La seule patinoire disponible cet été à Saguenay sera la glace Dean-Bergeron, à La Baie.
La seule patinoire disponible cet été à Saguenay sera la glace Dean-Bergeron, à La Baie.

Risque de congestion pour le retour dans les arénas à Saguenay

Ça risque de se bousculer aux portillons, à Saguenay, surtout au début août alors que la demande pour tenir les différents camps d’entraînement de hockey élite risque d’être plus forte que jamais en raison de la saison écourtée par la pandémie en mars dernier. Comme il vaut mieux prévenir que subir, le président de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Patrice Fillion, souhaite donc que la municipalité devance d’une semaine l’ouverture des arénas en août.

À Saguenay, bien que cela reste à confirmer, le 6 juillet semble la date ciblée pour l’ouverture de la glace Dean-Bergeron à La Baie. Mais ce sera le seul aréna qui sera en opération jusqu’au 10 août, date envisagée pour l’ouverture de deux autres amphithéâtres sur le territoire de Saguenay. Et c’est là que le bât blesse pour le président Fillion, qui souhaiterait que la municipalité ouvre ses amphithéâtres dès la première semaine d’août au lieu du 10 anticipé.

Ce dernier rappelle que le hockey a pris fin abruptement en mars en raison de la pandémie, de sorte que bien des adeptes des sports de glace ont plus envie que jamais de retourner sur les patinoires afin d’être prêts pour leur prochaine saison. Pour éviter que ces jeunes ne soient tentés d’aller se perfectionner à l’extérieur faute d’accès aux installations, M. Fillion estime que la municipalité devrait envisager une ouverture plus hâtive de ses arénas en août afin de répondre aux besoins des groupes chargés du développement de l’élite.

Lorsque la glace Dean-Bergeron rouvrira ses portes, des heures sont déjà allouées pour le patinage de vitesse et le patinage artistique. Quant au hockey, avec les consignes sanitaires, ça risque de nécessiter plus d’heures que d’habitude puisqu’il ne sera pas possible de tenir des séances à 30 joueurs. Idem pour les ligues de hockey adultes qui seront elles aussi limitées en terme de joueurs par match. De plus, coronavirus oblige, il faudrait prévoir du temps pour la désinfection des vestiaires et des installations, ce qui contribuera aussi à réduire le nombre d’heures de glace disponibles.

« La demande est là, mais le plus difficile sera d’orchestrer tout cela», anticipe Patrice Fillion.

Président de l’Association de Hockey mineur de Saguenay, Patrice Fillion croit qu’il y aura une forte demande de location d’heures de glace au début du mois d’août puisque les saison de hockey ont pris fin abruptement en mars et que plusieurs voudront recommencer plus tôt. Or, à part la glace Dean Bergeron à La Baie, Saguenay ne prévoirait pas ouvrir d’autres arénas avant le 10 août.

«On essaie de garder l’argent chez nous et de faire travailler nos entraîneurs. Si on veut éviter l’exode, il faut être capable de leur offrir un service. Notre défi sera de faire rentrer tout le monde dans un seul aréna.»

Contrer l’exode

L’intérêt du hockey mineur de Saguenay pour la tenue de camps d’été n’est pas désintéressé puisque ces activités font partie des sources de financement de l’organisme. Mais au-delà de cela, le président préconise les décisions qui permettront d’éviter que les jeunes élites de moins de 16 ans décident quitter la région pour participer à des camps, alors que les ressources compétentes sont disponibles sur place.

«Les jeunes des calibres bantam, midget et junior ont besoin d’accéder à la glace une à deux fois semaine. Cette clientèle a un besoin autre que celui offert par l’Académie des Saguenéens (prévue du 10 au 14 août pour l’instant). Des groupes d’entraînement comme G.I. Performance engagent les entraîneurs d’ici (Olivier Bouchard, Chris Ferland, David Simard, etc.) qui contribuent à offrir du perfectionnement à nos joueurs de hockey pendant l’été. On a les ressources chez nous pour l’offrir, mais ça nous prend aussi les glaces pour le faire», insiste le président Fillion.

La possibilité d’offrir cette option est encore plus de circonstances actuellement, puisqu’en temps de COVID-19, il est recommandé de limiter les déplacements dans les autres régions, et qu’il est de mise d’encourager l’économie locale, fait-il valoir.

«Cette année, les gens restent dans la région et ils veulent bouger, faire des activités chez nous, souligne-t-il. On essaie de garder l’argent chez nous et de faire travailler nos entraîneurs. Si on veut éviter l’exode, il faut être capable de leur offrir un service. Notre défi sera de faire rentrer tout le monde dans un seul aréna. On devrait tenir l’Académie des Saguenéens le 10 août, mais ça va mobiliser trois glaces à ce moment-là. Il n’y aura donc rien de disponible pour les autres organisations comme le midget AAA, les Espoirs SagLac et le hockey scolaire qui voudraient tenir leurs camps.»

Afin de prévenir la congestion, Patrice Fillion s’attend à devoir passer par le politique pour inciter les gestionnaires à revoir leurs échéanciers. «Si on leur demande, c’est non, alors il faut que ça vienne du politique et c’est ma job de faire pression», argue le président Fillion qui croit fermement qu’ouvrir dès la première semaine d’août permettra à toutes les organisations de hockey élite de pouvoir recommencer à bon rythme sans avoir à batailler pour des heures de glace.