Océanic, Groleau a eu le temps de véritablement se mettre dans le bain, disputant cinq rencontres avant la fin de la saison, qui a pris fin sans participation aux séries pour les Devils. Signé comme agent libre en septembre, il a même eu le temps de marquer son premier but chez les professionnels, à son quatrième match, contre le Rocket de Laval, d’un superbe tir du revers.

Saguenéens

Un taux de réussite de 95,5% à l'école

Avec la fin des classes qui approche, cinq joueurs des Saguenéens de Chicoutimi se sont partagé mercredi 3300 $ en bourses de la Fondation d’études Desjardins. La remise qui se déroulait au Cégep de Chicoutimi a été l’occasion de dévoiler un taux de réussite de 95,5 % lors de la session d’automne pour les 17 joueurs inscrits à temps complet (quatre cours) en sciences humaines.

« On ne se vante pas toujours, mais on va le faire. (Dans les études) On est l’une des meilleures équipes de la LHJMQ », avance la conseillère pédagogique Joanne Leblanc, qui a remporté l’an dernier le trophée Denis Arsenault remis au conseiller pédagogique de l’année dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Saguenéens

Hendrix Lapierre laissé de côté

En raison des rappels de dernière minute, l’attaquant des Sags Hendrix Lapierre n’a pas été en mesure de se tailler un poste avec la formation canadienne pour le Championnat mondial des moins de 18 ans qui débute jeudi en Suède.

Comme huit autres joueurs de la cuvée 2002, donc considérés comme des joueurs de 16 ans, Lapierre avait été convié au camp d’entraînement d’évaluation qui regroupait 23 joueurs. Toutefois, avec les éliminations des derniers jours dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec ou ailleurs dans la Ligue canadienne de hockey, d’autres joueurs se sont greffés au groupe. Seulement deux des huit jeunes ont donc été retenus, les défenseurs Daemon Hunt et Jamie Drysdale. Lapierre a tout te même pu disputer les deux rencontres préparatoires, obtenant une passe dimanche dans une victoire face au Bélarus.

Saguenéens

Lapierre invité au camp d’Équipe Canada

L’attaquant des Saguenéens Hendrix Lapierre sera l’un des plus jeunes hockeyeurs à prendre part au camp d’entraînement de l’équipe canadienne des moins de 18 ans, la semaine prochaine, en Finlande.

Les dirigeants de Hockey Canada ont convié 23 joueurs pour ce camp d’évaluation qui se déroulera sous la direction de l’entraîneur-chef Brett Gibson et de ses adjoints Serge Aubin et Dave Struch. Le Championnat mondial des moins de 18 ans se déroulera ensuite du 18 au 28 avril en Suède. Du groupe, huit font partie de la cuvée 2002, étant tous considérés comme des joueurs de 16 ans la saison dernière. En plus de Lapierre, l’attaquant Mavrik Bourque des Cataractes et le défenseur Lucas Cormier des Islanders de Charlottetown ont également été retenus. Plus âgés d’un an, le gardien des Foreurs de Val-d’Or Jonathan Lemieux et l’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau Nathan Légaré sont les autres joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec invités.

Saguenéens

« Deux grosses saisons » en vue

Depuis son arrivée à la barre des Saguenéens de Chicoutimi en décembre 2014, Yanick Jean a établi un plan de développement qu’il s’est appliqué à respecter.

Les partisans ont été patients, au cours des dernières années, et la présente saison a été au-delà des attentes. Si bien que le DG/entraîneur-chef s’attend à avoir en main les éléments pour faire un bon bout de chemin en séries au cours des deux prochaines années.

« La transition est terminée. On tombe dans une phase où, oui, on veut performer davantage et où on s’est donné des munitions pour pouvoir améliorer l’équipe dans les prochains mois afin d’être encore plus compétitifs », a-t-il indiqué mardi, en traçant son bilan de saison en conférence de presse.

Saguenéens

Shank et Lavigne honorés

Le gardien Alexis Shank ne s’est pas seulement distingué devant le filet des Saguenéens de Chicoutimi, cette saison. Il s’est aussi démarqué auprès des partisans de l’équipe qui lui ont accordé leur vote pour le titre de « joueur de l’année » de la Coupe Chicoutimi Chrysler. En plus d’apposer son nom sur le trophée, le choix du public a également reçu une bourse de 500 $ de Chicoutimi Chrysler lors du 5 à 7 de l’organisation des Sags tenu lundi au Centre Georges-Vézina. L’autre lauréat de la soirée a été le capitaine Zachary Lavigne qui a mérité une bourse de 750 $ pour le titre de joueur-étudiant par excellence.

Pour ce vote populaire, le personnel hockey avait ciblé quatre candidats qui s’étaient démarqués par leurs performances sur la glace. Outre Shank, les attaquants Vladislav Kotkov, Hendrix Lapierre et Justin Ducharme étaient en nomination. Pendant une semaine, les gens pouvaient voter sur les médias sociaux des Saguenéens de Chicoutimi et sur celui de leur partenaire pour ces deux honneurs, Chicoutimi Chrysler. La réponse a été au-delà des attentes de l’organisation. « On a eu plus autour de 800 votes », mentionne Serge Proulx, directeur des opérations du club de hockey junior majeur.

Saguenéens

Houde, Kotkov et Groleau chez les pros

Malgré l’élimination rapide des Saguenéens au premier tour des séries éliminatoires, Jérémy Groleau, Samuel Houde et Vladislav Kotkov ne rangeront pas leur équipement tout de suite. Les trois joueurs ont été invités vendredi à poursuivre leur saison dans la Ligue américaine.

L’entraîneur-chef Yanick Jean a confirmé l’information en fin d’après-midi, mais n’avait pas plus de détails sous la main. Il ne pouvait pas non plus se prononcer sur leurs chances de disputer au moins un match au cours de leur séjour respectif.

Saguenéens

Les pénalités ont tout changé

CHRONIQUE / Après avoir surpris en saison régulière, les Saguenéens n’ont pas été en mesure de reproduire les mêmes succès en séries éliminatoires.

Ce n’est pas tant la défaite des Chicoutimiens dans cette série face à l’Océanic qui surprend, mais la rapidité avec laquelle ils ont rendu les armes, en quatre petites rencontres, même s’ils en ont disputé l’équivalent de presque six. Soyons toutefois honnêtes, ce balayage n’indique vraiment pas l’allure réelle de l’affrontement qui mettait aux prises les équipes ayant terminé au 5e et 8e rang du classement général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. La série a sans contredit tourné lors des deux premières rencontres à Rimouski, décidées en prolongation.

Saguenéens

Les Saguenéens balayés par l'Océanic

La série entre les Saguenéens et l’Océanic aura finalement été beaucoup moins longue que prévu. Les Rimouskois ont terminé le travail, mercredi soir, avec une victoire sans équivoque de 6-3, devant 3414 spectateurs au centre Georges-Vézina, complétant du même coup le balayage.

Les trois premiers matchs ont été décidés par un seul but, mais les jeux étaient faits dans ce quatrième duel bien avant les dernières minutes, pour ne pas dire à la mi-match. «Au fur et à mesure que la série avançait, on a vu leur maturité physique faire une différence, c’est clair. Ceci étant dit, il y a de petites choses qui m’ont agacé quand même. Je suis excité parce que les gars qui n’ont pas lâché, ce sont des gars de 16 ans. Leur amour du hockey est incroyable. Ils veulent jouer au hockey, c’est contagieux et ils le montrent sur la glace. Ça va être vraiment quelque chose. C’est vraiment ce qu’il faut retenir», a souligné l’entraîneur-chef Yanick Jean dès le début de son point de presse alors que son équipe venait tout juste de rendre les armes. « Il y en a d’autres pour qui ce n’était définitivement pas assez. On va se pencher là-dessus pendant l’été », de poursuivre le pilote des Bleus. 

«Les deux premiers marqueurs de l’équipe, ce sont deux 16 ans (Théo Rochette et Hendrix Lapierre) avec cinq points en quatre matchs. Si tu m’avais dit ça avant la série, je t’aurais demandé si t’étais sûr. Si on m’avait dit qu’ils feraient tous les deux cinq points en quatre matchs et que ça se terminerait en quatre rencontres, j’aurais dit qu’on avait une chance de gagner en quatre», d’indiquer Yanick Jean, convenant du même souffle que la série s’était probablement décidée lors des deux premières rencontres à Rimouski qui ont nécessité du temps supplémentaire. 

«On a joué l’équivalent de quatre matchs là-bas. On devait trouver un moyen d’en remporter et de marquer un but en prolongation qui aurait fait la différence. C’est comme s’ils nous avaient achevé à petits coups. Au fur et à mesure que ça avançait, ils prenaient confiance. Ça faisait quand même un petit bout qu’ils n’avaient pas gagné une ronde (2015, année du championnat). Tu as senti que dans le match quatre, ils étaient plus libérés et en contrôle. Ces deux match-là leur ont donné une confiance incroyable. Ça aurait pu avoir l’effet contraire. Dans le premier match, c’était 3-0 pour eux, après avoir fait 3-3 on gagne en prolongation, ça aurait été une série totalement différente. Ce n’est pas arrivé, de raconter le pilote des Bleus. Ce n’était pas une série de quatre volées et tu t’en vas. Ce n’était pas une série qui aurait dû se finir en quatre de la manière que ça s’est joué, mais ça se finit comme ça. On peut dire qu’on n’a pas été chanceux, ci ou ça, mais ce n’est pas de la manière qu’on veut être. On est beaucoup plus exigeants que ça et c’est ce qui va nous faire progresser. »

N’empêche que les jeunes joueurs de l’équipe n’auront pas connu un match numéro six ou sept à leurs premières séries éliminatoires. « Ils ont vécu d’autres choses. Quand tu vis un match de quatre périodes de prolongation, c’est quelque chose. On a joué l’équivalent de 11 périodes en 26 heures à Rimouski la semaine passée. À tout jamais, ils vont pouvoir dire qu’ils ont joué un match de sept périodes », de rappeler Yanick Jean.

Saguenéens

L'Océanic en contrôle de la série

Après deux victoires en prolongation à Rimouski, le troisième match de la série entre les Saguenéens et l’Océanic s’est également décidé par un but et à l’avantage de la formation du Bas-Saint-Laurent. Grâce à une victoire de 4-3, acquise devant 3521 spectateurs au centre Georges-Vézina, les Rimouskois ont maintenant une solide emprise sur la série quatre de sept qu’ils mènent 3-0.

Après deux buts en moins de deux minutes, les Sags étaient pourtant en contrôle de la rencontre avec cinq minutes à faire en deuxième période. Hendrix Lapierre a donné les devants aux siens avec son deuxième de la série. Après avoir été frustré par le poteau en première période, le défenseur Gabriel Villeneuve a pris sa revanche sur le même genre de séquence, logeant la rondelle dans la partie supérieure pour faire 3-1. 

La réponse de l’Océanic a été aussi incisive que rapide pour retraiter au vestiaire avec les devants. Après deux arrêts miraculeux d’Alexis Shank, le meneur offensif de l’Océanic, Alexis Lafrenière, a finalement cassé la glace dans cette série sur un retour. Puis, lors de la 7e attaque massive des visiteurs, le jeune surdoué a récidivé quand son tir a dévié avant de glisser tout doucement derrière la ligne rouge. Cette égalité semblait se transporter en troisième période, mais 38 secondes plus tard, et avec 11 secondes au cadran, Jeffrey Durocher a jeté une douche d’eau froide sur le centre Georges-Vézina.

« On était en parfait contrôle de ce match-là. On n’a pas besoin de chercher de midi à 14 h. Ce n’est pas le travail, le système, les X et les O, loin de là. C’est seulement la première clé dont on avait parlé au début de la série, qui doit être la discipline », a noté, à la fin de son point de presse l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, précisant que sur huit pénalités des siens, cinq avaient été prises en territoires adverses et deux en zone neutre. 

« Ce sont des matchs serrés. C’est un troisième consécutif par un but. Dans mon livre à moi, on s’est battus nous-mêmes. On est rendus à 23 pénalités. Un moment donné, il faut arrêter de penser que c’est la faute de l’arbitre et se regarder dans le miroir », de confier le pilote des Bleus. L’Océanic n’a marqué qu’une fois lors de ses avantages numériques, mais les Sags y ont laissé au change beaucoup de momentum et d’énergie. 

«Dans n’importe quel match de hockey, même si tu n’es pas en séries, tu prends sept pénalités et aucune dans ton territoire, c’est sûr que ça n’ira pas bien, a-t-il rappelé C’était la même affaire dans le match numéro 2 quand on a pris quatre pénalités en prolongation. Un moment donné, c’est l’énergie que tu y laisses avec souvent les mêmes qui sont là pour tuer des pénalités. Quand tu reviens pour jouer à 5 contre 5, tu ne peux pas avoir l’énergie optimale.» 

Les visiteurs ont fait leur petite affaire en troisième période, limitant leurs adversaires à seulement six tirs. La menace la plus sérieuse des Sags a été obtenue par Samuel Houde, qui a fendu l’air. Même s’ils ont évolué à six patineurs pendant plus de deux minutes en fin de match, les Chicoutimiens n’ont pas réussi à s’installer sérieusement en territoire adverse. « C’est encore une victoire à l’arraché, une autre par seulement un but, a résumé l’entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. On ne voulait pas aller en prolongation ! C’est une belle remontée en fin de deuxième période, et les deux buts rapides (en 38 secondes) nous ont aidés beaucoup. »

En première, l’Océanic a d’abord inscrit un premier but dans cette série à forces égales en temps réglementaire. Après une sortie de zone hasardeuse, le héros du premier match, Jimmy Huntington, a récupéré le retour d’Alexis Lafrenière pour refroidir les ardeurs de la foule, qui a finalement pu se manifester après un court passage à vide. Gabriel Villeneuve a d’abord frappé de plein fouet le poteau, puis quelques minutes plus tard, le vétéran Zachary Lavigne a récupéré un retour pour créer l’égalité.

Les Chicoutimiens ont également connu une soirée difficile dans le cercle des mises en jeu, ne prenant le contrôle de la rondelle que 20 fois en 56 occasions. «Ça été une soirée difficile. On en a perdu beaucoup clairement. On avait mis beaucoup d’emphase là-dessus. C’est une équipe qui a été très bonne tout au long de la saison. Cédric Paré (15 en 18) a été au-dessus de 60% en saison et il est facilement au dessus de 60% dans cette série. Il faut travailler mieux en équipe dans cette facette», de convenir Yanick Jean. 

Les Sags tenteront maintenant d’éviter l’élimination, mercredi soir, encore une fois devant leurs partisans, au centre Georges-Vézina. « On doit continuer sur ce qu’on fait à cinq contre cinq. Tant et aussi longtemps qu’on va prendre des pénalités, c’est ce qui va nous arriver. Si on le fait et qu’on continue de travailler ensemble en évitant le banc de pénalités, on va y aller un match à la fois et on verra ce qui arrivera. On doit avoir une meilleure mentalité que ça», de laisser tomber le pilote des Bleus.

Saguenéens

Rochette garde les deux pieds sur terre

À 17 ans à peine, Théo Rochette affiche un bel aplomb et une maturité étonnante pour son âge. À ses tout premiers matchs des séries dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le #19 se distingue déjà avec quatre buts en deux matchs, mais force est de constater que les succès de l’équipe le préoccupent davantage que ses statistiques personnelles.

Est-il surpris de sa production offensive en ce début de série ? « C’est sûr que je suis content, mais par contre, c’est décevant de perdre deux matchs en prolongation comme ça, commente-t-il en entrevue. On a confiance pour les matchs qui s’en viennent parce que nous avons disputé des matchs serrés qui auraient pu tourner d’un bord comme de l’autre. Nous n’étions pas contents de ce qui s’est passé à la fin du deuxième match, mais on est assez confiants pour les matchs qui vont suivre et nous allons tout faire pour les gagner. »

Saguenéens

Une série excessivement serrée

CHRONIQUE / Après les deux premiers duels face à l’Océanic de Rimouski, les Saguenéens n’ont permis que deux buts à leurs adversaires à forces égales et disputé près de 100 minutes de temps supplémentaire, mais tirent tout de même de l’arrière 2-0 dans la série quatre de sept.

Le problème avec ces deux buts, c’est qu’ils ont tous les deux été marqués en prolongation pour donner la victoire à l’Océanic. Voici tout d’abord un résumé très rapide des deux rencontres.