Rugby: palpitant du début à la fin

Comme première carte de visite, l’équipe Rugby UQAC pouvait difficilement faire mieux ! Dans un match préparatoire palpitant jusqu’à la toute dernière seconde, les porte-couleurs de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ont arraché une victoire in extremis de 30-29 aux Ulérions de Québec, une équipe affiliée à l’Université Laval, devant une belle foule massée dans les estrades du terrain synthétique.

Pour cette première historique – il s’agissait du premier match de rugby disputé dans la région –, les protégés de l’entraîneur-chef Mathieu Suzanne en ont mis plein la vue. Les locaux tiraient de l’arrière 12 à 24 à la fin de la première demie (40 minutes en temps continu), mais ils ont effectué un retour en force en deuxième, en réussissant deux essais consécutifs (cinq points chacun) pour réduire l’écart à 22-24 avec 30 minutes à jouer.

Plusieurs spectateurs ont découvert le rugby, dimanche, dans le cadre du match préparatoire entre Rugby UQAC et les Ulérions de Québec (Université Laval) au terrain synthétique. Le match a donné lieu à des jeux spectaculaires et a tenu les gens en haleine jusqu’à la toute fin. L’UQAC l’a emporté 30-29.

Un botté leur a permis de prendre les devants 25-24, mais les visiteurs ont eux aussi réussi à franchir la zone payante pour reprendre l’avance 29-25 avec environ trois minutes au cadran. Les Ulérions ont menacé, mais les locaux sont parvenus à reprendre le ballon, stimulés par une belle vague de spectateurs dans les estrades, pour ajouter cinq autres points avec une minute à faire au cadran (30-29). Mais voilà qu’en raison des arrêts de jeu, l’arbitre avait du temps à faire reprendre. Peu de temps, mais qui a quand même paru interminable aux spectateurs qui ont finalement pu célébrer la victoire de Rugby UQAC.

Bonne chimie
Après la rencontre, l’entraîneur était heureux de la remontée « assez extraordinaire » et de l’issue de la rencontre qui visait aussi à faire découvrir ce sport dans la région. « Il faut dire que même si on a des gars qui ne se connaissent pas depuis très longtemps (depuis la fin août, début septembre), il y a une très bonne chimie qui s’est développée entre les Québécois et les Français », souligne-t-il. Aux deux Québécois de l’édition de l’an dernier, trois autres se sont ajoutés cette année, dont le Jonquiérois Henry Gagnon. « On veut développer une base de joueurs québécois », ajoute Mathieu Suzanne, qui a tenu à remercier l’Université Laval d’être venue disputer ce premier match de rugby à 12 au Saguenay.

Il faut posséder un bon cardio et une bonne résistance aux chocs pour jouer du rugby. Les équipes Rugby UQAC et Ulérions de Québec ont donné un excellent spectacle dimanche, lors du tout premier match de rugby présenté au Saguenay.

« Ce match préparatoire nous a permis de tester nos gars en conditions réelles. Le rugby fait partie des sports de contact. On a besoin de s’entraîner en ayant de vrais contacts. [Aujourd’hui], il y a eu une belle preuve de solidarité [dans l’équipe], surtout qu’on s’est retrouvés avec une infériorité numérique en raison d’un mauvais geste. Ça arrive malheureusement, mais ce n’est pas ce qu’on veut montrer. Il y a des valeurs associées à ce sport. »

La vraie saison de Rugby UQAC se déroulera sous la forme de tournois de rugby à 7. Les quatre inscrits au calendrier se dérouleront à Québec. « Et si tout va bien, on espère aller à un tournoi à New York en rugby à 7. Ça demande un peu plus d’organisation, mais on a de l’aide de l’administration. »