L’Almatois François Gauthier-Drapeau a été couronné champion canadien chez les seniors 81 kilos, dimanche, aux Championnats canadiens élites disputés au Centre Pierre-Charbonneau, à Montréal.

Retour à la compétition en or pour François Gauthier-Drapeau

L’Almatois François Gauthier-Drapeau a effectué un retour victorieux à la compétition, lui qui vient d’être couronné champion canadien chez les seniors 81 kilos, dimanche, dans le cadre des Championnats canadiens élite qui ont regroupé les huit meilleurs canadiens de chaque catégorie, en fin de semaine, au centre Pierre-Charbonneau de Montréal. Un premier titre en carrière pour lui à ce tournoi annuel.

Membre du club Seiko d’Alma, Gauthier-Drapeau, qui aura 22 ans à la fin du mois, a été tenu à l’écart des compétitions pendant près d’un an, soit depuis novembre 2018. Il vient à peine de reprendre l’entraînement en décembre. Pour l’Almatois, il s’agit de la conquête d’un premier titre en trois participations à ce rendez-vous de la crème du judo. La première fois, il avait perdu contre l’olympien jonquiérois Antoine Bouchard et à sa seconde tentative, il s’était incliné devant Arthur Margelidon, un autre fleuron du judo canadien.

Dimanche, en finale, Gauthier-Drapeau a affronté Constantin Gabun, un adversaire qu’il connaît bien. « J’étais vraiment soulagé (de l’emporter). J’ai recommencé à faire du judo à 100 % au début du mois de décembre. Mes trois adversaires d’aujourd’hui, je les connaissais bien pour m’être déjà battu avec eux. Gabun, que j’ai affronté en finale, est vraiment bon, mais il s’est blessé au pied et il n’a pas pu finir le combat. Mais mes deux autres adversaires étaient eux aussi vraiment bons. Il y en a un qui est sur l’équipe nationale. Alors, c’est l’fun pareil. Ça donne de la confiance. Car pour ces Championnats canadiens, ils prennent seulement les huit meilleurs de chaque catégorie et je ne les avais jamais gagnés auparavant », a souligné l’Almatois lorsque joint dimanche soir.

Ce dernier est très heureux de renouer rapidement avec la compétition. « Il n’y a pas de temps à perdre », lance-t-il, visiblement impatient de se mesurer à ses adversaires des autres pays. D’ailleurs, le 29 janvier, peu de temps après sa fête, il partira en tournoi en Belgique.

Si une participation aux Jeux olympiques de 2020 est impensable, le jeune homme compte bien faire en sorte que ce ne soit que partie remise.

Le bronze pour Grenier

Deux représentantes du club Ju-Shin-Kan de Laterrière étaient aussi en action, dimanche. Amélie Grenier a remporté la médaille de bronze chez les 52 kilos. Sa coéquipière Sarah Desbiens a perdu son premier combat dans cette même catégorie, ce qui a mis fin à sa compétition.

D’autre part, Ecaterina Guica, qui s’entraîne au Centre national de Montréal, mais qui est affiliée depuis deux ans au club Judokas Jonquière, a été l’unique Québécoise à monter sur la plus haute marche du podium, dimanche, en ayant gagné l’or chez les 57 kilos. Elle mettra le cap sur le Maroc pour y disputer le Grand Prix de Rabat, au début mars.

Dessureault 3e samedi

Samedi, chez les U18, quatre athlètes de la délégation régionale ont terminé dans le top-5. Seul Victor Dessureault, du club Judokas Jonquière, est monté sur le podium en remportant la médaille d’argent chez les 66 kilos. En plus de sa médaille, l’athlète, qui aura 16 ans à la fin du mois, a pris de l’expérience de compétition.

« Il s’est battu lui-même. Il a fait trois sorties de tapis et il a été pénalisé chaque fois ; il a donc été éliminé. Il a beaucoup de potentiel. Il essaie des choses et ce type de compétition est fait pour apprendre », a expliqué son entraîneur, Roger Tremblay.

Chez les 55 kilos, Alexandre Desbiens et Olivier Gagnon, aussi du club Judokas Jonquière, ont tous deux conclu au 5e rang tandis que chez les femmes, Mathilde Simard-Lejeune, du club Seiko d’Alma, a elle aussi pris le 5e rang chez les 52 kilos.

Bien que qualifié, le Dolmissois Simon Paquet était absent de la compétition, en fin de semaine.

Le Baieriverain Arno Blacquière n’a pas pris part à cette compétition très relevée en raison d’une blessure à un genou (déchirure du ligament latéral) survenue en décembre.