Jean-François Furlotte a fondé l’événement L’Étape pour les plaques! afin d’amasser des fonds pour la recherche sur la sclérose en plaques, maladie dont il est lui-même atteint.

Rouler pour la sclérose en plaques

Jean-François Furlotte a recommencé le vélo cette année et en septembre, il pédalera afin d’amasser des fonds pour la recherche sur la sclérose en plaques, maladie dont il est lui-même atteint.

Accompagné d’autres cyclistes, le dimanche 2 septembre, il se rendra à L’Étape, pour une randonnée de 105 kilomètres, avec son lot de montées. Pour le moment, une quinzaine de personnes ont confirmé leur présence à l’activité nommée L’Étape pour les plaques ! , et l’organisateur espère doubler le nombre d’ici l’événement. Le coût d’inscription, de 100 $, sera entièrement remis pour la cause, ce qui comprend tout l’encadrement nécessaire. De plus, des gilets sont en vente au même prix.

« J’ai des amis qui m’ont donné le goût de recommencer le vélo », annonce Jean-François Furlotte, soulignant au passage l’apport de Jean-François Boivin et de sa conjointe, Julie Dufresne.

Il mentionne que le vélo est moins brusque sur les muscles que d’autres sports.

Jean-François Furlotte a fondé l’événement L’Étape pour les plaques! afin d’amasser des fonds pour la recherche sur la sclérose en plaques, maladie dont il est lui-même atteint.

Pour lui, il est important de montrer qu’il est possible de bouger malgré la maladie. « Comme je suis capable de le faire, ça donne l’exemple aux autres. C’est ma manière de contribuer. J’aime le sport et j’en ai tout le temps fait. Comme mon médecin me dit, chaque fois que je fais de l’exercice, j’évite les médicaments », fait valoir l’organisateur, qui a vite développé l’idée qui avait germé peu après son retour en selle.

« Ça me met un défi et un but. Ça m’encourage à m’entraîner davantage et avec équilibre, c’est sûr », poursuit Jean-François Furlotte, qui note une importante progression dans sa condition physique sur le vélo, lui qui a roulé plus de 600 kilomètres depuis le début de la période estivale. Il admet qu’au départ, il avait beaucoup de difficulté dans les montées, ce qui s’est vraiment amélioré dernièrement.

En plus des personnes désireuses de s’inscrire, Jean-François Furlotte lance également un appel aux entreprises qui aimeraient s’associer avec son événement. Il amasse aussi les dons personnels de gens qui voudraient contribuer pour la cause, sans nécessairement participer au défi sportif.


«  Comme je suis capable de le faire, ça donne l’exemple aux autres. C’est ma manière de contribuer.  »
Jean-François Furlotte

Il est également à la recherche d’un autobus afin de ramener les participants à Chicoutimi, une fois l’aventure terminée. Il a créé une page Facebook (L’Étape pour les plaques !), sur laquelle il donne toutes les informations nécessaires.