Dave Ainsley
Le quart-arrière Joe Burrow sera le premier joueur réclamé lors du repêchage de la NFL qui se mettra en branle jeudi soir, par les Bengals de Cincinnati. 
Le quart-arrière Joe Burrow sera le premier joueur réclamé lors du repêchage de la NFL qui se mettra en branle jeudi soir, par les Bengals de Cincinnati. 

Repêchage simulé de la NFL: Burrow, Young, Okudah et les autres

CHRONIQUE / Malgré la pandémie de COVID-19, le repêchage 2020 de la NFL se tiendra à compter de jeudi soir et, avec la situation actuelle, promet de fracasser des records de cotes d’écoute. En compagnie de deux bons amis, Jean-François Maltais et Jean-Daniel Gaudreault, les deux premières rondes ont été simulées, au cours des derniers jours. Chaque personne choisissait un joueur à tour de rôle en tenant compte uniquement de l’ordre de repêchage actuel et surtout, sans se consulter. Les transactions vont certainement venir chambouler les choses, jeudi soir, mais pour le plaisir, voici un avant-goût de la première ronde avec un petit commentaire sur chaque joueur ainsi qu’une vidéo permettant de le voir en action.

1. Bengals de Cincinnati, Joe Burrow, quart-arrière, LSU

Le nom de Joe Burrow est associé aux Bengals depuis qu’ils détiennent le premier choix. L’ère Andy Dalton est terminée à Cincinnati, sans grands succès avouons-le, et laissera place à celle de Joe Burrow, laquelle s’annonce beaucoup plus prometteuse. Pour la première fois depuis Carson Palmer, les Bengals auront bientôt un vrai quart-arrière de franchise pour se relancer. Pourtant, avant le début de la dernière saison, Burrow n’était pas particulièrement sur le radar de la NFL, ayant même transféré d’Ohio State à LSU. Mais après une saison exceptionnelle de 5600 verges et 60 (oui oui 60) touchés, qui lui ont permis de mettre la main sur le prestigieux trophée Heisman et le championnat national après une performance sans failles, il s’est établi comme un incontournable au premier rang. Son taux de précision de 76 % ferait rougir de honte le quart-arrière des Bears de Chicago Mitch Trubisky. Le seul hic dans son cas, c’est justement que ce n’est qu’une seule saison, mais les Bengals n’ont pas le choix, d’autant plus que Burrow est un joueur local !

2. Redskins de Washington : Chase Young, ailier défensif, Ohio State

Selon plusieurs, Young est le meilleur joueur de cette cuvée ! Ce monstre de 6 pied 5 et 265 livres a terrorisé les quarts-arrière adverses tout au long de la saison 2019 avec pas moins de 16,5 sacks et 46 plaqués, un record pour cette université avec un passé solide en termes de gros noms à cette position (les frères Bosa, Cameron Heyward, Will Smith pour ne nommer que ceux-là). Plusieurs spécialistes le comparent d’ailleurs à Myles Garrett, des Brown de Cleveland. Les Redskins ont déjà de très bons jeunes à cette position (Jonathan Allen et Matthew Loannidis) et ont terminé 10es cette année avec 46 sacks, mais ils ne peuvent pas passer à côté d’une future étoile de la NFL ! Une possible transaction pourrait également être un bon scénario pour eux. À suivre...

3. Lions de Detroit : Jeffrey Okudah, demi-défensif, Ohio State

Après la transaction de Darius Slay avec les Eagles de Philadelphie, les Lions n’ont pas le choix d’y aller avec le demi-défensif numéro un de cette cuvée. À 6'1, Okudah a dominé dans une des plus grosses conférences (Big 10) de la NCAA. L’organisation des Lions, qui est dirigée par des anciens des Pats, veulent avoir eux aussi leur Stephon Gilmore. Athlétique, grand, rapide et d’excellentes habiletés avec le ballon, c’est ce qui caractérise ce joueur qui peut devenir une vedette et fermer carrément une moitié du terrain !

4. Giants de New York, Tristan Wirfs, plaqueur offensif, Iowa

Si les trois premiers choix font à peu près consensus pour tous les spécialistes s’il n’y a pas d’échange, c’est véritablement au 4e rang que les premières surprises risquent d’arriver. Les Giants ont des trous à peu près partout, mais ils doivent d’abord et avant tout protéger leur quart-arrière Daniel Jones. Tristan Wirfs sera prêt pour être partant dès la semaine un, lui qui a été partant dès sa première année à Iowa. La défensive est atroce à New York et Isaiah Simmons, le polyvalent secondeur de Clemson, serait également un choix très logique, mais après avoir pris Daniel Jones au 5e rang l’an dernier, les Giants doivent à tout prix protéger leur investissement. Leur directeur général Dave Gettleman a déjà annoncé ses couleurs. Un joueur de ligne offensive, ce n’est jamais un choix sexy, mais tellement nécessaire. Wirfs est une bonne vieille bête qui dégage énormément de puissance et il a consolidé sa place lors du combine, où il a tout fracassé. Juste de même, un gars de 330 livres qui court 4,85, ça fait peur !

5. Dolphins de Miami Tua Tagovailoa, quart-arrière, Alabama

L’hésitation est grande entre Tua et Justin Herbert des Ducks d’Oregon. Pourquoi Tua ? Au Championnat national en 2018, rien n’allait pour le quart-arrière Jalen Hurts et Alabama tirait de l’arrière 13-0 face à Georgia. C’est à ce moment que Tua est arrivé dans le match pour effectuer la remontée et l’emporter 26-23. À ce moment, il était possible d’affirmer qu’il serait le premier choisi au repêchage de 2020. Les partisans avaient déjà leur slogan avec « Tank for Tua » (perdre pour Tua). Le quart-arrière a complètement dominé la NCAA jusqu’à ce que graves blessures à la cheville puis à la hanche viennent mettre fin à sa saison, même s’il a eu le temps d’enregistrer des statistiques invraisemblables avec 87 touchés en carrière et seulement 11 interceptions. En plus d’être mobile, il possède un bras canon. Sans ses blessures, il aurait probablement été choisi au premier rang. Les Dolphins, qui se cherchent un quart-arrière depuis Dan Marino, ne peuvent pas passer à côté d’un tel talent malgré le risque.

6. Chargers de Los Angeles, Jordan Love, quart-arrière, Utah State

Un premier choix surprise dans ce repêchage ! À l’image des Giants l’an dernier avec Daniel Jones, quand une équipe a besoin d’un quart-arrière, elle ne doit pas hésiter à suivre son instinct. Love a connu une saison 2018 extraordinaire, mais ce fut plus difficile en 2019 en raison d’un changement complet du personnel d’entraîneurs, une ligne à l’attaque poreuse et la perte de tout son personnel offensif ou presque. Cela n’enlève cependant rien à ses qualités brutes. Dans la vidéo qui suit, on voit toute l’étendue de son talent, la puissance de son bras (wow). On voit un peu de Patrick Mahomes en lui ! Love est mobile et excelle à lancer hors de sa pochette et en mouvement. Les Chargers, qui comptent sur Tyrod Taylor pour débuter la saison, pourraient se permettre de commencer tranquillement avec Love...

7. Panthers de la Caroline, Isaiah Simmons, secondeur, Clemson

Voilà qu’avec la folie des quarts-arrière, le secondeur, si on peut l’appeler secondeur, tombe dans les mains des Panthers, qui vont certainement sauter sur l’occasion après la retraite de Luke Kuechly. Simmons est tout simplement une machine de guerre qui avait débuté comme demi de sûreté avant d’être converti en secondeur. Sa grande force, c’est qu’il peut jouer à n’importe quelle position et il est un casse-tête pour les attaques adverses en raison de cette polyvalence. Jumelé à sa vitesse incroyable, il devient tout simplement un poison. Le mois dernier, au combine, il a réalisé le deuxième temps le plus rapide pour un secondeur depuis 2003 en stoppant le chrono à 4,39. Ça, c’est aussi rapide que Julio Jones. Si jamais Simmons aboutit aux Panthers au 7e rang, ce sera un coup de maître.

8. Arizona Cardinal, Andrew Thomas, plaqueur offensif, Georgia

Avec le 8e choix, les Cards de l’Arizona sélectionneront un vrai boeuf de 6 pieds 5 et 315 livres, ce qui a de quoi faire saliver Kyler Murray. Partant dès sa première saison comme plaqueur offensif, il a été déplacé à gauche à sa deuxième saison. Sa grande force est de bloquer pour la course et il excelle au deuxième niveau, ce qui convient parfaitement au style de jeu mobile de Murray. Les besoins des Cards se retrouvent en offensive après avoir comblé les besoins en défensive sur le marché des joueurs autonomes et au poste de receveur pour obtenir DeAndre Hopkins dans une transaction avec les Texans de Houston.

9. Jaguars de Jacksonville, Justin Herbert, quart-arrière, Oregon

Depuis le temps que les Jaguars se cherchent un vrai quart-arrière numéro un ! L’occasion est trop belle. La reconstruction est amorcée à Jacksonville et le fait de pouvoir repêcher Herbert au rang 9 est inespéré, car après le fiasco Nick Foles, il est irréaliste de penser que Gardner Minshew est la solution à long terme. Herbert a tout : stature, puissance du bras et mobilité surprenante. Excellent dans les zones profondes, ça promet avec le receveur DJ Chark ! Le placement de sa balle est à améliorer, mais il pourrait devenir partant dès sa saison recrue.

10. Browns de Cleveland, Jedrick Wills Jr., plaqueur offensif, Alabama

Un 3e joueur de ligne offensive dans le top-10 et possiblement le meilleur. Il n’est pas un monstre comme les deux autres sortis plus tôt, mais compense par son agilité et sa vitesse. Il est excellent sur la course, mais doit améliorer sa protection en situation de passe et, personnellement, je trouve toujours que les joueurs d’Alabama sont un peu suspects en raison de la puissance du programme. Les faiblesses paraissent souvent moins. Wills serait peut-être une meilleure combinaison comme garde. Avec la signature de Jack Conklin, les dirigeants des Browns ont l’occasion de mettre un mur devant le quart-arrière Baker Mayfield et Wills apparaît comme la meilleure option s’il glisse jusqu’au 10e rang. En complément, voici un (long) vidéo qui compare Wills et Wirfs.

11. Jets de New York, Mekhi Becton, plaqueur offensif, Louiseville

Un des gars les plus intrigants du repêchage à 6 pieds 7 et 365 livres. Au combine, il a couru, tenez-vous bien, le 40 verges en 5sec11... À titre comparatif, c’est aussi vite que Tom Brady. Les Jets ont beaucoup de trous à combler dans leur formation, notamment au poste de receveur, mais comme la cuvée regorge de profondeur à cette position, ils pourront se reprendre en deuxième ou troisième ronde sans problème. L’an dernier, la ligne offensive des Jets faisait réellement pitié, ayant accordé pas moins de 52 sacks au cours de la saison. Ils doivent à tout prix protéger le quart-arrière Sam Darnold. Un joueur de ligne mobile pourrait également aider le porteur de ballon Le’Veon Bell, qui aime prendre son temps, et Becton brille pour aller chercher le deuxième niveau. Ils sont rares à avoir une combinaison de robustesse et d’agilité. Becton a remporté le trophée Jacobs remis au meilleur joueur de ligne de la conférence ACC... voté par les entraîneurs, ce qui en dit long sur son impact sur le terrain.

12. Raiders de Las Vegas, Jerry Jeudy, receveur, Alabama

Jon Gruden et Mike Mayock se taperont virtuellement dans les mains si Jeudy se rend à eux au rang 12. Un des meilleurs prospects à la position depuis un bout, son explosion après l’attrapé est remarquable ! Les longues enjambées puissantes, les mains sûres, la qualité des tracés, tout est là. Jeudy n’est pas le plus gros, mais le cahier de jeu va être totalement ouvert pour les Raiders avec un receveur de cette trempe. L’ailier espacé Darren Waller dans les zones intermédiaires et Jeudy dans les zones profondes. Un choix sans hésitation pour les dirigeants des Raiders.

13. 49ers de San Francisco, CeeDee Lamb, receveur, Oklahoma

Les 49ers foncent avec un deuxième receveur de suite, eux qui se retrouvent avec un choix de première ronde très bien placé après avoir transigé DeForest Buckner aux Colts. Le DG John Lynch concédait pourtant Lamb aux Jets qui ont plutôt opté pour un joueur de ligne. Avec la perte d’Emmanuel Sanders, les Niners sont plutôt minces au poste de receveur. Lamb n’est pas le plus rapide, avec un temps ordinaire de 4,5 au 40 verges au combine, mais il demeure un maître dans l’art de réussir des attrapés contestés et une machine pour aller chercher des verges une fois en possession du ballon, comme en font foi ses 14 touchés et sa moyenne de 21 verges par attrapé, la troisième meilleure dans la NCAA en 2019. Les 49ers sont encore très près du Super Bowl, presque aussi près d’une priorité de 10 points avec sept minutes à faire et Lamb vient immédiatement combler un besoin.

14. Buccaneers de Tampa Bay, Josh Jones, plaqueur offensif, Houston

Le plus gros besoin des Bucs se situe au niveau de la ligne offensive et Josh Jones est un candidat idéal pour eux à 6 pieds 5 et 310 livres. Il devrait bien protéger le nouveau quart-arrière Tom Brady qui n’est plus un jeune poulet du printemps. Jones joue normalement à gauche, mais peut également évoluer à droite et a déjà aussi été utilisé comme garde. Il doit améliorer son jeu de pieds, mais il n’a que 23 ans. Il va connaître une très belle carrière dans la NFL. Pour plusieurs, il est considéré comme le meilleur joueur de ligne d’une cuvée assez exceptionnelle.

15. Broncos de Denver, Derrick Brown, plaqueur défensif, Auburn

Le besoin numéro un des Broncos se situe au poste de receveur, mais quand les dirigeants des Broncos, avec en tête Vic Fangio et John Elway, ont vu un joueur classé top-5 dégringoler au 15e rang, ils ont sauté sur l’occasion. Malheureusement pour eux, dans la vraie vie, Brown sera réclamé plus tôt, probablement quand une équipe transigera pour mettre la main sur lui, mais cette simulation n’en tient pas compte et les équipes avant les Broncos avaient d’autres besoins. N’empêche qu’avec une défensive déjà redoutable, Brown causerait des dommages. Si l’occasion se présente, les Broncos pourraient tout de même investir en défensive, surtout dans une division qui compte sur Patrick Mahomes.

16. Falcons d’Atlanta, K’Lavon Chaisson, ailier défensif (edge), LSU

Voilà un espoir pour le moins intrigant. Chaisson n’avait jamais joué au football avant de participer à un camp de LSU et est reparti avec une bourse. Son talent est donc encore à polir, mais il a tous les outils pour devenir une vedette. Je serais très craintif de le prendre dans le top-10 en raison du risque, jumelé à un torn ACL en 2018, mais rendu au 16e rang avec une cuvée de joueurs de ligne défensive plutôt mince, la récompense peut être très grande pour les Falcons. Chaisson n’a pas eu des stats à tout casser à LSU en terme de sacks, mais il est discipliné dans ses assignations et il est tout un athlète. Les Falcons ont tellement de difficultés à mettre de la pression qu’ils doivent tenter le coup.

17. Cowboys de Dallas, CJ Henderson, demi-défensif, Florida

Avec la perte de Byron Jones, qui a signé un mirobolant contrat avec les Dolphins, les Cowboys se retrouvent sans demi-défensif de premier plan. Après la sélection de CJ Henderson, c’est à ce moment que Jerry Jones va peut-être le comparer à Deion Sanders. Henderson a un excellent mélange de vitesse et de grosseur, même s’il devra améliorer sa technique de plaqué. Il est excellent en couverture. Après deux premières saisons incroyables, il a été ralenti au cours de la dernière saison en raison d’une blessure à la cheville, mais il demeure probablement le meilleur demi-défensif disponible après Okudah.

18. Dolphins de Miami, Xavier McKinney, demi de sûreté, Alabama

Le besoin le plus criant chez les Dolphins est au poste d’ailier offensif, mais dans ce scénario, les 5 meilleurs sont sortis, alors allons-y avec le meilleur demi de sûreté du repêchage. McKinney est un vrai joueur de champ centre qui a un nez pour le ballon. On l’utilise également de façon régulière pour mettre de la pression, comme on peut le voir dans le vidéo. Les Dolphins utilisent régulièrement 6 demis défensifs, alors le choix de McKinney est loin d’être un luxe.

19. Raiders de Las Vegas, Noah Igbinoghene, demi-défensif, Auburn

Les Raiders ont investi massivement, lors de la période des agents libres, pour combler les besoins en défensive surtout à la position de secondeur, mais ils n’ont pas le choix d’ajouter un demi-défensif de premier plan pour aider leur tertiaire à couvrir les excellents receveurs de la division Ouest de la conférence Américaine (Hill, Watkins, Sutton, Allen, Williams). Le meilleur disponible à ce rang est Igbinoghene qui a été partant lors des 2 dernières saisons dans la puissante division SEC ! Il n’est pas grand (5’11), mais compact et très solide en couverture de passe et donne un élément physique face à la course. En prime, il peut retourner les bottés.

20. Jaguars de Jacksonville, Javon kinlaw, plaqueur défensif, South Carolina

Après avoir mis la main sur un quart-arrière avec leur premier choix de première ronde, les Jaguars se tournent de l’autre côté du ballon et ne peuvent tout simplement pas passer à côté du deuxième meilleur espoir chez les plaqueurs défensifs. À 6 pieds 5 et 315 livres, il possède une puissance brute et une rapidité incroyable, ce qui devrait grandement améliorer le front défensif de la formation floridienne, qui est quand même bien garnie malgré tout et qui a réalisé 46 sacks l’an dernier, mais encore plus avec l’incertitude entourant l’ailier défensif Yannick Ngakoue. Le seul point négatif de Kinlaw, c’est qu’il doit améliorer sa technique. Kinlaw avait pratiquement toujours deux bloqueurs devant lui et a tout de même réussi à réaliser 10,5 sacks.

21. Eagles de Philadelphie, Brandon Aiyuk, receveur, Arizona State

Les Eagles ont absolument besoin d’un receveur et il y en a plusieurs bons encore disponibles. Ils pourraient opter pour Brandon Aiyuk, un gars qui peut faire de tout. Les longs attrapés en zone profonde ou encore transformer une passe piège en un touché de 70 verges grâce à son explosion hors du commun ! Ils ont besoin d’un joueur de ce genre qui peut être utilisé dans plusieurs situations avec Alshon Jeffery et DeSean Jackson, qui sont souvent blessés. Comme il évoluait à Arizona State, Aiyuk passait un peu sous le radar, mais c’est un espoir très solide à ne pas sous-estimer.

22. Vikings du Minnesota, Kristian Fulton, demi-défensif, LSU

Les Vikings sont complètement décimés au poste de demi-défensif avec la perte de leurs trois meilleurs joueurs sur le marché des joueurs autonomes, soit Xavier Rhodes avec les Colts et Mackensie Alexander et Trae Waynes avec les Bengals. Comme ils n’ont pas un caillou de libre sous le plafond salarial, le DG Rick Spielman devra se contenter du repêchage pour combler les trous. Ils ont les choix 22 et 25, présentement, après l’échange de Stefon Diggs aux Bills. Ils pourraient s’avancer pour tenter le coup avec par exemple CJ Henderson. Fulton excelle en couverture homme pour homme même s’il n’est pas le plus rapide. Il a le talent pour produire un impact immédiat dans la défensive des Vikings, qui demeure solide malgré tout. Fulton a une bonne feuille de route dans la conférence SEC avec 34 passes rabattues, le plus haut total depuis 2018 parmi tous les espoirs. Il serait un bon remplaçant pour Rhodes en raison de son style, si les Vikings décident d’aller dans cette direction.

23. Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Patrick Queen, secondeur, LSU

Bill Belichick raffole de ce genre de secondeur qui peut tout faire sur le terrain : jeu contre le sol, blitz, couverture de passe contre des ailiers rapprochés ou un porteur de ballon qui sort du champ arrière ou pour un passe piège. Queen est très athlétique, instinctif et rapide à outrance. Les Patriots ont perdu plusieurs joueurs en défensive, dont Kyle Van Noy. Queen et Dont’a Hightower pourraient être utilisés ensemble dans les formations de 3e essai. Les Pats pourraient également être tentés de chercher le remplaçant de Tom Brady, qui pourrait bien s’appeler Jacob Eason, de l’Université Washington.

24. Saints de la Nouvelle-Orléans, Henry Ruggs III, receveur, Alabama

Les Saints possèdent une formation bien balancée, ce qui leur permet d’y aller selon la formule du « meilleur joueur disponible ». Ça tombe bien puisque le marchand de vitesse Ruggs est encore là ! Le rapide Ted Ginn n’est plus de la formation, alors qui de mieux que Ruggs pour le remplacer ? Ce missile n’est pas seulement efficace sur les longues bombes, mais également suite à une courte passe qu’il peut transformer en coup de circuit à tout moment. Avec Michael Thomas qui demande constamment une double couverture et l’efficace Emanuel Sanders maintenant au poste de receveur intérieur, Drew Brees salive déjà à l’idée d’avoir Ruggs isolé un contre un face à un 3e demi-défensif, ça promet !

25. Vikings du Minnesota : Justin Jefferson, receveur, LSU

Les joueurs de LSU ont la cote ! Après avoir comblé leur besoin au poste de demi-défensif, avec le choix 22, les Vikings ajoutent maintenant un receveur pour remplacer Stefon Diggs, maintenant avec les Bills. Les Vikings sont, eux aussi, un club aspirant, donc ils ont besoin d’un joueur capable d’aider tout de suite le quart-arrière Kirk Cousins. Ils vont le trouver avec Jefferson, qui a connu une saison exceptionnelle avec Joe Burrow. Ce n’est pas le receveur le plus spectaculaire, le plus rapide ou le plus explosif, mais il peut courir tous les tracés et obtient de la séparation grâce justement à la qualité de ses tracés. Il peut s’aligner autant à l’extérieur qu’à l’intérieur et est efficace dans la zone payante.

26. Dolphins de Miami, Austin Jackson, plaqueur offensif, USC

Jackson a deux saisons complètes comme partant LT sous sa cravate avec une équipe du « Power 5 » et ce, en étant un « vrai » junior (3e année à l’université). Avec leur troisième choix de premier tour, les Dolphins ne peuvent plus ignorer à ce rang leur ligne offensive, eux qui avaient une ligne pitoyable l’an dernier. On sait que Jackson peut faire le travail dès la semaine 1, surtout en situation de passe. Il a le physique parfait pour un plaqueur offensif : grand, élancé, et doté d’une mobilité surprenante. Un 6e bloqueur déjà en première ronde, ce qui illustre l’importance de cette position de même que la qualité de la cuvée 2020 à ce poste...

27. Seahawks de Seattle, Yetur Gross-Matos, ailier défensif (edge), Penn State

À plus de 15 millions $, les demandes de Jadeveon Clowney sont ridicules pour un gars qui a réussi trois sacks l’an dernier, et ce, même s’il a un tout de même un impact important. Les Seahawks ont donc l’occasion en fin de première ronde de faire d’une pierre deux coups tout en économisant beaucoup d’argent. À 6 pieds 5 et 266 livres, Gross-Matos est un spécimen athlétique. Il a été une force sur le front défensif des Nittany Lions (j’adore ce nom d’équipe), durant les deux dernières saisons, avec près de 20 sacks. Il doit polir certains aspects, mais sera certainement un partant dans la NFL dès sa première saison. Il pourrait faire des dommages au sein de la défensive toujours très solide des Seahawks dans une rotation avec Bruce Irving, un autre spécimen, et l’ancien des Raiders Benson Mayowa.

28. Ravens de Baltimore, Tee Higgins, receveur, Clemson

Comme si ce n’était pas suffisant, Tee Higgins pourrait devenir la grosse cible du quart-arrière Lamar Jackson pour exploiter les défensives adverses. Avec plus de 1100 verges l’an dernier et 13 touchés, Higgins aurait un impact immédiat à Baltimore, et ce, pour plusieurs années. Higgins a terminé sa carrière à Clemson avec 27 touchés, ce qui le place à égalité au premier rang de l’histoire du programme avec deux joueurs bien établis dans la NFL, DeAndre Hopkins et Sammy Watkins, lesquels ont également été sélectionnés en première ronde.

29. Titans du Tennessee, AJ Terrell, demi-défensif, Clemson

Les Titans ont besoin d’un joueur capable de mettre de la pression sur le quart-arrière pour leur défense 3-4, mais aucun ne cadre bien à ce rang dans cette simulation. Ils améliorent donc leur tertiaire qui a perdu Logan Ryan avec l’excellent AJ Terrell. Ce grand CB a un nez pour le ballon, doté d’une vitesse de premier plan et très solide face à la course. Il doit ajouter un peu de viande à sa charpente, mais c’est facile de s’apercevoir que ce genre de demi-défensif peut devenir une étoile dans la NFL.

30. Packers de Green Bay, Jalon Reagor, receveur, TCU

Les Packers ont plusieurs besoins importants offensivement et Reagor représente une belle option. Il est l’un des plus dynamiques comme receveur et, à seulement 5 pieds 11 et 195 livres, il a impressionné au combine, terminant deuxième au saut vertical et au saut en longueur sans élan. Ceci dit, il a quelque peu déçu avec un temps de 4sec47 au 40 verges. Il cadrerait parfaitement comme deuxième receveur et sur les unités spéciales des Packers. Il amènerait de la vitesse et est capable de créer de la séparation. Le gros point négatif est sa tendance à souvent échapper les passes.

31. 49ers de San Francisco, Neville Gallimore, plaqueur défensif, Oklahoma

Les 49ers continuent de combler des besoins en première ronde. Après avoir sélectionné Ceedee Lamb avec leur premier choix après avoir transigé Deforest Buckner aux Colts, le DG John Lynch le remplace sur la ligne défensive avec le Canadien Neville Gallimore, originaire d’Ottawa. Ce dernier deviendra donc le 5e Canadien sélectionné au premier tour du repêchage de la NFL. Gallimore est un travailleur acharné et très athlétique pour sa charpente, mais devra apprendre à descendre son centre de gravité. Il sera en mesure de faire partie de la rotation des Niners au centre qui compte déjà sur Salomon Thomas et sur les ailes Bosa, Ford et Armstead.

32. Chiefs de Kansas City, Kenneth Murray, secondeur, Oklahoma

Si les champions en titre du Super Bowl, les Chiefs de Kansas City, ont une petite faiblesse, c’est au poste de secondeur. Murray pourrait très bien devenir partant dès la semaine un de la prochaine saison. Il est une machine à réussir des plaqués avec 335 au cours de sa carrière collégiale, dont 37 pour des pertes. En plus, il n’a pratiquement jamais été blessé. Sa vitesse est sa grande force et il est capable de prendre la bonne décision pour ensuite réussir le plaqué.