Tout comme son équipe, Samuel Harvey a connu une saison exceptionnelle avec les Reds de l'Université du Nouveau-Brunswick. 

Rendez-vous raté pour le gardien almatois Samuel Harvey

La saison de rêve du gardien almatois Samuel Harvey et des Reds de l’Université du Nouveau-Brunswick a pris fin abruptement jeudi soir, à la veille de leur premier match au Championnat canadien U Sports de hockey masculin, à Halifax.

Après les deux premiers matchs jeudi, les organisateurs ont été forcés d’annuler la compétition nationale dans la foulée de toutes les mesures prises afin de contenir la propagation de la COVID-19. Le match initial des Reds était prévu vendredi à 14h. «Quand on a eu la nouvelle, on était tous réunis dans une salle, les entraîneurs et les joueurs pleuraient. On prenait ça vraiment à coeur le Championnat canadien. C’était donc une nouvelle désolante, surtout pour nos gars qui étaient revenus pour une cinquième année pour gagner. C’est assez plate. Maintenant, on n’est pas différents des autres, que ce soit les 20 ans dans le junior majeur et ceux qui vont finir leur carrière dans le hockey mineur de cette manière. C’est juste une fin plate», commente le gardien de 22 ans. 

«Quand j’ai décidé de signer avec UNB, le but qu’ils me parlaient tout le temps, c’était de gagner le Championnat canadien. Ce n’était jamais de remporter la saison ou les séries. Ils veulent se rendre jusqu’au bout», raconte Samuel Harvey qui a connu toute une première saison dans les rangs universitaires, trouvant une place sur l’équipe des recrues U Sports. Il a maintenu un dossier de 14-2 avec une moyenne de 1,87 et un pourcentage d’arrêt de .912. 

«J’ai un premier match plus difficile, mais après, ç’a super bien été. On avait une très bonne équipe. J’étais encore une fois très chanceux. Ça m’aide également. Je pense que j’ai réussi de bien m’adapter au niveau de jeu et je travaille toujours aussi fort pour m’améliorer», assure l’ancien des Huskies de Rouyn-Noranda qui partageait le travail devant le filet avec Rylan Parenteau qui a évolué dans la Ligue de l’Ouest avec lequel il a développé une excellente relation. Samuel Harvey a toutefois vu plus d’action en séries dans le parcours des Reds vers les grands honneurs après une saison du tonnerre de 26 victoires en 30 rencontres, remportant les 14 derniers matchs. En séries, après avoir facilement balayé la série 3 de 5 face à l’Université de Moncton en demi-finale, ils ont perdu le premier match de la finale 2-1 à domicile contre Acadia, mais on rebondi dans une courte série 2 de 3 avec des victoires de 6-0 et 5-1 pour mettre la main sur le titre. 

«On avait une très bonne équipe. Je dirais même que le niveau m’a énormément surpris au début. Ceci étant dit, je pense que la ligue devient de plus en plus forte et les autres équipes se sont améliorées», estime Samuel Harvey. 

Après cette première année couronnée de succès, le gardien almatois espère recevoir une invitation à un camp d’entraînement professionnel l’été prochain. «Je ne sais pas si ça va se produire. En ce moment, c’est pas mal incertain partout avec ce qui se passe. On va voir ce qui va se passer», met en contexte Samuel Harvey qui devrait être de retour à l’Université du Nouveau-Brunswick. S’il disputait une partie professionnelle, il se retrouverait inéligible pour une saison complète. 

«Si j’ai des offres, même si ça m’étonnerait quand même un peu comme joueur de première année, c’est sûr que je vais les regarder avec mon agent. Par contre, mon diplôme, je vais l’avoir l’année prochaine. Il faudrait que ce soit une excellente offre», annonce celui qui aimerait signer un contrat à l’issue de sa deuxième et dernière saison avec les Reds. 

Étant donné qu’il a eu des cours crédités en raison de ses acquis obtenus au cégep, Samuel Harvey complétera son baccalauréat en administration des affaires en seulement deux ans. Malgré la suspension actuelle des cours, ils prévoit demeurer à Fredericton et même y passer l’été afin de poursuivre son cheminement scolaire.