Après avoir décidé de subir une opération à l’épaule dernièrement, Rébecca Beaumont prend sa retraite professionnelle et participera à l’an prochain à des épreuves exclusivement en Amérique du Nord.

Retraite professionnelle pour Rébecca Beaumont

La vététiste almatoise Rébecca Beaumont n’accroche pas son vélo, mais contrairement aux dix dernières années, elle ne participera plus aux activités du circuit de la Coupe du monde de cross-country en vélo de montagne.

L’athlète de 30 ans a donc décidé de passer sous le bistouri pour régler un problème récurrent à l’épaule qui est apparu après une dislocation en 2016. Elle tentait d’éviter l’opération depuis, mais comme elle a décidé de mettre fin à sa carrière professionnelle, elle a finalement opté pour la chirurgie, qui a été faite avec succès en novembre.

Rébecca Beaumont avait alors profité de l’occasion pour annoncer sa retraite en douce sur Instagram, sans faire d’annonce officielle. « C’était une décision difficile. Je ne savais pas trop comment mettre les mots là-dessus », a-t-elle confié lors d’une entrevue téléphonique pour parler de son titre de présidente d’honneur de la première édition du Raid du fjord (voir autre texte).

« Je ne viserai pas la performance. Je vais continuer à faire des compétitions plus au niveau participatif, ce qui va me permettre de travailler et faire un peu autre chose. Ça fait déjà dix ans que je suis sur le circuit de la Coupe du monde. Je suis vraiment contente d’avoir atteint cette étape, mais je passe à autre chose. Je vais continuer à faire des événements et des compétitions et faire le sport, mais plus pour mon plaisir et au niveau nord-américain et non au niveau international », de raconter Rébecca Beaumont, qui vient tout juste de débuter un emploi d’ingénieure, cette semaine, à Montréal, où elle demeure maintenant. « C’est la vraie vie des adultes », d’annoncer en riant la sympathique Almatoise qui n’a pas le droit de faire de vélo pendant sa convalescence qui durera environ cinq mois.

« Je vois des gens qui se promènent en fatbike et je les envie un peu », d’admettre Rébecca Beaumont, qui se consacrera davantage l’an prochain à la discipline enduro, ce qu’elle a adopté depuis quelques années après avoir fait sa marque en cross-country olympique.

« Avec mon opération, j’ai moins le temps de m’entraîner. Ça demande un peu moins de forme physique et un peu plus d’habiletés techniques. Ça va me pardonner un peu mon hiver de chirurgie », de laisser savoir l’athlète régionale qui ne pourra donc pas prendre part au Raid du fjord, mais sera tout de même présente pour l’occasion.

« Je peux commencer tranquillement à faire du vélo d’ici un mois, mais pas assez pour me lancer sur le fatbike et risquer une chute », d’expliquer Rébecca Beaumont.

+

PRÉSIDENTE D'HONNEUR DU TOUT PREMIER RAID DU FJORD

La première édition du Raid du fjord se déroulera sous la présidence d’honneur de la vététiste almatoise Rébecca Beaumont. 

La nouvelle épreuve de 35 kilomètres en fatbike prendra place le 29 février prochain dans le secteur de La Baie. Le peloton d’un maximum de 150 cyclistes roulera en forêt, sur la banquise près de Bagotville, en ville, en plus de visiter les deux villages de pêche blanche. 

« Je suis vraiment contente qu’ils aient pensé à moi », de commenter d’entrée de jeu Rébecca Beaumont au sujet de cette nomination. Elle avait participé à la Traversée du lac Saint-Jean en 2017, remportant la palme chez les femmes. 

« Je trouve ça vraiment l’fun de pouvoir encourager un deuxième événement du genre dans la région. Ça permet de promouvoir le fatbike qui est de plus en plus pratiqué chez nous. C’est une belle façon de mettre les gens en forme et de continuer à faire du sport à l’extérieur même si on a des hivers difficiles, d’insister l’Almatoise. On a une belle région avec le lac Saint-Jean et le fjord. Ce sont deux endroits uniques en Amérique du Nord. Je pense que c’est important de les mettre en valeur et de faire connaître notre région comme ça. »

Pour les six responsables du Raid du fjord, le choix de Rébecca Beaumont vient représenter la place des femmes dans le cyclisme. Pour les inscriptions à l’événement, environ 25 % de la centaine de personnes qui ont confirmé leur participation pour le moment sont des femmes. « Phénomène dont on se doutait, mais qui se confirme. Les deux tiers des participants proviennent de l’extérieur de la région, de Québec, de Montréal, des Laurentides ou de la Côte-Nord. On va amener beaucoup de gens de l’extérieur et on en est vraiment très contents », note le responsable des communications, Guillaume St-Pierre, conseillant aux personnes intéressées de faire vite afin de s’inscrire, que ce soit comme compétiteur, participant ou participant corporatif.

« Je prévois que dans deux semaines, on va être pas mal complets. Ça va super bien et la réponse du milieu est vraiment écœurante », fait-il valoir.