Olivier Rodrigue

Repêchage de la LNH: l’excitation gagne Olivier Rodrigue

De nature très calme, l’excitation commence à gagner le gardien saguenéen Olivier Rodrigue, à quelques heures du repêchage de la Ligue nationale de hockey, qui débutera vendredi soir à Dallas, au Texas.

« Je n’ai pas de nervosité par rapport à si je vais sortir ou non. Je sais que je devrais sortir. C’est seulement de l’excitation et de savoir où. J’ai bien hâte à vendredi et samedi », a exprimé le gardien des Voltigeurs de Drummondville lors d’une entrevue téléphonique, mardi soir, à la veille de son départ pour le sud des États-Unis le lendemain matin.

« Je vais peut-être me réveiller à 2 h ou 3 h du matin en fin de semaine parce que je vais être trop stressé, mais ce sera seulement de l’excitation. Ce ne sera pas du stress si je vais sortir ou non, d’assurer Olivier Rodrigue. Oui c’est la Ligue nationale, mais je l’ai vécu dans le junior. Chaque repêchage, c’est spécial. Ça va être très agréable. »

Pour celui qui célébrera son 18e anniversaire de naissance le mois prochain, le repêchage représente en quelque sorte le moment de la remise du diplôme après plusieurs examens réussisau cours des derniers mois, ce qui lui permet d’être le premier gardien répertorié sur la liste de la Centrale de recrutement de la LNH en Amérique du Nord. Durant la dernière saison régulière, il s’est maintenu parmi les meilleurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec une moyenne de 2,54 et un pourcentage d’arrêt de .903.

Olivier Rodrigue

« Toute l’année, j’ai travaillé fort. J’ai eu de bonnes performances, que ce soit avec les Voltigeurs, avec Hockey Canada ou au match des meilleurs espoirs. Maintenant, j’ai juste à attendre à Dallas et je ne peux plus rien faire ni prouver », de mentionner Olivier Rodrigue qui ne s’est fixé aucun objectif en terme de ronde.

« J’ai fait ce que je devais pendant l’année. Je ne peux plus rien faire d’autre qu’attendre. Quand même que je regarde les listes, ça ne me sert à rien. D’après moi, les listes peuvent donner de faux espoirs. Ça peut virer d’un bord comme de l’autre. On ne sait jamais avec un repêchage. »

Lors des combinés à Buffalo au début du mois, Olivier Rodrigue a rencontré les représentants de 26 équipes. Si on ajoute celles qui l’avaient déjà fait pendant la saison régulière, il a discuté avec 30 formations, soit toutes les équipes, sauf les Stars de Dallas qui sont justement les hôtes de la séance de sélection. « On ne sait jamais, Drummondville ne m’avait jamais parlé avant le repêchage de la LHJMQ », d’annoncer Rodrigue, qui avait été choisi 3e au total par les Voltigeurs, rappelant que les Stars ont déjà plusieurs bons espoirs devant le filet.

En famille
Pour Olivier Rodrigue, le repêchage de la Ligue nationale sera avant tout une affaire de famille. Le gardien sera accompagné d’une dizaine de personnes de son entourage proche, ses parents, son frère, ainsi que les membres de sa famille de pension de Drummondville.

« J’avais l’option de mon agence d’avoir une chambre à l’hôtel avec les autres gars de l’agence, mais je voulais vraiment vivre ça en famille. Ce n’est pas chaque jour qu’on peut vivre ça », de rappeler Olivier Rodrigue, qui aura également le privilège d’être assis avec son père, Sylvain, qui est entraîneur des gardiens des Oilers d’Edmonton.

En début de saison, le paternel a décidé de se retirer du recrutement, afin d’éviter tout conflit d’intérêts, mais aussi pouvoir accompagner son fils qui suit ses traces comme gardien. « Il voulait vraiment vivre ça en tant que père et dans les estrades avec moi. Il voulait vraiment qu’on le vive en famille et c’est comme ça que ça doit se passer, je crois », de faire valoir Olivier Rodrigue.